PHOTOS. une trentaine d'attentats recensés en Corse dans la nuit du dimanche 8 octobre

Plusieurs attentats et tentatives d'attentats ont été recensés tout au long de la soirée et de la nuit du dimanche 8 octobre, sur l'ensemble de l'île. Parmi ces actions confirmées, certaines ont été signées FLNC, par le biais d'une inscription tracée sur les murs.

Selon nos informations, on recense, depuis le début de soirée de ce dimanche 8 octobre, une trentaine d'attentats et tentatives d'attentats ciblant des résidences sur l'ensemble de l'île. Un décompte qui reste cependant provisoire, des recherches sont en cours pour déterminer de possibles autres résidences ciblées.

Corse-du-Sud

On compte ainsi à ce stade 15 actions confirmées en Corse-du-Sud :

  • à Vico,
  • à Villanova,

Une résidence a été ciblée. Les dégâts sont conséquents. Des inscriptions "FLNC" ont été retrouvées sur les murs de l'habitation.

  • à Bastelicaccia :

Une résidence en construction a été endommagée. L'explosion s'est produite vers 22h20.

  • À Viggianello,
  • À Olmeto,
  • À Tavera, 
  • À Sainte-Lucie-de-Porto-Vecchio,
  • À Ajaccio :

L'ancien centre des impôts d'Ajaccio a été ciblé aux environs de 23h40, sans faire de blessés.

  • À Tavaco :

Les secours ont été alertés de l'explosion d'une villa aux environs de 22h10.

  • à Alata :

D'importants dégâts ont été constatés sur une résidence. Un périmètre de sécurité a été mis en place par les démineurs, en la crainte de la présence d'une possible autre charge sur les lieux.

  • à Lecci :

Trois maisons ont été ciblées par des explosifs. Les sapeurs-pompiers sont intervenus sur les lieux aux environs de 2h du matin. Des tags ont été retrouvés sur ces trois habitations.

  • et à Coti-Chiavari :

Cet attentat a eu lieu avant 4h du matin, alors que des personnes se trouvaient dans le logement visé. Celles-ci ont été évacuées en état de choc par les secours. Leur état de santé n'a néanmoins pas été jugé inquiétant.

Haute-Corse

En Haute-Corse, on enregistre au moins 11 actions :

  • à Lucciana :

Une explosion suivie d'un feu a été constatée sur une villa en construction peu avant 23h. Aucune charge explosive n'a à ce stade été retrouvée sur place.

  • à Santa-Riparata-di-Balagna :

Une explosion a été signalée peu avant 22h20. La résidence n'était pas occupée au moment des faits, et seuls de légers dégâts ont été relevés.

  • à Brando :

Plusieurs détonations y ont été entendues sur la route de Mausoleo en l'espace d'une demi-heure, entre 22h30 et 23h. Ces explosions ont visé cinq logements d'un même lotissement, et entraîné l'évacuation de plusieurs habitants. Des bouteilles de gaz ont été retrouvées sur les lieux.

  • à Ghisonaccia :

Cette habitation se trouve sur la route de la mer de la commune. Il s'agirait, selon nos informations, d'une résidence secondaire appartenant au directeur général d'une banque. L'alerte a été donnée aux environs de 19h30, après la découverte d'un extincteur rempli d'un mélange explosif, et couplé à un dispositif d'allumage. La charge a été neutralisée par les démineurs.

Une nouvelle tentative d'attentat contre une résidence de Ghisonaccia a été découverte dans la matinée de ce lundi 9 octobre. La charge, à savoir un extincteur couplé à un mélange explosif, a sauté, provoquant de légers dégâts à l'entrée de l'habitation. Les démineurs se sont rendus sur place.

  •  À Sainte-Lucie de Moriani :

Il s'agit d'une résidence en construction, localisée au lieu-dit Mezzane. Une bouteille de gaz et un mélange explosif ont été placés dans un vide sanitaire. Les dégâts constatés sont légers.

  • et à Folelli :

Deux explosions ont été repérées dans deux villas en construction sur la route de San Pellegrino. De légers dégâts ont été recensés sur les habitations. Une bouteille a été retrouvée sur les lieux.

De nombreuses détonations entendues

Outre ces 23 résidences visées, d'autres détonations ont été entendues dans plusieurs communes insulaires, comme dans le secteur de Calvi, où aucune résidence visée n'a pu être pour le moment être constatée. Les services de gendarmerie ont travaillé toute une partie de la nuit, et travaillent encore à identifier d'éventuelles autres cibles, difficilement repérables, de nuit et sans incendie.

Les autorités ne disposent pas à cette heure d'informations concernant la présence ou non de tags ou revendications devant d'autres résidences visées que celles de Lecci, ni l'ampleur des possibles dégâts survenus sur toutes ces mêmes habitations. Les démineurs ont été appelés pour l'ensemble des actions repérées.

Reste que le caractère concerté de ces différentes actions laisse penser à une nuit bleue, qui pourrait s'inscrire dans le cadre d'une reprise des attentats.

Le parquet national antiterroriste se saisit du dossier

Contacté, le procureur de la République de Bastia n'a, à ce stade, pas pu être joint. Le procureur de la République d'Ajaccio, Nicolas Septe, indique, lui, que les premiers recensements "font apparaître une dizaine d’attentats en Corse du Sud commis à partir de 22h30."

Le parquet de Corse-du-Sud souligne néanmoins que "le recensement est cependant toujours en cours d'approfondissement". "Sous réserve d’analyses plus approfondies, les dégradations par incendie et explosions auraient été commises par utilisation de différents procédés, : de l’explosif, des bombonnes de gaz, du nitrate, parfois ces différents procédés étant eux-mêmes associés."

Certaines de ces actions ont été signées FLNC par des inscriptions tracées sur les murs, précise Nicolas Septe. Les attentats recensés n'ont occasionné "aucun blessé grave". 

Le parquet national antiterroriste a activé sa saisine à la mi-journée.

Des attentats dans un contexte de processus politique

Dans un bref communiqué reçu et authentifié par Corse-Matin, le FLNC a indiqué revendiquer ces actions.

Des attentats qui interviennent dix jours après la visite en Corse du président de la République, Emmanuel Macron. Dans un discours à l'Assemblée de Corse, le chef de l'Etat avait annoncé sa volonté d’inscrire l'île dans la Constitution pour aller vers une autonomie.

Une prise de position qui a pu satisfaire une partie des nationalistes, mais qui a été jugée sévèrement par les mouvements indépendantistes, pour qui le compte n’y est pas pour sauver "le peuple corse menacé d’extinction". Le collectif Patriotti avait même appelé avant cette visite l’ensemble des nationalistes à s’intégrer dans une "démarche patriotique de résistance face à l’Etat", en conviant l'ensemble des militants à une grande réunion, le 15 octobre prochain à Corte.

Le FLNC avait réaffirmé le 1er août dernier qu’il était prêt à mener des actions violentes, revendiquant à ce titre 16 attentats. Cette nuit bleue - la première depuis 2012 -, démontre une certaine capacité à agir en concordance sur une grande partie du territoire. Les clandestins s’invitent ainsi dans le processus politique ouvert entre l’Assemblée de Corse et l’Etat.