• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Réforme du Bac : les langues régionales encore poussées au banc ?

Stéphanie Stoll présidente de Diwan Breizh, Lena Louarn,vice-présidente du Conseil régional en charge des langues de Bretagne et Vonig Fraval directrice de l'Association de parents d'élèves Div Yezh / © MA. Mouchère - France 3 Bretagne
Stéphanie Stoll présidente de Diwan Breizh, Lena Louarn,vice-présidente du Conseil régional en charge des langues de Bretagne et Vonig Fraval directrice de l'Association de parents d'élèves Div Yezh / © MA. Mouchère - France 3 Bretagne

La réforme du Bac repose la question de la place du breton dans le secondaire. Le Conseil régional de Bretagne comme d'autres en France étaient réunis mercredi 6 février. Ils évoquent "un recul" sur la valorisation de l'enseignement des langues régionales. 

Par Emilie Colin


Le baccalauréat change et cette réforme va s'appliquer dès la rentrée 2019 pour les élèves de première. Ces changements vont impacter les langues régionales. Jusqu'ici les élèves avaient le choix d'étudier le breton ou le gallo comme une Langue Vivante bis. Pour l'examen, libre à eux de choisir le breton, le gallo ou la langue vivante 2. Avec la nouvelle donne du Bac, la notion de la LV2 bis disparaît. 
 


Les acteurs des langues de Bretagne s'inquiètent


La Région Bretagne, le réseau Diwan, l'enseignement catholique et les fédérations de parents d'élèves de l'enseignement bilingue affichent leurs craintes. Ce qui pose problème c'est Parcoursup (la plateforme de demandes de souhaits des lycéens pour l'enseignement supérieur), qui prend en compte le dossier de l'élève. Les lycéens vont-ils privilégier l'étude d'une langue "plus valorisable" au détriment du breton ou du gallo afin de ne pas être pénalisés dans leur cursus post-bac ? 
 
Stéphanie Stoll à propos de la réforme du bac et de l'impact sur le breton
Stéphanie Stoll, présidente de Diwan Breizh

Du côté des parents d'élèves, la réforme pourrait être l'occasion de renforcer les langues régionales en les incluant parmi les spécialités proposées aux lycéens, une idée déjà bien engagée en Corse
 
Vonig Fraval directrice de l'Association de parents d'élèves Div Yezh

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview Sylvain Portier de l'UNSS 35 sur les tests d'aptitudes physiques

Les + Lus