Tour de France. Radenac célèbre le vélo et Jean Robic l'enfant du pays

Le Tour de France file dans le Morbihan ce lundi avec une troisième étape entre Lorient et Pontivy. Sur le chemin, le peloton passe par Radenac, fief du coureur Jean Robic, vainqueur du Tour en 1947. La commune multiplie les hommages.

Entre Lorient et Pontivy, le peloton du Tour de France saluera la mémoire du coureur Jean Robic, en passant par Radenac. Le champion aurait eu 100 ans cette année.

Jean Robic et Rose Le Lay ses parents étaient originaires de la commune. Son père y tenait même un magasin de cycles. "Dans ma famille, mon père avait fait un peu de course, il me disait que j'arriverais jamais à sa hauteur alors j'ai lutté comme ça. Il m'a donné un caractère pour le supplanter" racontera Jean Robic un jour. 

J'ai commencé à courir en Bretagne dans les petites courses de pardon. On allait en vélo prendre le départ, on faisait les 50 kilomètres et on revenait encore après.

Jean Robic, coureur cycliste

Ici, l'empreinte de celui qui a remporté le Tour en 1947 est toujours présente. Celui que l'on surnommait, "Biquet", "Nain jaune" à cause de son petit gabarit (1m 61 pour 60 kilos), "Tête de cuir", ou encore "Trompe la mort" a marqué les esprits. "Jean Robic est très connu dans Radenac, il était fort, c'était un champion dans les grosses montées, c'est pour ça qu'il est si célèbre" raconte Yohan, un enfant de la commune. A l'école et avec les copains ils ont redessiné sur le sol le parcours de sa plus belle victoire. 

Tout le week-end, Radenac a multiplié les hommages. Des courses ont été organisées, une statue dévoilée. Pascal Le Breton, le maire veut marquer le coup. Lui-même en garde un tendre souvenir. "Robic, j'ai eu l'occasion de le rencontrer tout gamin. On le voyait, il venait dans un hôtel pas loin d'ici. Il avait toujours un petit mot pour blaguer avec tout le monde. C'était quelqu'un de très proche des gens. C'est ce que je retiens du personnage, quelqu'un de taquin aussi. Il était un peu chambreur."

Un vélo sculpté a pris ses marques, une oeuvre de Patrice Etoc. "Je ne suis pas passionné par le vélo, ce qui me plaît c'est de représenter les choses dans le mouvement et la vie" explique l'artiste. Mais le nom du champion résonne, il rigole : "Je sais que Robic avait un caractère trempé, il faut être assez casse-cou pour descendre des côtes avec des bidons chargés de plomb." 

Le Tour n'avait jamais eu l'occasion de passer par Radenac. "Depuis 1947, il n'y avait pas eu d'événement aussi marquant" relève le maire. "On est très heureux de cette mise en valeur de notre territoire et de la Bretagne sur quatre jours. Cela va mettre du baume au coeur à tout le monde." 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport