La vie chamboulée des sinistrés de la rue de Bourgogne à Orléans

Publié le Mis à jour le

Cinq jours après l'apparition des premières fissures sur deux immeubles de la rue de Bourgogne à Orléans (Loiret), les habitants ne peuvent toujours pas rentrer chez eux.

La rue de Bourgogne, située dans le centre-ville d'Orléans, est complètement entravée par des barrières et par des grillages. "Péril imminent. Passage interdit", prévient une petite affiche. Depuis mercredi 12 janvier, des fissures sont apparues sur des maisons situées aux numéros 19 et 21. La chaussée a même été éventrée.

En quelques minutes, des dizaines de riverains ont vu leurs vies bouleversées. "On nous a dit qu'il fallait évacuer la maison rapidement. On a eu une demi-heure pour le faire", raconte Raphaëlle Homolle. Elle habite la rue depuis 2019. "C'était le vent de panique. Qu'est ce qu'on met dans les sacs ? On a pris des habits, les cartables pour lundi, les papiers. On a aussi pris les vélos puisqu'on circule à vélo".

"Pas d'eau, pas de gaz"

Pour un autre couple, l'évacuation a aussi été très rapide. Impossible de rester chez eux. "Si on était restés, on n'aurait pas eu d'eau, pas de gaz, pas de chauffage. Ce n'est pas possible de vivre plusieurs jours dans ces conditions", assure Hervé Theveniaut, un habitant sinistré.

Il a fallu compter sur les amis pour être hébergés les premières nuits, avant de se retourner vers les assurances. Mais pour l'heure, une question demeure. "On ne sait pas combien de temps cela va durer", se désole Adrien Homolle. "On nous a dit au moins une semaine, le temps que les experts viennent, qu'ils s'assurent que ça tienne ou pas, si ça risque de tomber. Le grand souci, c'est l'incertitude". Une réunion est prévue, lundi 17 janvier, entre les riverains et la mairie d'Orléans.