Coronavirus en Corse : une personne porteuse du virus décédée à Ajaccio

L'hôpital d'Ajaccio / © FTVIASTELLA
L'hôpital d'Ajaccio / © FTVIASTELLA

Un homme âgé de 89 ans est décédé ce matin à l'hôpital d'ajaccio, où il était hospitalisé en réanimation. Il était porteur du coronavirus. 

Par Sébastien Bonifay & Axelle Bouschon & A.A.


Ce direct est désormais clôturé. Les points de situation seront désormais journaliers.

► Pour suivre le direct complet du lundi 9 mars : 
 
 
  •  DIMANCHE 8 MARS

CORSE - 17h : Une réunion, à laquelle ont pris part le préfet de Corse, la rectrice, et la directrice de l'ARS s'est tenue en préfecture d'Ajaccio. Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'Agence régionale de santé a confirmé que 23 cas été désormais détectés à Ajaccio - dont trois personnes en réanimation -, 28 sur la Corse toute entière. 

La situation a évolué en Corse-du-Sud : le virus, auparavant uniquement "importé", circule désormais à Ajaccio. Une situation de "cluster", c'est-à-dire une zone de circulation active du virus, est désormais avérée dans la ville. Elle devient ainsi le septième foyer d'épidémie répertorié en France, avec l'Oise, le Val d'Oise, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, Mulhouse et le Morbihan.

Pour faire face à cette situation, le préfet de région a annoncé la mise en place de nouvelles mesures, parmi lesquelles, à Ajaccio, la fermeture pour quatorze jours des crèches, écoles, collèges et lycées, et l'interdiction de rassemblements et manifestations de plus de 50 personnes dans des espaces confinés.
 



CORSE - 13h30 : Suite à la croissance rapide de cas confirmés à Ajaccio, une réunion - à laquelle prendront part le préfet Franck Robine ; la rectrice de Corse Julie Benetti ; et la directrice de l'Agence régionale de santé Marie-Hélène Lecenne - se tiendra en préfecture, ce dimanche à 17h. Des nouvelles mesures seront notamment annoncées.

Aucun bilan actualisé du nombre de personnes infectées n'a pour l'heure été divulgué.

CORSE - 10h : Selon nos informations, plusieurs nouveaux cas de coronavirus auraient été confirmés à Ajaccio ce dimanche. L'Agence régionale de santé ne communique pas sur la question pour l'instant, mais le bilan, pour l'heure de 19 cas confirmés, pourrait donc être amené à évoluer très prochainement.

CORSE - 9h30 : Jusqu'à présent, pour dépister le coronavirus, les prélèvements effectués sur les insulaires étaient tous envoyés au centre hospitalier référent la Timone, à Marseille, où ils étaient ensuite analysés. Une situation à priori bientôt amenée à changer : un laboratoire, celui du Dr Jean Canarelli, est ainsi en cours d'équipement et de certification à Ajaccio. Il devrait être en mesure de prendre en charge les tests pour toute la Corse à partir de la semaine prochaine.
 

Coronavirus : un laboratoire bientôt en mesure d'effectuer les tests de dépistage à Ajaccio
Intervenant - Dr. Jean Canarelli Equipe : Ophélie Perroux


- 8h : L'Italie, avec 233 morts et presque 6 000 cas, est de loin le pays européen le plus touché par l'épidémie de coronavirus. Le gouvernement italien a ainsi décidé de mesures sans précédents : c'est en quarantaine que se sont réveillés 15 millions d'Italiens dans le nord du pays, ce dimanche. La carte des régions concernées est à retrouver ici. Dans ces zones, toutes manifestations culturelles, religieuses et sportives sont interdites. Toutes les salles de cinéma, théâtre, ou encore les musées du pays garderont également portes closes jusqu'à nouvel ordre.

  • SAMEDI 7 MARS

FRANCE - 19h30 : On compte désormais 949 cas confirmés en France, soit 336 de plus qu'hier, et 16 personnes décédées, parmi lesquelles "12 personnes de plus de 70 ans avec des causes de co-morbidité sous-jacentes", souligne le directeur général de la santé Jérôme Salomon. 45 personnes sont dans un état grave, soit 16 de plus que la veille.

CORSE - 18h30 : Onze nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés à Ajaccio
, annonce l'ARS, portant à 14 le nombre de cas détectés dans la ville. En Haute-Corse, 5 cas confirmés sont hospitalisés à l'hôpital de Bastia. Le bilan de patients infectés par le coronavirus s'élève donc, à cette heure, à 19 cas pour la Corse. 

 


BASTIA -16h30 : Face au risque de propagation du coronavirus, les huit têtes de listes aux municipales de Bastia annulent leurs prochains meetings. Une décision votée ce samedi dans une réunion organisée à l'appel du maire, Pierre Savelli. Ils emboîtent ainsi le pas aux prétendants à la mairie d'Ajaccio, qui ont voté la même mesure, hier, vendredi.

 

Bastia : les meetings des candidats aux municipales annulés


- 14h : Le carnaval de Bastia, prévu le 14 mars, est annulé, annonce le maire, Pierre Savelli. "Cet évènement rassemble chaque année plus de 5 000 personnes, majoritairement des enfants accompagnés de leurs familles [...] L'importance du rassemblement, sa nature même, qui impose des contacts et échanges prolongés entre groupe de personnes et sa durée me conduisent à prendre la décision de reporter cet évènement", explique-t-il.
 


CORSE - 10h40 : Hier, vendredi, une vingtaine de tests de dépistage du coronavirus ont été effectués à Bastia. Selon nos informations, la majorité de ces prélèvements sont revenus négatifs. Mais 3 nouveaux cas ont été diagnostiqués.

Le bilan de patients infectés au coronavirus passe donc à 5 cas en Haute-Corse. Un chiffre qui vient s’ajouter aux 3 cas confirmés à Ajaccio. On compte donc, à ce stade, 8 personnes contaminées au Covid-19 sur l’île.

Un total qui pourrait être prochainement revu à la hausse : toujours selon nos informations, d'autres cas auraient également été détectés ce samedi à Ajaccio.


 

Coronavirus : point de situation samedi 7 mars en Corse
Intervenant - Dr André de Caffarelli Directeur du pôle urgences de l'hôpital de Bastia Equipe - GRAZIANI Maia - LAPERA Stéphane - GINESTE Christophe


MONDE - 8h : La barre des 100 000 cas détectés est dépassée. En tout, ce sont 92 pays qui sont désormais touchés par le coronavirus. L'Organisation mondiale de la santé estime que la propagation du virus "est très préoccupante".

- 7h : Le match de rugby qui devait opposer ce samedi la France à l'Ecosse dans le tournoi des VI Nations féminin à Glasgow est reporté, une des joueuse écossaise ayant été testée positive au Covid-19. Les autres matchs du tournoi devraient se dérouler comme prévu.

 

  • VENDREDI 6 MARS

FRANCE - 20h : 190 cas supplémentaires de coronavirus ont été détectés. La France compte donc à ce jour 613 patients infectés depuis le début de l'épidémie, dont 39 dans un état grave. Neuf personnes sont décédées.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé qu'à présent "seuls les patients présentant un état clinique sévère resteront soumis à un test".


Les crèches, maternelles, collèges et lycées seront fermés à partir de ce soir et durant 15 jours dans l'Oise et le Haut-Rhin, indique le Premier ministre. Une mesure de sécurité pour endiguer la propagation du virus dans ces territoires fortement affectés. Une plateforme d'enseignement à distance est prévue par les autorités pour assurer la continuité pédagogique des élèves.

- 20h : Les ventes de ticket sont suspendus à bord des bus Muvistrada, annonce la CAPA. Une mesure mise en place pour éviter la propagation du coronavirus. Pour acheter un ticket, l'usager pourra donc soit envoyer un SMS (MUVI1 au 93020), soit payer directement via l'application de la compagnie.
 


CORSE - 18h30 : Alors que deux cas de contamination au coronavirus en Haute-Corse ont été confirmés ce matin, l'enquête menée par l'ARS révèle que le nombre de "sujets-contacts", c'est-à-dire ayant eu un lien proche avec les personnes infectées, est, à ce stade, de 21. Toutes ont été appelées individuellement et ont reçu une conduite à tenir précise, assure l'organisme.

Pour rappel, 30 cas contacts sont également suivis par l'ARS à Ajaccio. À
cette heure, aucun autre cas confirmé de coronavirus n'est enregistré en Corse.
 

CORSE -18h : Les représentations du spectacle "César Vezzani", prévues ces vendredi 6 mars et samedi 7 mars au théâtre de Bastia sont reportées. Une décision qui fait suite à un arrêté préfectoral relatif aux risques de propagation du coronavirus. 

En Corse-du-Sud, toutes les manifestations culturelles prévues ce week-end sont maintenues. Pour les évenements sportifs, c'est au cas par cas : ainsi, les matchs de foot du GFCA ce soir et de l'ACA demain, samedi, se dérouleront comme prévu. En revanche, la rencontre de rugby qui devait se dérouler à Vignetta et le gala de boxe au gymnase du Rossini sont annulés.

Le match du GFCA Volley-Ball qui devait avoir lieu samedi face à Nantes est enfin reporté à une date ultérieure. En cause : un des joueurs du club ajaccien présente des symptômes de coronavirus, alors que le club faisait face aux Italiens de Modène le 26 février dernier.
 

 BASTIA - 17h30 : Le maire de Bastia, Pierre Savelli, annonce "en tant que maire et candidat" avoir également "invité tous les candidats à l'élection municipale de Bastia à se réunir afin que nous définissions ensemble la stratégie à adopter dans le cadre de la campagne du 1er tour". Le rendez-vous est donné pour le samedi 7 mars, à 13h, à la mairie de Bastia.
 

AJACCIO - 17h : À l'appel du maire de la ville, Laurent Marcangeli, une réunion s'est organisée entre tous les candidats aux élections municipales. Objectif : décider du maintien ou non des prochaines réunions publiques d'avant premier tour du fait des risques de propagation du coronavirus. La décision d'annuler par principe de précaution tous les meetings a été validée à l'unanimité.
 
 
- 16h : Face au risque d'épidémie de coronavirus, les urgences, débordées, ont été amenées à modifier leur système d'accueil des cas "possibles". Ainsi, à l'hôpital de Bastia, plutôt que de venir chercher ces personnes potentiellement infectées directement à leur domicile, ces dernières se voient attribuées une heure précise de rendez-vous. Elles sont ensuite invitées à se rendre par leurs propres moyens sur une partie du parking de l'établissement, interdite aux autres visiteurs, où des soignants les rejoignent pour les équiper de tenues adaptées, jusqu'au lieu de dépistage. 
 
CORSE - 14h : Alors que cinq cas de Covid-19 ont à ce stade été détectés en Corse, faut-il empêcher la tenue des derniers meetings des candidats aux municipales ? C'est une des questions auxquelles les élus et représentants de l'ARS se sont attelés à répondre, ce vendredi matin, au cours d'une réunion extraordinaire dans les locaux de la collectivité de Corse. Pour Jean-Guy Talamoni, "la conférence des présidents ne peut pas prendre de décisions. Il appartient aux candidats, de façon libre et concertée nous l'espérons de décider au cas par cas dans les communes l'annulation éventuelle des meetings."

Une position qui va plus loin que celle annoncée par l'Etat. "Cette position de l'Assemblée de Corse laisse les candidats libres de faire ce qu'ils veulent faire. Nous pensons que c'est une position équilibrée qui donne un signal à la société corse."
 

"Le but c'est de faire aussi que toutes les tendances de l'Assemblée de Corse aient le même niveau d'information" rappelle Jean-Guy Talamoni. "J'ai tenu, en réunissant trois fois en quelques jours la conférence des présidents à ce que tous les groupes soient informés, ceux de la majorité comme ceux de l'opposition.

CORSE - 12h10 : Le préfet de Corse, Franck Robine, répond à nos questions à la sortie de la réunion : 
 

CORSE - 11h30 : Les finales des championnats des Jeunes d'Échecs sont reportées au mois d'avril, annonce ce vendredi la Ligue Corse d'Échecs. En tout, c'est quelques 180 finalistes en provenance de toute l'île de beauté qui étaient attendus à Corte ce week-end. Un afflux de personnes jugé trop risqué, dans un contexte "d'aggravation de la propagation du coronavirus" en Corse.
 

CORSE - 11h : Après une journée agitée hier à l'école de Biguglia, où la confusion régnait chez les enseignants et les parents d'élèves alors qu'un cas suspect était décelé parmi le personnel de l'établissement, on a appris ce matin que les tests s'étaient révélés négatifs. Les enseignants avaient voulu faire valoir leur droit de retrait. L'occasion pour la rectrice, Julie Benetti, de rappeler dans quels cas peut s'exercer ce droit de retrait :
 
Droit de retrait des enseignants à l'école de Biguglia

CORSE - 10h : Une réunion se tient actuellement dans les locaux de la Collectivé de Corse, en présence des élus, des services de l'Etat, des représentants de l'ARS, et de la rectrice. 
 
Réunion à la collectivité de Corse / © DR
Réunion à la collectivité de Corse / © DR


CORSE - 9h20 : Deux nouveaux cas ont été détectés en Corse, cette fois-ci dans le nord de l'île. Il semblerait, selon nos informations, que ce soit deux personnes revenant d'un séjour en Italie, et donc de deux cas une nouvelle fois importés. Leur état n'est pas jugé grave. L'ARS identifie les personnes qui auraient été en contact rapproché et proplongé avec ces patients. 
9 tests sont en attente de résultat. 
 

MONDE - 8h30 : 85 pays sont désormais touchés par l'épidémie. Ce qui porte le nombre de contaminations dans le monde à près de 100.000. Hier, un record de nouveaux cas et de décès a été atteint en France. Un député du Haut-Rhin, Jean-Luc Reitzer, a été contrôlé positif et placé en réanimation. 
 
  • JEUDI 5 MARS

FRANCE - 20h : Le nombre de cas de Covid-19 détectés en France s'élève désormais à 423, annonce Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Soit 138 cas de plus que la veille. La moitié de ces patients contaminés sont rattachés "à un regroupement de cas", ou "cluster", dont les plus connus se situent dans l'Oise, en Alsace, en Haute-Savoie et dans le Morbihan.

En tout, sept personnes sont décédées.

Pour Emmanuel Macron, le risque d'une épidémie est désormais "inexorable". Le chef de l'Etat réunissait ce jeudi une vingtaine de spécialistes à l'Elysée autour du sujet du coronavirus. Des personnalités de la recherche publique et privée, engagés dans la lutte contre la maladie. Et un rendez-vous visant notamment à encourager "la coopération" et à vérifier "la fluidité des relations" entre les différents acteurs "pour que des solutions soient apportées dans les meilleurs délais".

- 19h : L'épidémie s'aggrave en Italie, avec 148 décès enregistrés, soit 41 de plus que la veille. Le nombre de cas total dans le pays a également fortement augmenté, passant de 3 089 à 3 858. Si la majorité des malades restent concentrés dans les territoires nord de l'Italie, toutes les régions du pays sont désormais touchées.

CORSE -18h : Une réunion - à laquelle prenait part la directrice de l'Agence régionale de santé, Marie-Hélène Lecenne, la rectrice de l'académie de Corse, Julie Benetti, et le préfet de Corse Franck Robine - s'est tenue en préfecture de Corse-du-Sud. L'enquête menée par l'ARS pour identifier les "sujets contacts", c'est-à-dire des personnes qui ont eu un contact proche avec un ou plusieurs des trois patients contaminés est toujours en cours. Pour l'heure, ce sont trente personnes qui ont été identifiées, précise la directrice de l'ARS.
 
Coronavirus : "30 sujets contacts ont été identifiés"
Intervenant - Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'Agence régionale de santé de Corse Equipe : Dominique Moret
 

Ces dernières ont été informées de la situation et mises en quatorzaine. "Nous allons suivre leur état de santé, évaluer l'apparition possible de leurs symptômes" précise Marie-Hélène Lecenne. Ces "sujets-contacts" sont invités à prendre leur température deux fois par jour et respecter les "mesures barrières". Des masques spécifiques leur seront de plus bientôt acheminés.

Parmi ces trente personnes, quelques enfants. S'ils sont soumis à une "éviction scolaire" durant les 14 prochains jours, ils se sont cependant rendus en cours lundi et mardi. Pas de risques pour autant pour les personnels de l'école et leurs camarades de classe : "ils ne présentaient pas de symptômes ce jeudi", et la contamination ne commence qu'à être effective à "J-1 de l'apparition des symptômes", explique le préfet de Corse. Une continuité pédagogique à distance sera assurée pour ces enfants, comme initialement prévu, indique Julie Benetti.
 

CORSE - 16h30 : Suite à l'annonce des trois cas contaminés par le coronavirus à Ajaccio, la ville a publié un communiqué. La mairie explique ainsi avoir tenu "un comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) extraordinaire en début d’après-midi, suite à réunion de crise organisée en Préfecture" le matin.

"Les services municipaux poursuivent leur activité normalement, tout en prenant des dispositions d’hygiène et de sécurité drastiques (mobilisation des équipes d’entretien, mise à disposition de solutions hydro-alcooliques, ainsi que de mouchoirs en papier et lingettes désinfectantes...) afin de limiter au mieux la propagation du virus" précise la mairie, qui ajoute que les mesures de prévention annoncées par le Ministère de la santé "s'appliquent à Ajaccio comme sur l'ensemble du territoire national".

Tous les spectacles organisés à l'Espace Diamant "dont les protagonistes ont transité par une des zones à risque" seront annulés, indique le communiqué. "À ce stade, seul l’événement « Donne in Festa » prévu ce vendredi au Palatinu est reporté. Aucune autre manifestation organisée à Ajaccio n'est concernée par des mesures d'annulation."
 CORSE - 16h : La mairie de Biguglia "tient à rétablir quelques faits concernant l’école Simone Peretti : pour le moment, aucun cas de Covid-19 n’a été confirmé parmi les personnels ou les élèves de l’école". Une affirmation tenue par la municipalité sur sa page Facebook, à la suite de fausses rumeurs relayées "sur la toile ou au forum d'une radio régionale". "Les enseignants ont fait valoir leur droit de retrait, qui a bien évidemment été refusé par leur hiérarchique le DASEN", explique-t-elle, ajoutant que "le Ministre avait d’ailleurs rappelé, pas plus tard que ce matin, que le Coronavirus ne saurait constituer un motif valable pour dispenser les enseignants d’exercer leur fonction."

"L’école demeure donc ouverte et accueillera vos enfants demain, comme chaque jour de la semaine
" assure la mairie. "Nous en appelons au civisme et à la responsabilité de chacun [...], il est dangereux et contre-productif d’entretenir un climat de psychose et de paranoïa sur les réseaux sociaux ou à l’antenne d’une station de radio."
 

-15h : Plusieurs pharmacies insulaires sont en pénurie de gels hydroalcooliques et de masques. 
 

Coronavirus : pénurie de gels et de masques dans les pharmacies


FRANCE - 14h : La ministère de la Santé recense 377 cas de contamination au Covid-19, soit 92 de plus que la veille. L'épidémie a également fait deux nouveaux morts, âgés de 74 et 63 ans, qui s'ajoutent aux quatre autres à déplorer des précédentes semaines.

CORSE - Trois cas confirmés de Coronavirus ont été détectés à Ajaccio. Selon nos informations, ces personnes, des retraités, auraient séjourné à Mulhouse et participé à un rassemblement évangélique avant de revenir en Corse le 24 février dernier. Il s'agit des premiers patients infectés par le virus dans l'île. 
 

Les tests concernant une quatrième personne, âgée de 22 ans, se sont finalement avérés négatifs. 
 
 
  • MERCREDI 4 MARS

CORSE - 7h45 : Le bilan dans le pays est désormais de 4 victimes et de 285 cas confirmés. Les cinq continents sont désormais touchés, et le nombre de décès dans le monde s'élève à 3.125 (2.946 en Chine).
La Corse est la seule région de la France métropolitaine épargnée, pour l'heure, par le virus. 
Dans les entreprises de l'île, on a pris des mesures pour que cela en reste ainsi :
 
Quelles mesures dans les entreprises ?
Intervenants - Frédéric Lavigne Secrétaire général de la préfecture de Haute-Corse Sandrine Delecroix Surveillante hospitalière Charles Zuccarelli Président du medef Corse Equipe - SERRERI Kael Leonetti Guillaume Louche Anne-Laure
 
  • MARDI 3 MARS

FRANCE - 12h45 : Deux nouveaux cas ont été identifiés dans le Gard et à Marseille portant à 193 le nombre de personnes infectées dans le pays. 
 
  • LUNDI 2 MARS


FRANCE - 20h : Jérôme Salomon, directeur général de la santé, annonce que le pays compte 191 cas confirmés de Coronavirus, 61 de plus que la veille. Le virus a fait une troisième victime sur le territoire national. 

CORSE - Tous les personnels de l’hôpital de Bastia ont été formés, lundi, pour se prémunir du Coronavirus. Ainsi, chacun doit se laver régulièrement les mains, durant 30 secondes ; se couper les ongles et retirer ses bijoux sous gants. En cas d’intervention délicate, notamment à l’extérieur, l’équipement devient spectaculaire : combinaison, couvre-bottes, deux paires de gants et des lunettes étanches. 
 
Lundi 2 mars, tous les personnels de l’hôpital de Bastia ont été formés pour se prémunir, au mieux, du Coronavirus. / © Audrey Paillasse
Lundi 2 mars, tous les personnels de l’hôpital de Bastia ont été formés pour se prémunir, au mieux, du Coronavirus. / © Audrey Paillasse


CORSE - 8h30 : La rentrée des classes se déroule, en Corse, dans un climat un peu particulier. C'est la première fois que les élèves retrouvent leur école depuis l'apparition du Coronavirus, après des vacances de février où les insulaires à avoir voyagé, parfois dans des zones à risques, sont nombreux. 

 
Rentrée des classes
Equipe - Stella Rossi Lionel Luciani


FRANCE - Le pays, avec 130 cas de contamination, sur lesquelles 12 sont guéries, 2 sont mortes et 116 sont hospitalisées, est l'un des trois principaux foyers du virus en Europe, avec l'Italie et l'Allemagne.

Le semi-marathon de Paris a été reporté, le salon du Livre a été annulé, et le musée du Louvre est fermé.
Le bilan dans le monde a dépassé les 3.000 morts. 

 
  • DIMANCHE 1er MARS

CORSE - Point presse :
Santé : le préfet de Corse annonce que les hôpitaux de Bastia et Ajaccio sont aptes à pratiquer des prélèvements. Il indique que d’ici la fin de la semaine du 2 mars, les analyses pourront être pratiquées dans l’île. De son côté, la directrice de l’agence régionale de santé rappelle la nécessité de pratiquer les gestes barrières pour éviter la propagation du virus, comme se laver les mains régulièrement. Et précise que le port du masque est réservé aux soignants ou aux services de secours et n’est pas une recommandation grand public. 


École : la rectrice de Corse affirme que, contrairement au dispositif national, la mise en quarantaine, de 14 jours, des élèves et du personnel enseignant de retour des zones dites à risque est maintenu dans l’île. Une mise en place qui s’explique par le fait qu’aucun cas n’a encore été détecté en Corse. Selon Julie Benetti, cette mesure concerne, pour l’heure, quelques dizaines de personnes. Les élèves en quarantaine pourront continuer à suivre les cours via Internet. 

 


CORSE - 12h20 : L'agence régionale de santé confirme que les résultats des tests des sept patients à Bastia et Ajaccio sont négatifs

CORSE -  9h30 : Dans un communiqué l'agence régionale de santé a indiqué que "sept cas possibles" de Coronavirus ont été détectés dans l'île (six à Bastia et un à Ajaccio).  Qu’est-ce qu’un cas possible ? Il s’agit d’une personne qui aurait séjourné dans une zone dite « à risque » et qui présenterait les symptômes suivants : fièvre ; toux et/ou difficultés respiratoires. 

Depuis la semaine dernière, les prélèvements sont directement envoyés à Marseille pour analyse. Ce qui permet de réduire le temps de communication des résultats. Dans l’île, les hôpitaux d’Ajaccio et de Bastia sont aptes à recevoir des patients. Des espaces d’isolement ont été mis en place. 


Les précisions : 
Coronavirus : sept cas possibles en Corse, les précisions
Equipe - Kael Serreri

 
  • SAMEDI 29 FÉVRIER

CORSE – L’heure est à la prévention. À Bastia, dans les casernes de pompiers, les consignes de sécurité sont affichées et des équipements spéciaux sont mis à disposition. Ils comprennent une combinaison, un masque FFP2, des gants, des sur-chaussures. Le matériel permettra d’aborder un cas possible tout en évitant d’être contaminé. 

Autre exemple, dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées à Furiani plusieurs mesures ont été mises en place comme, par exemple, l’installation d’un filtre pour les visiteurs. Un « plan bleu » a également été déclenché, car les personnes âgées sont considérées comme particulièrement à risque. Le personnel soignant dispose donc de matériel de protection et les résidents sont surveillés. 

 
Coronavirus : l'heure est à la prévention dans les casernes de pompiers et les maisons de retraites
Intervenants - Dominique Simeoni, Médecin chef SIS Haute-Corse ; Renée Balbi, Directrice de l'EHPAD Equipe - Kael Serreri ; Hugo Laridon ; Julien Castelli.


FRANCE - 15h : Le ministre de la Santé annonce l'annulation de "tous les rassemblements de plus 5.000 personnes en milieu confiné". Le semi-marathon de Paris, prévu dimanche, est aussi annulé.

 


FRANCE - 9h30 : Emmanuel Macron préside un Conseil de défense et un Conseil des ministres exceptionnels. Des réunions qui doivent permettre, selon le gourvernement, "de prendre toutes les décisions qui s'imposent" pour éviter la propagation du Coronavirus. 
 
  •  VENDREDI 28 FÉVRIER

FRANCE -  20h : Le ministre de la Santé, Olivier Véran a annoncé 57 cas de Coronavirus confirmés sur l'ensemble du territoire. Selon lui, le pays est passé au "stade 2 de l'épidémie", le virus circule dans le pays, et recommande "d'éviter les poignées de mains". 

CORSE - 12h : Jusqu’ici l’espace de confinement prévu par l’hôpital de Bastia pour accueillir les cas possibles ou confirmés de Covid-19 ne disposait que de 4 lits. Un nombre insuffisant pour l'Agence régionale de santé, qui a demandé à ce qu’il puisse en accueillir 10. Il a donc été décidé d’installer l’espace de confinement à la place du service de pédiatrie, qui dispose d’un système autonome de ventilation, nécessaire pour éviter la propagation de la bactérie.


Entretien avec le directeur de l'hôpital de Bastia : 

Coronavirus : entretien avec le directeur de l'hôpital de Bastia



Une opération en trois étapes : dans un premier temps, une aile du quatrième étage, où se trouvaient des bureaux et des chambres qui servaient à loger les internes de garde l’été, a été entièrement vidée dans la matinée. Deuxième étape, déplacer le service de pédiatrie au quatrième étage. Et enfin, installer les chambres pour confiner les patients au premier étage, où se trouvait jusqu'alors le service pédiatrie.

Dix premiers lits vont être installés pour commencer, mais selon le besoin, il sera possible d'en disposer plus. Avec un objectif : être prêt pour demain samedi, et le retour des vacances. 
 

Coronavirus : l'espace de confinement du CH de Bastia déplacé au service pédiatrie
Equipe : Maïa GRAZIANI - Morgane Bona


FRANCE - 9h30 : 41 cas de contamination au Covid-19 sont confirmés sur le territoire français.

-7h30 : Le coronavirus touche désormais une cinquantaine de pays dans le monde. Des premiers cas ont été diagnostiqués en Afrique subsaharienne, au Nigeria, à Lagos ; et au Bélarus. L'Organisation mondiale de la santé appelle tous les pays encore épargnés à se préparer à l'arrivée du virus.

Au total, 78 824 cas et 2 788 morts sont recensés en Chine continentale depuis le début de l'épidémie. Un dernier bilan fait état de 327 nouveaux cas et de 44 morts au cours des dernières 24h. Un total en baisse : il s'agit du plus faible nombre de victimes comptabilisées dans le pays depuis le 24 janvier. Hors de Chine, le Covid-19 a infecté, à ce stade, plus de 4 000 personnes, dont plus de 60 mortellement.

​​​​​​

  • JEUDI 27 FÉVRIER

FRANCE - 20h : Le nombre de cas de coronavirus en France passe de 18 à 38 a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon indique que parmi les patients hospitalisés, deux personnes âgées de retour d'un voyage en Egypte, sont dans un état grave.

Plusieurs investigations sont en cours, le bilan pourrait donc encore évoluer dans les prochaines heures. "Nous restons au stade d'information qui consiste à freiner, ralentir, limiter la diffusion du virus" en France, a explique Olivier Véran.

Parmi ces nouveaux cas, "plusieurs cas groupés", dont notamment "une chaîne de transmission dans l'Oise" détaille Jérôme Salomon. Le "patient zéro" à l'origine de la contagion dans la région n'a pas encore été retrouvé.

 


- 15h : Durant son bilan quotidien, le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a indiqué que ce n'est désormais plus la Chine, d'où est parti l'épidémie de Covid-19, mais "le reste du monde" qui représente désormais sa plus grande préoccupation. La maladie a atteint un "point décisif" affirme-t-il, appelant les pays à agir au plus vite pour contenir le virus et "sauver des vies".

 


FRANCE - 14h : Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé à la sortie d'une conférence gouvernementale traitant du virus. Il a ainsi présenté la "stratégie" du gouvernement selon trois stades : le premier stade, celui où la France se trouve actuellement, "le virus n'est pas en circulation générale", et tout est mis en oeuvre "pour bloquer et traiter très vite les cas isolés". Second stade : le virus touche "des grappes de cas", comme c'est le cas dans le nord de l'Italie. Il faut alors les "isoler" et "prendre des décisions forte pour retarder ou éviter" la propagation.

Troisième stade, celui de l'épidémie, durant lequel le virus circule alors largement dans le pays. Des décisions "lourdes" doivent alors êtres prises. "Dans ce cas, le gouvernement n'aura pas la main qui tremble" assure le Premier ministre. 

"Chaque stade amène des réponses différentes et adaptées, déjà définies par le gouvernement, avec les meilleurs spécialistes" a-t-il précisé, ajoutant que "aujourd'hui la meilleure façon de se protéger ce n'est pas de se précipiter en pharmacie pour acheter des masques, c'est même déconseillé. C'est d'adopter les gestes simples recommandés par nos médécins. Ce virus n'est pas celui de la grippe mais on peut s'en protéger de la même façon qu'on se protége de la grippe."

 


FRANCE - 13h : Le ministère des Solidarités et de la Santé préconise aux enfants partis en vacances dans une zone soumise à un risque de contamination par le Covid-19 de rester chez eux et de ne pas se rendre en cours durant les 14 jours qui suivent leur retour. Les parents et autres adultes sont eux invités à privilégier le télétravail. "Ce n'est pas forcément une obligation, précise le ministère à France Info, on en appelle surtout au bon sens de chacun pour se protéger et protéger les autres".

 

À noter que s'il ne s'agit pour l'heure que de "recommandations" de la part du ministère et non d'obligations, une entreprise peut imposer le télétravail à ses collaborateurs revenus d'une zone à risque. Le risque d'épidémie rentre ainsi dans les "circonstances exceptionnelles" qui l'y autorise, comme l'indique l'article L1222-11 du code du travail.

Des mesures mises en place pour limiter le risque d'une éventuelle propagation de la maladie mais qui ont des conséquences concrètes pour l'éducation des écoliers, collégiens et lycéens ; et la vie professionnelle des travailleurs. Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a affirmé que des dispositifs "d'enseignement à distance" sont prévus pour assurer la continuité éducative des enfants (avec "toute une série de formules déclenchables au cas par cas avec le Centre national d'enseignement à distance (CNED)").

Le ministre de la Santé Olivier Véran a de son côté assuré, mercredi 25 février, que des indemnités journalières seront versées aux parents "dont l'enfant fait l'objet d'une mesure d'isolement et qui ne peuvent donc pas se rendre au travail pour garder leur enfant". Les salariés contraints au confinement pourront également toucher des indemnités délivrées par les régimes d'assurance maladie, pour une durée maximale de vingt jours, explique un décret paru le 1er février.

 
Coronavirus : comment s'organisent les entreprises en Corse ?
Intervenants : Jérôme Santoni, directeur Leroy Merlin Ajaccio - Chloé Crouzet, Coiffeuse Equipe : PERROUX Ophélie - LUCIANI Lionel - LAMETA Dominique


CORSE - 12h : À quelques jours de la rentrée des vacances d'hiver, lundi 2 mars prochain, les transporteurs maritimes et aériens s'organisent pour relayer des messages d'informations et prévention. C'est le cas pour Air Corsica : la compagnie envoie ainsi un message à chacun de ses usagers pour les informer du maintien de leur vol, et des consignes et recommendations à suivre en cas de retour d'une zones à risques.
 
 

Air Corsica : consignes à suivre en cas de retour de zones à risques



CORSE - 10h30 : Un CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) extraordinaire se tient à l'hôpital de Bastia. Les syndicats vont aborder la question des tests, demandant qu'ils soient réalisés en Corse. Au programme, également, les questions liées aux personnels, entre autres ceux qui vont revenir de vacances, et de zones à risque.

Le point avec Maia Graziani et Hugo Laridon :
 
réunion du CHSCT


ITALIE - 8h : Le nombre de morts s'élève désormais à 12. Plus de 400 cas sont recensés. 

Le dernier bilan dans le monde, hors Chine, est de 3.600 contaminations et plus de 50 morts. En Chine, on dénombre 80.000 contaminations et plus de 2.700 morts. Le virus s'étend sur 3 continents.

La France compte 2 morts sur son territoire, dont un mort français, un enseignant de 60 ans, dans l'Oise. Qui n'avait pas voyagé dans une zone à risque. Et 18 personnes contaminées. 

 
  • MERCREDI 26 FEVRIER

CORSE - 20h : le patient ajaccien un temps suspecté d'avoir été infecté par le Covid-19 est sorti de l'hôpital. Il repart avec un traitement médicamenteux pour la grippe.

CORSE - 19h30 : Les tests des deux patients "suspects" à Bastia et à Ajaccio sont revenus négatifs au Covid-19, ce mercredi 26 février. Pour autant, rappelle l'Agence régionale de santé, faire preuve de prévention et respecter les consignes du ministère de la Santé est primordial pour éviter la contamination.

L'organisme invite donc les insulaires à respecter les consignes en cas de retour d'une zone infectée par le coronavirus et à adopter les "bons gestes" pour limiter tout risque de propagation de la bactérie.
 


CORSE – 17h35 : Le patient suspect hospitalisé depuis lundi 24 février soir au centre hospitalier d’Ajaccio n’est pas atteint par le Covid-19. Les tests effectués sont revenus négatifs.

L'homme, âgé d'une trentaine d'années, souffre en réalité d'une grippe, dont les symptômes  (toux, fièvre, difficultés respiratoires...) sont très similaires à ceux de cette nouvelle souche de coronavirus.
 


La nouvelle a rassuré nombre d’insulaires. Mais étonnamment, plutôt que l’Agence régionale de Santé, c’est le maire de la ville, Laurent Marcangeli, qui l’a annoncé publiquement en premier sur son compte Twitter. Son message, « #coronavirus : le cas à #Ajaccio est négatif. Nous sommes rassurés mais restons très vigilants. » (sic) a ainsi été posté à 17h35, soit neuf minutes avant celui de l’ARS.
 


CORSE - 10h43 : De source proche de l'hôpital d'Ajaccio, si de nouveaux cas suspects sont détectés en Corse, la procédure devrait désormais être celle de l'avion sanitaire, pour avoir les résultats le plus rapidement possible. Peu importe l'âge du patient. 

CORSE - 10h23 : Alors que les suppositions et les rumeurs vont bon train, en raison du temps que mettent les résultats du premier patient suspect, hospitalisé à Ajaccio, à être rendus publics, nous avons tenté d'en savoir plus. Ce serait dû, selon nos sources, au profil du deuxième cas. 

Le patient était âgé de plus de 70 ans, et donc sujet à une surveillance plus intense, en raison des caractéristiques du coronavirus, qui touche gravement en priorité les personnes âgées. 

Un avion sanitaire s'est chargé d'emmener en urgence les prélèvements à Paris. Concernant le premier patient, hospitalisé à Ajaccio depuis plusieurs jours, son profil est moins inquiétant. Il est âgé d'une trentaine d'années, et sa santé s'est peu détériorée. Alors les prélèvements ont suivi le processus normal. 

Ils ont été effectués hier matin, et son partis à 14 heures par avion postal. Une fois arrivés à Paris, ils ont été soumis à des analyses qui peuvent durer entre 4 et 5 heures. Le résultat est attendu dans la journée. 

CORSE - 10h13 : Le patient qui est hospitalisé à Bastia a été déclaré négatif, annonce l'ARS. 
 


Une réunion se tient à 10h45 en préfecture, à Bastia et Ajaccio. Elle réunit les services de l'Etat, les élus de la CDC, la Chambre de commerce et d'industrie les transporteurs et les représentants des compagnies aériennes et maritimes. 
 



ITALIE - 7h00 - Le bilan des décès dûs au Covid-19 s'élève désormais à 11 en Italie.

CHINE - 01h - Un essai clinique dans dix hôpitaux chinois effectué en utilisant le phosphate de chloroquine, un médicament contre le paludisme, s'avère encourageant. Ce remède montre des signes d'efficacité contre le coronavirus. Des tests sur le patient doivent être maintenant effectués. Le ministre français de la Santé Olivier Véran, a déclaré que la direction de la santé étudiait cette piste et se livrait à des analyses en France.

 

  • MARDI 25 FEVRIER

CORSE - 20h45 : Un deuxième patient soupçonné d'être atteint du virus Covid-19 hospitalisé en Corse. C'est cette fois à Bastia que le patient a été mis en obsevation. Les prélèvements ont été effectués et transmis sur le continent pour effectuer les tests. 

CORSE - 18h45 : le point avec le docteur Anne-Marie Mc Kenzie, médecin inspecteur de santé publique, que nos équipes sont allées rencontrer cet après-midi :

 


FRANCE - 18h30 : Le directeur général de la Santé annonce deux nouveaux cas de coronavirus en France. L'un à Paris, l'autre en Auvergne-Rhône-Alpes. Les résultats des tests pratiqués sur le patient d'Ajaccio sont toujours attendus.

EUROPE - 16h : Une réunion des ministres de la Santé de l'Italie, la France, l'Autriche, la Suisse, la Slovénie, la Croatie et l'Allemagne se tient à Rome, pour tenter de définir des actions communes face à l'épidémie. 

 
Olivier Véran, ministre français de la Santé et des Solidarités, à la sortie de la réunion de Rome / © GIUSEPPE LAMI/EPA/Newscom/MaxPPP
Olivier Véran, ministre français de la Santé et des Solidarités, à la sortie de la réunion de Rome / © GIUSEPPE LAMI/EPA/Newscom/MaxPPP


CORSE - 14h : Sur les réseaux sociaux, les rumeurs se multiplient, qui provoquent l'inquiétude d'une partie de la population. Des centaines de messages, suspicieux, voire parfois conspirationnistes, circulent. Ils colportent tous la même idée : "On ne nous dit pas tout".
L'Agence régionale de la santé fait régulièrement le point, pour tenter de de calmer les esprits. Des mesures sont prises, qui concernent toute personne qui reviendrait d'un des territoires à risques où le coronavirus est très présent, comme l'expliquait sur notre plateau le préfet de Corse, Franck Robine :
 
Entretien avec Franck Robine, préfet de Corse

Cet isolement de 14 jours concerne également les enfants scolarisés et les personnels de l'enseignement national, qui reviendraient de l'une de ces régions. 
Les échanges entre l'île et l'Italie sont nombreux, et dans bien des domaines.
 
Alors la question se pose régulièrement d'interrompre ces échanges, ou de continuer comme si de rien n'était.
C'est ce que nous l'explique l'une de nos équipes dans le reportage ci-dessous :
 
Coronavirus : le point sur les échanges entre la Corse et l'Italie
Intervenants - Pierre Mattei Président de la Corsica Ferries Julie Benetti Rectrice de l'Académie de Corse Antoine Exiga Président du G.F.C.A. Volley Equipe - GRAZIANI Maia LEROUXEL Céline BONA Morgane Plouchart Morgan GAVAT Domitille


ITALIE - 12h45 : Deux nouvelles régions sont touchées en Italie, la Toscane et la Sicile. 283 cas sont recensés dans le pays. 

CORSE - 11h : On apprend que le patient hospitalisé à ajaccio est âgé d'une trentaine d'années. Son état n'est pas préoccupant, selon les autorités. 
Une de nos équipes, devant l'hôpital de la Miséricorde, fait un point de la situation :

 

 
  • LUNDI 24 FEVRIER

ITALIE - 21h : Le premier ministre italien, Giuseppe Conte, explique que l'un des foyers de l'épidémie dans le nord de l'Italie était dû à une gestion des protocoles hasardeuse dans un hôpital. "Désormais c'est connu, il y a eu une gestion au niveau d'une structure hospitalière pas complètement appropriée selon les protocoles de prudence recommandés dans de tels cas et cela a certainement contribué à la diffusion".
 
ITALIE - 20h30 : Un homme de 62 ans, originaire du sud de Milan, porte à sept le nombre de victimes du Covid-19 en Italie. Il souffrait, selon les médias, de "plusieurs pathologies chroniques".

CORSE - 20h : La directrice de l'ARS en Corse, Marie-Hélène Lucenne, fait une déclaration. Elle y concède qu'"une personne qui pourrait avoir contracté le coronavirus a été hospitalisée à Ajaccio. On ne sait pas encore de quoi souffre cette personne. Des prélèvements ont été effectués et ont été envoyés au centre de référence qui est l'Institut Pasteur à Paris. En attendant les résultats, le patient demeure en isolement." 
Le patient est donc pour l'heure considéré comme "suspect".
 

ITALIE - 19h : Le compteur en Italie s'établit désormais à 6 morts et 219 contaminés. Ce qui en fait le troisième pays le plus touché au monde, derrière la Chine et la Corée du Sud.
En France, le ministre de la Santé se réjouit que le dernier patient hospitalisé après avoir été infecté par le coronavirus ait pu rentrer chez lui, après avoir été guéri.

CORSE - 17h : Dans l'après-midi, les autorités préfectorales, tout comme le conseil exécutif de Corse, n'infirment ni ne confirment ce qui n'est pour l'heure qu'une rumeur. 
Mais ils ne tardent pas à communiquer sur le coronavirus, qui inquiète les insulaires en raison de leur proximité avec l'Italie, et des fréquentes rotations maritimes entre les deux rives.  
Le préfet rappelle que "les deux centres hospitaliers d'Ajaccio et de Bastia font partie des 70 hôpitaux mobilisés pour accueillir de nouveaux cas."
Le conseil exécutif, pour sa part, déclare dans un communiqué qu'"il paraît inadapté de procéder, en l'état, à une interruption des liaisons maritimes entre l'Italie et la Corse". 

 


MONDE - 16h30 : Le directeur général de l'OMS fait une déclaration dans laquelle il affirme "Nous devons nous concentrer sur l'endiguement de l'épidémie, tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie"

CORSE - 14h30 : une réunion se tient à la préfecture de Corse, à laquelle participent les autorités de l'Etat, l'ARS et le conseil exécutif de corse. 

ITALIE - 12h59 : La pneumonie virale fait une cinquième victime en Italie, toujours dans la région de Milan. L'homme était âgé de 88 ans. Des barrages sont mis en place dans le nord du pays pour intensifier l'isolement de la région la plus touchée. 

CORSE - 12h : Sur l'île, des bruits commencent à courir concernant un possible malade atteint du virus Codis-19 à l'hôpital d'Ajaccio. La rumeur enfle, jusqu'à enflammer les réseaux sociaux. 

ITALIE - 09h38 : Une quatrième victime est recensée en Lombardie. Un homme de 84 ans, qui, selon le président de la région lombarde, "souffrait déjà d'autres pathologies". 

 
Le coronavirus, qu'est-ce que c'est ?
Intervenants - Docteur Delphine Poitrenaud Equipe - Jean-André Marchiani JCC
 
  • DIMANCHE 23 FEVRIER

ITALIE - Une femme âgée, atteinte d'un cancer, et qui était hospitalisée près de Cremone, en Lombardie, porte à 3 le nombre de victimes du Coronavirus. 
 Le nombre de cas s'élève désormais à 149. L'Emilie-Romagne, la région de Rome, le Piémont sont à leur tour touchées. 

ITALIE - Quatre matchs du championnat de football italien, la série A, sont reportés en raison de leur proximité des foyers. C'est également le cas pour la rencontre de rugby entre l'Italie et l'Ecosse, comptant pour le Tournoi des six nations. La Fashion Week, à Milan, est perturbée. Le carnaval de Venise, l'un des plus grands événements culturels de l'hiver en Italie, est également annulé. 

FRANCE - Dans un entretien accordé au Parisien, le ministre de la Santé français, Olivier Veran, déclare que la situation est "sérieuse", et que la France se "prépare à une épidémie". Il annonce que 70 hôpitaux supplémentaires seront "activés", pour que "tous les départements de métropole disposent d'au moins un centre hospitalier capable d'accueillir les malades et de les prendre en charge du début à la fin". 

 
Les équipes de la Croix Rouge, équipés pour évoluer dans les villages mis en quarantaine en Lombardie. / © maxnewsfrfour406108
Les équipes de la Croix Rouge, équipés pour évoluer dans les villages mis en quarantaine en Lombardie. / © maxnewsfrfour406108
 
  • SAMEDI 22 FEVRIER

ITALIE - Plusieurs carnavals et manifestations culturelles sont annulées. 
"Nous demandons en gros aux habitants de rester chez eux dans les zones touchées par l'épidémie", déclare le ministre de la Santé, Roberto Speranza.
Le gouvernement italien adopte un décret-loi qui interdit à quiconque de sortir ou d'entrer dans les zones considérées comme des foyers de l'épidémie de Coronavirus. 

ITALIE - Dans la journée, une deuxième victime, une dame âgée de 77 ans, est annoncée par les autorités italiennes. Cette fois dans la région de Milan.
Une dizaine de villes sont mises en isolement, alors que l'on dénombre en fin de journée 80 cas. La décision concerne plus de 50.000 personnes. 
30 cas sont référencés au matin, ce qui en fait le pays le plus touché en Europe. 

 ITALIE - Durant la nuit de vendredi à samedi, Adriano Trevisan, un italien âgé de 78 ans décède dans un hôpital de Vénétie. 
C'est le premier mort dû au Coronavirus en Italie, mais également le premier européen à succomber à la maladie. 

 ► Codogno, le foyer italien :


 
  • VENDREDI 21 FEVRIER

ITALIE - Un premier foyer italien est identifié à Codogno, près de Lodi, en Lombardie. 
Six personnes ont été testées positives au virus Covid-19. Le maire ordonne de fermer tous les lieux publics. 
Une dizaine d'autres villes de Lombardie et de Vénétie suivent son exemple. 

 MONDE - L'Organisation Mondiale de la Santé fait un premier bilan de l'épidémie :
75.500 personnes ont été touchées en Chine, où la pneumonie virale a fait 2.200 ports, et 1.150 personne ont été diagnostiquées dans 26 autres pays. 
"Au moment où nous parlons, nous sommes encore dans une phase où il est possible de contenir l'épidémie, mais avec une fenêtre d'oportunité qui se rétrécit", déclare l'OMS

    A lire aussi

    Sur le même sujet

    Les + Lus