• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Eure-et-Loir : la récolte des pommes de terre a commencé en Beauce

Pommes de terre de la variété Colomba / © France 3 CVDL
Pommes de terre de la variété Colomba / © France 3 CVDL

Avec une semaine d'avance, l'arrachage des pommes de terrre a commencé en Beauce. Malgré la sécheresse et la canicule, la récolte devrait être de bonne qualité.

Par Isabelle Racine

Frites, purée, à la vapeur ou en salade, la pomme de terre peut se cuisiner de plusieurs façons. Nous en mangeons près de 6 millions de tonnes chaque année en France. Elle est cultivée dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais, en Champagne-Ardenne, en Picardie et dans notre région en Beauce et dans le Berry. Avec 700 000 tonnes récoltées en moyenne chaque année, le Centre-Val de Loire est même la deuxième région productrice de pommes de terre après les Hauts de France.
 
Les régions de production de la pomme de terre / © CNIPT Comité National Interprofessionnel de la pomme de terre
Les régions de production de la pomme de terre / © CNIPT Comité National Interprofessionnel de la pomme de terre


Une année 2019 prometteuse

Après une année 2018 très mauvaise pour la pomme de terre française et européenne, le cru 2019 s’annonce meilleur malgré des conditions météorologiques très difficiles. La pomme de terre n’apprécie pas les grosses chaleurs. Au-delà de 30 degrés, elle ne pousse plus. Les deux épisodes de canicule de cette année ont donc eu des impacts sur sa croissance. Toutefois, la récolte s’annonce correcte. Elle a commencé début août avec une semaine d’avance et va se poursuivre jusqu’à la fin septembre en fonction des différentes variétés. Le rendement moyen de la pomme de terre  est de 50 tonnes par hectare soit 5 kilos au mètre2
 

Les arracheuses en action dans la Beauce

Les arracheuses tournent à plein régime en Beauce. Les machines soulèvent les pieds de pommes de terre pour ne pas abîmer les tubercules. Une partie de la terre est enlevée ; un premier tri est effectué manuellement pat les « trieurs ». Puis elles sont transportées à la ferme où elles sont mises dans un déterreur qui enlève la terre et les cailloux. Elles sont à nouveau triées : on retire les tubercules abîmés ou coupés. Les pommes de terre sont stockées dans le noir à une température de cinq degrés avant de partir pour être lavées et conditionnées puis vendues en  grandes surfaces.

Cette année, la pomme de terre a souffert de la chaleur et de la sécheresse mais elle est de bonne qualité mais pas forcément en abondance. Les acheteurs sont satisfaits de notre qualité et les prix sont corrects. Philippe Besnard, agriculteur à Gouillons (28).

Philippe Besnard est agriculteur en Eure-et-Loir à Grouillons. Il cultive les variétés suivantes : agata, colomba, laurette ou bien encore chérie ou celtiane sur 64 hectares.
Les pommes de terre de Beauce sont destinées au marché français du « frais ». Elles sont vendues dans les grandes surfaces. Elles sont les premières à être récoltées et donc sont les premières que les clients trouvent sur les étals de marchands. Une petite partie sera vendue à l’export plus tard dans la saison.

 

Evolution de la consommation de la pomme de terre / © CNIPT Comité national Interprofesionnel de la pommes de terre
Evolution de la consommation de la pomme de terre / © CNIPT Comité national Interprofesionnel de la pommes de terre
 

La préférée des français

Selon un sondage réalisé en 2018 sur un échantillon de 1039 Français âgés de 18 ans et plus par Opinion Way pour le CNIPT (Comité National Interprofessionnel de la pomme de terre) et FranceAgriMer (établissement national des produits de l’agriculture et de la mer) la pomme de terre reste appréciée des français, elle serait le légume préféré de 57 % d’entre eux, devant la tomate et la salade. 98 % des Français cuisinent les pommes de terre. C'est même une fois par semaine pour 62 % d’entre eux.

Regardez le reportage réalisé sur une exploitation agricole en Eure-et-Loir. Intervenants : Philippe Besnard, agriculteur à Gouillons (28) et Grégoire Jaquemet du Comité National Interprofessionnel de la Pomme de Terre.

 

 

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus