Fraudes aux aides agricoles : Joseph Colombani et deux exploitants épinglés pour des "anomalies" sur des factures

Publié le Mis à jour le
Écrit par Axelle Bouschon avec AFP
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Dans un récent rapport, l'office antifraude de l’Union européenne pointe des "anomalies" dans des factures présentées par des exploitants agricoles corses entre 2007 et 2015 pour bénéficier d'aides agricoles européennes. Parmi eux, Joseph Colombani, qui assure ne pas avoir été tenu au courant.

Nouvel épisode dans le feuilleton de fraudes aux aides agricoles en Corse. L’office antifraude de l’Union européenne (Olaf) recense ainsi dans un rapport daté de décembre 2020 des "anomalies" constatées parmi des factures ayant été présentées par des exploitants agricoles pour obtenir des subventions. L’enquête porte sur la période 2007 à 2015.

En huit ans, le cumul des sommes n'est pas pharaonique : 61.660 euros ont été versés à la totalité des bénéficiaires de ces subventions. Sur cette somme, 29.708 euros l’ont été par l’Union européenne, au titre du fonds européen pour le développement rural, le reste correspondant aux subventions de l’Etat français ou de la Collectivité territoriale de Corse. "Au regard de la réglementation nationale, les faits établis pourraient être qualifiés d'escroquerie et de faux et usage de faux", souligne l’Olaf, qui recommande le recouvrement de ces aides.

Trois exploitants sont visés par l’organisme européen. Parmi eux, Joseph Colombani, président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse et du syndicat agricole FDSEA, pour une somme de 7.775 euros.

Un "tribunal public"

Contacté, Joseph Colombani tempête contre ce qu’il considère être un "tribunal public et médiatique".

Il affirme ainsi ne pas avoir été informé par les autorités financières de la constatation de ces "fausses factures" en question. Un courrier à ce sujet lui aurait bien été adressé le 4 mai 2020. Mais ce message, il assure "ne jamais l’avoir reçu". "Je ne sais pas si c’est une lettre ou un mail, je n’en sais rien, parce que je ne l’ai pas vu. Le 4 mai, on était au sortir du confinement, et des messages, j’en reçois beaucoup par jour."

D’autant plus, estime-t-il, qu’il existait d’autres façons de le contacter : "l’Olaf et la brigade financière ont mon numéro de téléphone. Ils auraient pu m’envoyer un huissier. Mais ils n’ont rien fait."

C’est finalement par le biais des médias qui l’ont contacté à ce sujet que le président de la chambre d’agriculture de Haute-Corse aurait appris la nouvelle, cette semaine.

Un citoyen a le droit d’être informé avant l’opinion publique de ce qui le concerne. Ce ne sont pas des méthodes !

Joseph Colombani, président de la chambre d'agriculture 2B

Résultat, il déplore se retrouver contraint à se "défendre sans avocat, sans même connaître le dossier ni les faits exacts qui me sont reprochés. Fausses factures, c’est vague, de quoi parle-t-on exactement ?". "Un citoyen a le droit d’être informé avant l’opinion publique de ce qui le concerne. Ce ne sont pas des méthodes !"

Pour le président de la Chambre d’agriculture de Haute-Corse, derrière ces suspisions de fraudes "datées de plus de dix ans", il y aurait surtout une volonté de "l’attaquer" personnellement.

"On veut la peau du président. Pourtant, je n’ai pas de grosses ambitions électorales, je remplis ma fonction, mais on essaye de m’attaquer."

Plusieurs enquêtes pour soupçons d’escroqueries en cours

Pour rappel, ce rapport intervient alors que plusieurs enquêtes judiciaires pour soupçons d'escroquerie aux aides européennes sont en cours en Corse.

L’une a conclu à une surévaluation du cheptel et des hectares déclarés par le directeur de la Chambre d'agriculture de Corse-du-Sud, Jean-Dominique Rossi et cinq de ses proches, ce qu'ils contestent fermement. Le préjudice est estimé à 1,4 million d'euros. Après plusieurs reports, leur procès doit se tenir en septembre prochain.

En Haute-Corse, la famille du dirigeant du syndicat agricole FDSEA, Sauveur Vallesi, est également au centre d’une enquête pour fraudes aux aides agricoles. Elle concerne 760.000 euros d'aides européennes touchées entre 2015 et 2018. Le procès doit avoir lieu en 2021.

 Joseph Colombani indique être lui-même convoqué par la brigade financière d’Ajaccio, à Borgo, le 3 mars prochain, en sa qualité de président de la chambre départementale d’agriculture, au sujet des fraudes aux aides surfacique de la Paac survenues dans les dernières années.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.