Salon de l'Agriculture : quand le bio et le conventionnel cohabitent sur la même exploitation céréalière

Installé depuis 2008 en grande culture à Cigogné en Indre-et-Loire, Benoit Latour, ingénieur agronome, mène ses grandes cultures (céréales) selon deux modes de production : conventionnelle et bio. Les techniques semblent complémentaires.
Cultures comparées
Cultures comparées © F3CVDL NL

A l'occasion du Salon de l'Agriculture, nous vous proposons de rencontrer un agriculteur d'Indre-et-Loire. Benoit Latour, agriculteur à Cigogné en Indre-et-Loire, s'est lancé dans la grande culture bio partiellement en 2008. Il a gardé 60 % de ses terres en culture conventionnelle et a opéré une conversion en bio sur les 40 % restants. De cette manière, il est capable de comparer et d'analyser les avantages et les inconvénients dans les deux techniques. 

Après sa formation d'ingénieur agronome, et avant de reprendre l'exploitation familiale, Benoit Latour a travaillé dans différents secteurs d'activités. Ces années éloignées du monde agricole l'ont rendu particulièrement attentif aux enjeux sociétaux de l'agriculture actuelle.
En reprenant en 2008 l'exploitation de ses parents, il décide de se lancer dans une agriculture sans labour et avec de l'irrigation. Il sème du blé, du colza, du blé dur, du tournesol, de l'orge brassicole ou encore des semences de maïs.
Benoit Latour sur ses terres
Benoit Latour sur ses terres © F3CVDL NL


Des conditions propices au développement de culture de semences biologiques à forte valeur ajoutée


Sous la pression d'un bio "sacralisé" par la société, de ses amis et de connaissances, Benoit Latour va convertir 40 % de son exploitation en culture biologique.
durée de la vidéo: 00 min 48
Histoire d'une conversion partielle en bio ©F3CVDL


Pression sociétale pour le bio

Entre mesures agro-environnementales subventionnées, conversion en bio et agriculture "conventionnelle", Benoit Latour a là, matière à expérimenter et comparer différents types de conduites des grandes cultures.
Ses céréales sur sol argilo-calcaire avec irrigation ont toutes les mêmes conditions de développement. Seule la conduite avec ou sans intrant (engrais, phytosanitaire) change.
 
avec ou sans intrans
avec ou sans intrans © F3CVDL NL

Pour les céréales en conduite biologique, il limite l'exposition aux maladies par des semis tardifs avec l'assurance d'avoir de l'eau par forte chaleur. En plus des rendements plus faibles, les parcelles en conduite biologique lui donnent des sueurs froides.

Le bio c'est plus risqué. On a plus de possibilités de perdre des récoltes.

durée de la vidéo: 00 min 32
Culture à risque/ culture du risque ©F3CVDL

À l'usage, Benoit Latour l'affirme :

 7 hectares en bio demandent autant de travail que 50 ans en conventionnels. Il y a aussi un surcout en carburant pour désherber régulièrement.

 
Désherbage mécanique
Désherbage mécanique © F3CVDL NL

L'ingénieur agronome s'étonne que l'impact écologique global du bio ne soit pas pris en compte. Les coûts énergétiques, les risques, le déstockage du CO2 et les prix doivent entrer dans l'évaluation de l'intérêt du bio.
 

Du bio... oui, mais à quel prix ?

durée de la vidéo: 00 min 27
tout prendre en compte dans l'évaluation du bio ©F3CVDL
 Au-delà des problèmes techniques posés par le type de culture et les enjeux économiques, l'enjeu est aussi philosophique. Dans sa pratique, Benoit Latour veut être en conformité avec ses convictions. Loin d'être un fervant militant pour la cause du bio, en tant qu'agriculteur, il souhaite avant tout faire du mieux possible dans tous les modes de culture. Et bien sûr, il n'est pas non plus insensible aux enjeux sociétaux et à la demande croissante des produits issus de l'agriculture biologique.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
salon de l'agriculture agriculture économie agriculture bio agro-alimentaire region centre-val de loire société écologie environnement