Le Premier ministre inscrit la fermeture de Fessenheim dans le projet de loi de “transition énergétique”

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim est prévu fin 2016.
La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim est prévu fin 2016.

Jean-Marc Ayrault a reçu jeudi après-midi Francis Rol-Tanguy, délégué interministériel à la fermeture de la centrale nucléaire et à la reconversion du site de Fessenheim, pour faire un point sur "l'état d'avancement de sa mission".

Par Claude Lepiouff

Jean-Marc Ayrault a affirmé jeudi que "la mise à l'arrêt définitif" et le "démantèlement du site de la centrale de Fessenheim" seraient inscrits dans le projet de loi "transition énergétique" déposé au Parlement à l'automne.

Il a aussi recommandé à EDF, pour que le calendrier d'une fermeture en 2016 soit respecté, "d'engager effectivement" des "travaux techniques".

"Afin de mener à bien les engagements du président de la République relatifs à la fermeture, fin 2016, de la centrale nucléaire de Fessenheim, le Premier ministre a rappelé l'importance de la mobilisation des différents acteurs, notamment de l'entreprise publique EDF. Le respect de ce calendrier implique d'engager effectivement les travaux techniques".

Des incertitudes, notamment juridiques, ont récemment émergé sur la possibilité de fermer la centrale alsacienne avant la fin du mandat de François Hollande, alors que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné --sous réserves qu'EDF réalise d'importants travaux de renforcements - son feu vert à une exploitation de dix ans supplémentaires, soit 2022-2023.

Selon le communiqué de Matignon, "le Premier ministre a également confirmé que cette décision de mise à l'arrêt définitif et de démantèlement du site de Fessenheim s'inscrirait dans le futur projet de loi de transition énergétique, qui sera déposé au Parlement à l'automne 2013".

Ce texte "aura pour objectif de rééquilibrer le mix de production d'électricité, en portant la part de nucléaire de 75% à 50% et en développant les énergies renouvelables, ainsi que de renforcer les économies d'énergie", poursuit Matignon.

M. Ayrault a aussi "réaffirmé la volonté du gouvernement d'agir pour que ce dossier fasse l'objet d'une mise en oeuvre et d'un dialogue social exemplaires".

(Avec l'AFP).

Sur le même sujet

Les + Lus