Isabelle Marongiu à l'ambassade du Qatar pour défendre le sort de son mari

La lorraine Isabelle Marongiu a été reçue le 27 février 2014 à l'ambassade du Qatar à Paris. Elle souhaitait y plaidé la cause de son époux, Jean-Pierre, entrepreneur de Florange, retenu dans le pays depuis septembre 2012 après avoir tenté d'y créer une société. 

Jean-Pierre Marongiu est un entrepreneur lorrain toujours pris au piège au Qatar. Parti dans ce pays pour faire des affaires et créer une société en 2011, il a été retenu contre son gré, comme d'autres français, faute de visa sortie. Il est aujourd'hui en prison, loin de sa famille, accusé de malversations financières sans pouvoir se défendre. 

Son épouse, Isabelle s'est rendus le 27 février 2014 à l'ambassade du Qatar à Paris pour y déposer un recours en grâce. 

Je veux sensibiliser l'Emir du Qatar au sort de mon mari. Il me manque. Il manque à nos enfants"


Dans cette même journée de jeudi, Isabelle Marongiu a également rencontré le socialiste Jean Yves Leconte, sénateur représentant les Français établis hors de France,  pour qui les intérêts économiques et financiers de la France ne doivent pas primer sur les droits civils de ressortissants étrangers installés au Qatar. 

Un français qui investit au Qatar n'a pas les droits civils pour se défendre alors qu'en France, les investisseurs qataris ont de nombreux avantages (…). Ce n'est pas parce qu'ils investissent chez nous qu'on doit se taire", estime le sénateur Jean-Yves Leconte. 


Jean-Yves Leconte espère convaincre le gouvernement d'agir pour le bien des français installés au Qatar. Il n'est pas le seul. Il dit avoir échangé sur le sujet avec le sénateur PS de Moselle Jean-Marc Todeschini.

Isabelle Marongiu a également demandé une audience à Matignon pour sensibiliser le Premier Ministre. Mais l'épouse de Jean-Pierre ne se fait pas trop d'illusions. Même si elle pense que des choses ont été entreprises "en secret" dit-elle, elle ne voit pas une forte mobilisation autour de son dossier au niveau politique. Parmi les rares réconforts, les plus de 3000 signatures recueillies sur une pétition en ligne

Le droit à un procès équitable


Jean-Pierre Marongiu est emprisonné au Qatar pour avoir signé des chèques sans provision. Or, d'après son épouse, ces chèques ont été déposés avant que le compte en banque de sa société ne soit vidé par son "sponsor", des Qataris à qui "appartiennent" les étrangers qui veulent  investir dans ce pays.

Ça paraît simple de démontrer que mon mari est innocent. Il y a les dates de signatures des chèques, les dates de retraits… mais au Qatar, ça ne passe pas comme ça."


Les attentes d'Isabelle Marongiu sont immenses.Son avocat, lui,  espère au moins la tenue d'un procès équitable digne d'un état de droits moderne.