Qualité de l'air. La Bretagne en rouge sur les particules fines ce vendredi

Publié le Mis à jour le

La qualité de l’air est dégradée indique Air Breizh sur son site internet. Un dépassement du seuil d’information et de prévention sur les particules fines, sur l’ensemble de la région. Les conditions météo, favorisant en outre l'épandage agricole, persisteront ce week-end.

Ce 25 mars, sur les cartes publiées par Air Breizh, qui mesure la qualité de l'air, la Bretagne est entièrement rouge, signe d’un air ambiant "mauvais."

Un dépassement du seuil d’information et recommandation aux particules fines PM10 est sur le point d'être publié. Air Breizh, recommande aux personnes vulnérables de prendre contact avec un professionnel de santé en cas de gène respiratoire ou cardiaque, et de privilégier les activités modérées.

La saison des épandeurs 

A la pollution ^classique" aux particules fines dues à nos voitures, s'ajoute ces derniers jours, une pollution au nitrate d'ammonium.

Les agriculteurs bretons ont le droit d’épandre les déjections de leurs animaux sur les cultures qui en ont besoin depuis le début du mois de mars. 94 % des émissions d’ammoniac en Europe sont d’origine agricole note Air Breizh.

En 2018, en France 594 kilotonnes d’ammoniac ont été émis dont une grande partie ( 17% ) en Bretagne alors qu’elle ne représente que 5% du territoire. La région est la plus émettrice d'ammoniac de France. 


Et les températures douces de ce début de printemps augmentent la volatilisation de l’ammoniac dans l’air.  

L’association a vu le nombre de particules d'ammoniac dans l’air grimper de 4 mg/m3 à 18mg/m3 en quelques jours.




Le projet ABAA (Ammonia Brittany Air Ambiant ),monté avec la Chambre d’Agriculture de Bretagne va bénéficier de fonds européens (1, 170 millions d’euros) pour réduire réduire les émissions d’ammoniac d’origine agricole dans l’air ambiant en Bretagne.

Pour tenter de limiter l'impact de la pollution, Rennes Métropole met en place des billets de bus et de métro à 1 euro 50 la journée pour faire préférer les transports en commun à ses utilisateurs.