Législatives 2024 : désistement ou maintien, quels sont vos candidats dans le Loir-et-Cher pour le second tour ?

Le Rassemblement national est arrivé en tête sur les trois circonscriptions du Loir-et-Cher au premier tour des élections législatives. Deux duels et une triangulaire s'étaient dessinés sur ce territoire mais ce sera finalement trois duels qui se joueront le 7 juillet prochain.

Le Rassemblement national a fait carton plein dans le Loir-et-Cher le 30 juin dernier. Il arrive en tête dans les trois circonscriptions et récolte 67 354 voix sur l'ensemble du département.

Les résultats du premier tour annonçaient deux duels (1e et 2e circonscriptions) et une triangulaire (3e circonscription), mais ce sera finalement trois duels qui seront disputés le 7 juillet prochain.

1ère circonscription

C'est un duel inédit qui aura lieu sur cette première circonscription (Blois). Pour la première fois, le Rassemblement national y caracole en tête avec sa candidate, la conseillère régionale Marine Bardet qui a récolté 35,22% des suffrages. Elle est talonnée de près par le ministre-candidat de la majorité présidentielle Marc Fesneau (34,56%). C'est donc un duel RN- MoDem tendance majorité présidentielle qui se jouera le 7 juillet.

À l’issue de ce premier tour, la candidate RN a récolté 10 000 voix de plus que son prédécesseur en 2022 et appelait dans un communiqué "à faire barrage à M. Macron et à permettre à Jordan Bardella d'obtenir une majorité absolue à l'Assemblée nationale" en l'élisant députée.

Sur X (ex-Twitter), le Ministre de l'Agriculture s'est dit "conscient" que certains de ses électeurs ont voté pour lui dès le premier tour "malgré des sensibilités politiques différentes." "Ce qui nous rassemble est bien plus fort que ce qui nous divise", a-t-il ajouté pour tenter de rassembler autour d'un front républicain.

Il est soutenu par la gauche locale et notamment par le maire PS de Blois Marc Gricourt qui a appelé à voter pour lui dès le premier tour après le retrait par LFI de l'investiture de Reda Belkadi (15,35%). Il a cependant précisé qu'il ne partageait "ni le bilan, ni le projet" du ministre de l'Agriculture.

Reda Belkadi qui n'a pas donné de consigne claire de vote, a seulement invité à ne donner "aucune voix au RN". Le candidat LR "canal historique" et arrivé 4ᵉ au premier tour, Pierre-Gilles Parra (5,95%), s'est lui aussi abstenu d'indiquer à qui allait son soutien jusqu'à ce que la fédération LR du Loir-et-Cher décide aussi de se rapprocher de Marc Fesneau.

2e circonscription

Un duel Rassemblement national-Divers Droite attend les électeurs de la 2ᵉ circonscription (Romorantin), avec un candidat du Rassemblement national largement en tête du scrutin. Le député RN sortant, Roger Chudeau, est passé à deux doigts d'être élu dès le premier tour. Avec 49,72% des suffrages exprimés, il double son score réalisé au même moment en 2022.

Sa sortie sur les ministres binationaux au cours de la campagne et qui lui a valu un recadrage par Marine Le Pen, n'a donc visiblement pas entaché l'enthousiasme de ses électeurs. Comme son homologue de la 1ʳᵉ circonscription, Marine Bardet, Roger Chudeau appelle désormais les électeurs à "confirmer ce vote pour offrir à Jordan Bardella une forte majorité à l'Assemblée nationale."

Face à lui : Nils Aucante (20,07%), agriculteur-apiculteur et adjoint au maire d'Yvoy-le-Marron qui se présente sous une étiquette divers droite. Il a cependant, dès l'annonce de sa candidature, reçu le soutien de plusieurs élus proches de la majorité présidentielle, dont celui du délégué départemental Horizons et maire de Lamotte-Beuvron, Pascal Bioulac.

La circonscription est passée tout près de la triangulaire puisque Sylvie Mayer, candidate communiste du Nouveau Front populaire, affichait 12,49% des inscrits (Il lui fallait réaliser 12,50% pour passer au second tour). Dans la confusion des premiers résultats, elle avait déjà annoncé se retirer au profit de Nils Aucante avant d'apprendre qu'elle n'était finalement pas qualifiée.

3e circonscription

C'est une triangulaire qui a émergé au premier tour dans cette troisième circonscription (Vendôme). Comme dans le reste du département, la candidate RN, Virginia De Oliveira, y arrive en tête avec 41,06% des suffrages exprimés. Elle est suivie d'assez près par le député sortant de la majorité Christophe Marion  (36,25%). En troisième position, on retrouvait le candidat écologiste de l'Union de la gauche Noé Petit (19,55%), qui s'est rapidement retiré au profit de Christophe Marion.

Virginia de Oliveira est conseillère régionale du Rassemblement national mais aussi déléguée départementale du Rassemblement national depuis que Michel Chassier lui a passé le flambeau en 2023. À l’instar de ses homologues des 1ère et 2ᵉ circonscriptions, elle appelle à "l'Union Nationale" afin de faire obtenir au parti une majorité absolue.

Christophe Marion n'est qu'à 2660 voix de sa rivale et peut donc encore espérer l'emporter au second tour. "Tous est possible dans une semaine et on va continuer à se battre", a-t-il déclaré sur les réseaux sociaux.

Il pourra compter sur le soutien du Nouveau Front populaire après le retrait de l'écologiste Noé Petit. "Nous continuerons de faire front ensemble, pour que jamais la lumière de l'espoir ne s'éteigne dans le noir de la bêtise et de l'ignorance", écrivait ce dernier dans un communiqué au lendemain du 1ᵉʳ tour.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité