Surirradiés d'Epinal : les victimes attendent le délibéré

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Abalo

C'est demain, mercredi 30 janvier 2013, que le tribunal correctionnel de Paris rendra son jugement dans l'affaire des "surirradiés d'Epinal". A l'issue de 5 semaine d'audience à l'automne 2012, des peines de 3 et 4 ans de prison assorties de sursis avaient requises à l'encontre de 3 des 7 prévenus. 

Le jugement que le tribunal correctionnel de Paris doit rendre ce mercredi 30 janvier 2013 est très attendu par les victimes et leurs familles. Si 224 personnes se sont portées parties civiles dans ce procès, ce sont, entre 1987 et 2007,  5500 personnes qui ont subit des surirradiations à l'hôpital Jean Monnet d'Epinal. Plus de 400 patients ont subi des surdosages de 8%, 24 des surirradiations de plus de 20 % et  6 d'entre eux sont décédés des suites de ces surdoses. Dans le boxe, 3 prévenus particulièrement mis en cause, poursuivis pour homicides et blessures involontaires : deux anciens médecins de l'hôpital et le radiophysicien de l'établissement à l'époque des faits.  A leurs côtés sont aussi poursuivis, l'hôpital en tant que personne morale, sa directrice de l'époque, l'ancienne directrice de la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) des Vosges et l'ex-directeur de l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) de Lorraine, pour omission de porter secours. 

Un procès fleuve pour tenter de comprendre

Il s'agit du plus grave accident de radiothérapie survenu en France à ce jour. Le procès a commencé le 24 septembre 2012 et les audiences se sont déroulées toutes les semaines jusqu'au 31 octobre 2012. Des audiences lors desquelles la justice a tenté de déterminer les responsabilités de chacun dans ce scandale sanitaire. Un scandale qui a coûté la vie à 6 personnes et bouleversé la vie de tant d'autres. A l'issues de toutes ces auditions, les 2 procureurs parisiens ont requis des peines de 4 ans dont 18 mois ferme à l'encontre des docteurs Jean-François Sztermer et Michel Aubertel, radiothérapeuthes et  trois ans de prison dont un an ferme contre Joshua Anah, le radiophysicien.  
Le jugement est attendu mercredi 29 janvier 2013 en début d'après-midi.