• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Incendie de Notre-Dame : les arnaques aux dons se multiplient

La cathédrale Notre-Dame de Paris a été endommagée par un incendie le 15 avril. / © THOMAS SAMSON / AFP
La cathédrale Notre-Dame de Paris a été endommagée par un incendie le 15 avril. / © THOMAS SAMSON / AFP

Après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril dernier, des arnaqueurs se font passer pour des fondations de collecte de fonds afin de soutirer de l'argent à leurs victimes.

Par Bertrand Mallen

Le site gouvernemental Cybermalveillance a lancé ce samedi un avertissement envers les éventuels donateurs pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, endommagée par un incendie le 15 avril. En effet, des arnaqueurs ont flairé la bonne affaire, et sollicitent des dons par téléphone ou par mail en se faisant passer, par exemple, pour la Fondation du patrimoine.

Techniques d'arnaqueurs

A l'aide d'une campagne de démarchage téléphonique, les escrocs invitent leur victimes à donner par virement bancaire. Autre technique, l'arnaqueur encourage son interlocuteur à visiter un (faux) site de don au nom d'une fondation ou d'un organisme de collecte.

Devant la recrudescence des arnaques, l'agence gouvernementale rappelle les conseils de base. "Aucune fondation à laquelle vous n’auriez déjà souscrit ne vous contactera par téléphone ou par courriel", explique le site. Et surtout, "ne cliquez pas sur un lien présent dans un courriel que vous n’avez pas sollicité."

Cagnottes en cascade

En moins d'une semaine, plusieurs grandes fortunes ont annoncé d'importants dons afin de restaurer la cathédrale. Au total, les promesses de dons s'élèvent à plus de 850 millions d'euros, à comparer au budget de 456 millions consacré à la totalité du patrimoine monumental français.
Côté financement participatif, plusieurs milliers de cagnottes ont fleuri sur les sites de financement participatif comme LePotCommun ou GoFundMe. Des initiatives difficiles à suivre et à certifier, malgré l'engagement des plateformes. La solution la plus sûre reste donc de privilégier  les quatre organismes engagés auprès de l'État qui acceptent actuellement les dons.

A lire aussi

Sur le même sujet

Reportage Fête de la lumière

Les + Lus