Cet article date de plus de 8 ans

Un Alsacien en grève de la faim contre la présence de sels d'aluminium dans les vaccins

Laurent Lehrer est atteint depuis 14 ans d'une maladie neuromusculaire contractée d'après lui par les sels d'aluminium présents dans certains vaccins . Il participe depuis le 26 novembre à une grève de la faim à Paris.
© Une grève de la faim organisée depuis le 26 novembre à Paris pour sensibiliser l'opinion et les pouvoirs publics

Laurent Lehrer, un Alsacien originaire de Schaffhouse-près-Seltz, est atteint d'une myofasciite à macrophages. Il estime avoir contracté cette maladie neuromusculaire rare à cause des sels d'aluminium présents dans certains vaccins. Comme d'autres malades, il participe depuis le 26 novembre à une grève de la faim pour alerter citoyens et élus sur les risques de l'aluminium utilisé comme adjuvant dans les vaccins.



Aluminium dans les vaccins : l'agence du médicament va financer une étude


L'agence du médicament (ANSM) a décidé de financer une étude sur les sels d'aluminium dans les vaccins, a indiqué vendredi le directeur général de l'agence sanitaire. Le professeur Dominique Maraninchi a précisé que la décision de prendre en charge cette étude "hors appel à projet", avait été annoncée jeudi lors d'un conseil d'administration de l'ANSM. L'agence a a été saisie récemment par la ministre de la Santé Marisol Touraine pour se pencher sur les adjuvants aluminiques dans les vaccins et la myofasciite à macrophages, une maladie décrite en 1993 par le professeur Romain Gherardi de l'hôpital Henri Mondor à Créteil. 

La maladie se traduit notamment par des douleurs musculaires et articulaires et  une fatigue chronique. L'annonce intervient alors que deux femmes atteintes de myofasciite à macrophages, membres de l'association E3M (qui rassemble les personnes souffrant de cette maladie et leurs proches) observent une grève de la faim depuis fin novembre pour réclamer que la recherche sur les sels d'aluminium dans les vaccins soient renforcée.
L'association réclame également que les autorités sanitaires françaises appliquent le principe de précaution en remettant immédiatement à disposition des vaccins sans aluminium pour les enfants, notamment un vaccin DTpolio, obligatoire pour qu'un enfant puisse entrer à la crèche ou à l'école. 

M. Maraninchi a précisé que l'agence avait répondu à Mme Touraine en annonçant le financement "de recherches transparentes" sur les vaccins et leurs impacts éventuels sur la santé. Il a ajouté que l'agence établirait le "cahier des charges" de l'étude avec le Pr Gherardi et que ce dernier participerait à l'étude "car il va de soi que le chercheur promoteur sera impliqué". En 2010, l'équipe du Pr Gherardi avait mis en évidence la migration de l'aluminium vaccinal vers le cerveau, mais un projet de recherche qu'il avait déposé dans le cadre d'un appel à projet n'avait pas été retenu en septembre dernier par l'ANSM
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé