Le point sur les travaux aux anciens haras de Strasbourg

Si tout va bien, fin octobre, les anciens haras de Strasbourg retrouveront une nouvelle vie, non pas avec les chevaux. Une brasserie tenue par la famille Haeberlin, un hôtel de luxe ouvriront au public et un bio cluster donnera sa chance à des srtat-ups.   

Une renaissance voulue par l'IRCAD, l'institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif du célèbre Professeur Marescaux. Mais ne croyez pas que l'institut a voulu changer de mission. Conserver le cachet historique de cette bâtisse de la fin XVIIIème a été le maître-mot. Même le plus vieil arbre de la ville a été préservé. Dans l'ancien manège, des plate formes métalliques accueilleront le bio-cluster, une quinzaine de start-up à visée médicale auront ainsi l'opportunité de se lancer durant 2 ans. La brasserie elle occupera l'ancienne écurie, sur 2 niveaux:


Les haras nationaux avaient quitté les lieux en 2006. Après de longues tractations, la municipalité de Strasbourg a concédé un bail emphytéotique de 52 ans à l'IRCAD. Depuis, ce sont plus de 25 millions d'euros qui ont été investis, pour redonner tout son prestige à la bâtisse et donner envie aux Strasbourgeois de bientôt s'y arrêter.





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture