CARTE. Inondations : sur pilotis ou en voie de destruction, les défis de l'urbanisme en zone inondable

Avec le réchauffement climatique, les épisodes météo extrêmes vont s'intensifier et devenir plus fréquents. Y compris les inondations dévastatrices. En Centre-Val de Loire, l'hypothèse n'est pas prise à la légère, et l'urbanisme doit être réinventé.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un rond-point, au milieu d'une plaine. Des arbres, des prés, et la silhouette des coteaux de Blois qui se dessine au bout de la perspective. Pour un Blésois qui mettrait les pieds au rond-point du Président Wilson pour la première fois en 15 ans, cette vision naturelle a certainement de quoi interpeller.

Car, au début des années 2000, l'endroit était un petit village. Avec ses entreprises, plus d'une centaine de maisons, des jardins, une station-service en bord de route, un stade, des terrains de tennis et de nombreux habitants.

La Loire passera ici un jour ou l'autre

Que s'est-il passé ? La Loire est passée. Ou plutôt, la Loire passera ici, un jour ou l'autre. Ici, c'est la plaine de la Bouillie, rive gauche du fleuve, à Blois. Une zone coincée entre deux digues, aussi appelées levées, et que les ingénieurs du XIXe siècle avaient prévu de transformer en déversoir. Autrement dit, une zone où la crue du fleuve sera guidée pour éviter qu'elle ne déborde ailleurs. Et ça tombe bien, l'endroit fut, avant les levées, un bras de la Loire.

Car le XIXe siècle a vu pulluler les crues dévastatrices dans la vallée de la Loire. En 1846, 1856 et 1866.

Depuis, le fleuve royal s'est calmé, pour une raison assez peu expliquée. Mais, à l'époque, les levées avaient cédé à de nombreux endroits. Et la Loire avait, sans peine, envahi une zone qui compte, aujourd'hui, 300 000 habitants.

Avec le réchauffement climatique, les évènements météorologiques extrêmes seront plus fréquents, et plus puissants dans le futur. Difficile de ne pas voir, dans les inondations qui ont touché le Nord-Pas-de-Calais cet automne et début janvier, les prémices de ces cataclysmes qui toucheront aussi la France. Et certainement le Centre-Val de Loire, où une crue centennale de la Loire serait aussi dévastatrice qu'imprévisible.

130 bâtiments démolis

Face à ce risque, l'urbanisme a dû se mettre au vert. Depuis 2004, 130 bâtiments ont été démolis à la Bouillie. Une action coordonnée par l'agglomération. "Ce quartier représentait un vrai risque pour ses habitants, mais aussi pour les 5 000 habitants" du quartier Blois-Vienne, expliquait Christophe Degruelle, président de l'agglomération, à France 3 en mars 2023.

Car, quand le fleuve en crue rencontre une maison, ça ne l'empêche pas d'avancer, ni même d'emporter ladite maison avec lui. Si bien que les habitations de la Bouillie "auraient pu se transformer en projectiles qui auraient percuté la digue et auraient fait que tout le quartier [de Blois-Vienne] aurait pu être inondé".

Plus d'une quinzaine de déversoirs étaient prévus tout le long de la Loire pour diminuer les répercussions d'une inondation monstre. Seuls deux petits, au niveau de Villandry, sont réalisés. Un autre est dans les tuyaux depuis des années, en amont de La Ville-aux-Dames, près de Tours. Pour, justement, épargner le centre de la métropole, coincé entre Loire et Cher et dont, preuve du bon sens des anciens, seul le centre ancien est construit hors de toute zone inondable. Mais, depuis un arrêté préfectoral en 2016, plus rien.

À Saint-Pierre-des-Corps, construit quasi à 100% en zone inondable, le récent quartier de Nouvel'R a dû se plier aux règles de l'urbanisme en risque inondation. Et en particulier la nécessité de surélever les habitations. Tous les immeubles sont ainsi bâtis sur pilotis.

20% de bâti, 80% d'eau (éventuelle)

À Romorantin-Lanthenay, en Loir-et-Cher, la Loire n'est pas la menace. Ici, le danger vient d'une rivière aussi petite que la Sauldre. Au début des années 2000, la ville rachète pour 1 euro symbolique le site des anciennes usines Matra, "six hectares en plein centre-ville, lovés dans un méandre de la Sauldre", décrivait en 2021 Jeanny Lorgeoux, maire de la ville, auprès de France 3.

Une zone qui appartient, bien entendu, au lit majeur de la Sauldre. Comme les habitants ont pu le constater lors du traumatisme de 2016. Au mois de juin de cette année-là, Romorantin coule, le centre-ville est sous l'eau, lors de ce que Jeanny Lorgeoux qualifie de "crue millénale". À la place des anciennes usines Matra, de nombreux logements ont été construits. Eux aussi ont les pieds dans l'eau, mais la crue n'occasionne pas les mêmes dégâts que dans le centre de Romorantin.

Là s'élève un quartier novateur, conçu par l'architecte Eric-Daniel Lacombe, "à 20% construit et à 80% dédié au passage de la rivière en cas de crue". Le quartier est dessiné "comme une flèche", selon l'architecte, autour des axes d'écoulement naturel, pour rediriger un éventuel trop-plein d'eau vers la rivière.

Eric Daniel-Lacombe définit son architecture comme "du préventif" : accepter la venue de la crue pour en limiter les dégâts, à l'inverse des barrières artificielles comme les digues, qui ne font que déplacer le problème. Et parfois viennent à céder. Le quartier Matra, lui, est construit comme un gigantesque programme de sensibilisation, qui "permet aux habitants de s'entraîner aux inondations", explique l'architecte.

Les différents immeubles sont organisés autour d'un bassin de rétention camouflé en jardin, surmonté de passerelles. Les habitants vivent sur plusieurs niveaux, avec les celliers à 50cm du niveau de l'eau, les routes, trottoirs et garages à 1m et les habitations à 1m50. Une organisation qui a littéralement sauvé le quartier en 2016. Les rez-de-chaussée n'ont pas été touchés, et la crue a disparu en 48h, top chrono. Le contraste avec le Bourgeau, tout proche, est saisissant.

Des questionnements à long terme

Mais le quartier Matra a été inondé malgré tout. Car construit dans une zone inondable. Au rachat de la zone par la ville au début des années 2000, la préfecture voulait renaturaliser le tout. La mairie a insisté pour laisser de l'artificiel. Moins qu'avant, mais tout de même. Parce que, effectivement, "on sait construire en zone inondable", constate Mathilde Gralepois, maître de conférences à l'université de Tours en aménagement et urbanisme, spécialisée dans la prévention des inondations.

Sauf que, pour elle, "l'enjeu est de passer à une autre échelle de défis, d'enjeux". Et notamment le défi de repenser non plus seulement un quartier mais "la ville adaptée aux effets du réchauffement climatiques". Seulement, à l'heure actuelle, "les choses sont faites a minima". Il n'y a qu'à voir le peu d'exemples semblables à ceux de Romorantin et de Saint-Pierre-des-Corps dans toute la région Centre-Val de Loire.

Des exemples qui, en plus, n'ont rien de parfait. "C'est quand même un urbanisme qui est assez cher, ce sont des opérations coûteuses pour les collectivités", note Mathilde Gralepois. De là à dire que la ville "résiliente" face au réchauffement climatique ne part pas sur les rails de la justice sociale, il n'y a qu'un pas.

Et la chercheuse pose aussi la question de "l'habitabilité" : "Avant de le construire, il faut se demander quels sont les besoins d'un quartier, s'il peut vivre avec de l'eau, s'il fait trop chaud, s'il y a une tempête... Est-ce qu'on peut vraiment y vivre ?"

Une question à laquelle urbanistes et collectivités de la vallée de la Loire ont presque toujours répondu : "Oui". Et ce alors que "l'inondation est le premier risque naturel en France", assène Mathilde Gralepois. Faut-il encore construire en zone inondable en France ? La question est posée.