Ponte Leccia : l’abattoir fermé pour cause de Covid

Publié le Mis à jour le
Écrit par Alain Stromboni
L'abattoir de Ponte Leccia est fermé temporairement pour cause de Covid.
L'abattoir de Ponte Leccia est fermé temporairement pour cause de Covid. © FTV

En raison de cas de Covid détectés sur le site, l’abattoir de Ponte Leccia est fermé jusqu’à nouvel ordre par décision préfectorale. Une fermeture qui intervient à un mauvais moment, notamment pour les éleveurs porcins et ovins, décembre étant le mois d’abattage des cochons et des agneaux.

[Mise à jour du 3 décembre : L'abattoir rouvre ses portes le 6 décembre]

Depuis ce lundi, l’abattoir de Ponte Leccia ne peut plus accueillir les éleveurs.

"Pour des raisons sanitaires et suite aux mesures prises par les services de l’État, son fonctionnement est affecté, notamment au niveau de sa direction", indique un communiqué du SMAC (Syndicat mixte de l’abattage en Corse). Cinq cas positifs au Covid-19 ont été détectés sur le site. L’abattoir est donc fermé temporairement et ce jusqu’à nouvel ordre."

Pour les éleveurs, cette fermeture intervient dans la haute saison pour l’abattage des porcs et des agneaux.

"Cela pose de gros problèmes, notamment pour les éleveurs porcins qui ont commencé à tuer depuis quinze jours, explique Paul-André Fluixa, membre du bureau du syndicat Via Campagnola. Pour les agneaux et les cabris dont l’abattage va bientôt commencer, ça va être également compliqué."

Même son de cloche du côté du Syndicat de Défense et de Promotion des Charcuteries corses. "Cela engendre à la fois des complications au niveau de l’organisation et des pertes financières, souligne le président Nicolas Capodimacci, éleveur de porcs à Rosazia. Chaque année, à cette période, on se rend compte qu’il n’y a pas assez d’abattoirs en Corse. Depuis 3 ans, nous travaillons avec l’ODARC (Office du développement agricole et rural de la Corse) et le SMAC. Il y a eu des évolutions positives mais ce n’est pas évident de tout changer en un coup de baguette magique."

"Malheureusement, le Covid s'est abattu sur des salariés de l'encadrement et des équipes opérationnelles de l'établissement, explique Paul-Joseph Caïtucoli, président du SMAC. Je tiens à saluer les salariés qui se sont mis en quatre pour dispatcher les abattages sur les établissements du sud de l'île."

Seule structure du Cismonte

Unique abattoir de la Haute-Corse parmi les cinq que compte l’île, celui de Ponte Leccia a été inauguré en 2005. D’une surface utile de 1150 mètres carrés, il peut accueillir toutes les espèces (bovins, ovins, caprins et porcins).

Depuis ce lundi, les éleveurs du nord de l’île sont donc contraints de se replier sur les structures du Sud. "En attendant, les éleveurs de porcs peuvent se rendre aux abattoirs de Bastelica et Cozzano, indique Nicolas Capodimacci. On a demandé aux services de la Collectivité de Corse de déneiger les cols, notamment celui de Verde afin que les exploitants du nord puissent accéder sans trop de difficultés à l’abattoir de Cozzano. On a aussi demandé au SMAC et à l’ODARC une compensation financière pour prendre en compte les coûts de transport supplémentaires et éventuellement les coûts d’abattage."

"Nous allons dédommager les éleveurs, confirme le président Caïtucoli. On a bien conscience que c'est une situation critique pour la commercialisation des porcs et des agneaux."

Réaction des politiques

À la suite de l’annonce de cette fermeture temporaire, le groupe nationaliste "Avanzemu" a réagi dans un communiqué. Ses élus à l’Assemblée de Corse "réclament un soutien des pouvoirs publics pour les éleveurs".

Pour le groupe d'opposition présidé par Jean-Christophe Angelini, "le SMAC et la Collectivité de Corse doivent être en capacité de mettre en œuvre une politique publique de soutien à ces filières". "Aujourd’hui, le contrat n’est pas respecté, dans un dossier où la responsabilité de l’Etat reste entière", indique le communiqué.

Conseillère territoriale "Avanzemu", Vanina Le Bomin a d’ailleurs indiqué sur Twitter être "intervenue à la Chambre des territoires sur la situation extrêmement préoccupante des éleveurs de la filière porcine, et demain ovine et caprine, suite à la fermeture de l’abattoir".

Cette fermeture ravive les discussions sur "les problèmes structurels et organisationnels" pointés par certains exploitants. Le 25 novembre, Core in Fronte était d'ailleurs monté au créneau pour apporter "son soutien aux éleveurs et aux employés de l’abattoir de Ponte Leccia". À cette date, celui-ci n'était pas encore fermé à cause du Covid.

Dans un communiqué, le parti indépendantiste faisait état de "l’inquiétude de plusieurs éleveurs de Castagniccia, de Balagne et du Cortenais concernant l’organisation et les horaires qui ne permettaient pas un travail efficace" à cette époque de l’année marquée par une forte activité. Le texte du groupe présidé par Paul-Félix Benedetti à l’Assemblée de Corse évoquait également "le sous-effectif de l'établissement".

"Je ne nie pas qu'il y a quelques problèmes"

"Il faut que la Collectivité de Corse et le SMAC prennent en charge de manière efficiente le problème des abattoirs en Corse, souligne de son côté Paul-André Fluixa de Via Campagnola. L’abattage, c’est le premier maillon de la chaîne. Si on ne peut pas abattre, on ne peut pas commercialiser."

"Je ne nie pas qu'il y a quelques problèmes, notamment sur la formation, répond le président Caïtucoli, élu "Fà populu inseme" à l'Assemblée de Corse. Il y a une réflexion à ce sujet. Nous avons d'ailleurs pris attache avec la Chambre des métiers et le CFA (Cente de formation des apprentis) pour mettre en place des formations. J'appelle tout le monde à garder la tête froide. Il faut sortir des discussions politiciennes. J'appelle les autres élus, qui font partie du conseil d'administration du SMAC, à venir travailler avec nous. Il faut se serrer les coudes."

Déjà fermé il y a un an

En septembre 2020, l’abattoir de Ponte Leccia avait déjà dû baisser son rideau en raison de la crise sanitaire. Un cas positif au Covid avait été détecté sur le site qui était resté fermé pendant une semaine.

"Cela avait causé moins de problèmes car on n'était pas dans une période de haute saison, tempère Nicolas Capodimacci qui ajoute : pour la filière porcine, il y a néanmoins une surcharge de travail dans les abattoirs de l'île. En effet, ils reçoivent également des porcs élevés sur le continent. Il n’y a aucune logique, si ce n’est de donner du travail en plus. Le 10 novembre dernier, nous avons eu une réunion de travail avec l’ODARC et le SMAC afin d’élaborer un programme sur toute la saison. Notre but est que toutes les filières puissent s’organiser entre elles et que cela soit plus fluide au niveau des abattoirs. Chacun de notre côté, on essaie de faire avancer les choses. Là, pour ce qui est du Covid, personne n’y est pour rien."

De son côté, le SMAC indique que "la date de réouverture de l’abattoir de Ponte Leccia sera communiquée ultérieurement, dès que les autorités auront constaté des conditions sanitaires satisfaisantes qui permettront un retour normal de l’activité". "Nous espérons rouvrir l'abattoir lundi prochain", précise Paul-Joseph Caïtucoli.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.