Électricité : où en est la future centrale du Ricanto ?

Six ans après l'adoption du projet, où en est la centrale du Ricanto ? La procédure d'appel d'offre d'opérateurs pour la construction, gestion et exploitation du site suit son cours, et la mise en marche de l'infrastructure est désormais prévue pour 2026.

Illustration. La centrale électrique du Vazzio.
Illustration. La centrale électrique du Vazzio. © Olivier Laban-Mattei / AFP

La nouvelle centrale du Ricanto, initialement prévue pour sortir de terre en 2023, devrait voir le jour fin 2025, annonce ce mercredi 21 avril Frédéric Maillard, président d’EDF PEI (production électrique insulaire).

"L’objectif est une mise en service le plus tôt possible, pour pouvoir mettre le plus tôt possible la centrale du Vazzio à l’arrêt", indique-t-il. La mise en service définitive est-elle annoncée à l’horizon 2026.

Une centrale qui devrait fonctionner au gaz naturel, assurent Frédéric Maillard et Sophie Mourlon, Directrice de l’énergie au Ministère de la Transition écologique et solidaire. "C’est ce qui est prévu dans la programmation pluriannuelle de l’énergie qui a révisée et conjointement adoptée avec la collectivité de Corse" en mars 2015, rappelle cette dernière.

Gaz naturel ou biocarburant, le choix du combustible en question

Depuis plusieurs mois, des rumeurs d’un choix de l’Etat et d’EDF PEI se portant finalement sur un fonctionnement au biocarburant vont bon train. Obtenus à partir de biomasse (matière première d'origine végétale, animale ou issue de déchets), ces carburants de substitution coûtent certes plus cher à l'achat que le gaz naturel, mais nécessitent des investissements moins onéreux. Nul besoin, également, de mettre en place un périmètre Seveso, comme la loi "Risques" l'impose pour les sites de stockage de gaz naturel.

Une hypothèse source de nombreuses critiques de la part d'associations pour la préservation de l'environnement, telles qu'A Sentinella et Aria Linda. 

Dominique Lanfranchi, président de l'association A Sentinella, était l'invité le 23 mars du Corsica Sera sur France 3 Corse ViaStella. Pour ce dernier, un approvisionnement en biocarburant de la centrale thermique serait semblable à un fonctionnement au fioul : "le biocarburant, c'est une finesse sémantique pour dire que c'est la même chose que du diesel. Cela pollue autant, que ce soit au niveau des monoxydes de carbone, des microparticules, il y a autant d'émissions."

Mais Sophie Mourlon insiste : si la centrale pourra fonctionner avec du biocarburant, "la PPE prévoit qu'elle fonctionne au gaz. La dimension économique n’est pas un obstacle dès lors que la procédure choisie répond aux objectifs."

"Nous avons, avec la commission de régulation de l’énergie, précise-t-elle, créé des conditions économiques favorables pour qu’une infrastructure de gaz puisse se développer. Et l’Etat a lancé début 2020 une procédure de sélection d’un opérateur qui aura la charge de construire, d’exploiter et de posséder une infrastructure d’alimentation en gaz de la Corse pour alimenter les deux centrales de Bastia et d’Ajaccio."

Appel d'offre toujours en cours

La procédure d’appel d’offre suit toujours en cours, et est prévue pour se clôturer en août 2021. "Les propositions que nous avons reçues pour l’heure posent des questions techniques importantes, ce qui nous a conduit à prolonger l’instruction de ces offres pour avoir un maximum d’assurances techniques."

En l’attente, EDF PEI a lancé une concertation publique de cinq semaines visant à répondre aux questions de la population à ce sujet. Des consultations retransmises sur internet qui aborderont différents thèmes – notamment les combustibles possibles, et les enjeux sociaux et environnementaux – et pour lesquelles l’entreprise espère la plus large participation de la population.

Centrale vétuste

L’arrêt de la centrale électrique du Vazzio, vétuste, est acté depuis de longues années. Inaugurée en 1982, elle est composée de huit moteurs d’une puissance de près de 19 mégawatts chacun, et occupe une place prépondérante dans le système énergétique corse.

Problème, un des moteurs ne fonctionne définitivement plus, un autre ne tourne qu’à puissance limitée, et plusieurs composants de ces derniers ne sont tout simplement plus fabriqués. Sur le plan environnemental, la centrale, qui tourne au fioul, est de plus particulièrement polluante. Un enjeu sanitaire majeur pour la population du bassin ajaccien, mais également juridique : le site ne sera bientôt plus conforme à la réglementation environnementale.

Les plans initiaux prévoyaient la fermeture de la centrale en 2012. Presque 10 ans plus tard, son remplacement par une nouvelle centrale thermique n’a toujours pas abouti. En 2015, la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour la Corse, adoptée par l'Etat, la collectivité de Corse, la ville d'Ajaccio et les dirigeants d'EDF souhaitait la mise en service d'une centrale à cycle combiné en 2023 fonctionnant à court terme au gaz naturel.

Un programme confirmé en juillet 2019 par l’alors ministre de la Transistion écologique et solidaire, François de Rugy. Les plans ont depuis été revisités, et EDF PEI table désormais sur une fin de construction fin 2025.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement transition énergétique