Cet article date de plus de 7 ans

Décès du jeune Maxime Walter : renvoi en correctionnelle requis contre le chirurgien

Le parquet de Strasbourg a requis le renvoi devant un tribunal correctionnel, pour "homicide involontaire", d'un chirurgien de l'hôpital de Hautepierre, dans l'enquête sur le décès d'un jeune coureur cycliste en 2008 après un accident à l'entraînement.
Le parquet a requis le renvoi devant un tribunal correctionnel, pour "homicide involontaire", d'un chirurgien strasbourgeois, dans l'enquête sur le décès d'un jeune coureur cycliste en 2008 après un accident à l'entraînement, a-t-on appris samedi auprès de l'avocat de la victime. Mais l'avocat de la famille, estime qu'il s'agit d'un homicide volontaire et demande la requalification des poursuites.

durée de la vidéo: 03 min 25
Décès du jeune Maxime Walter : l'affaire relancée


Le parquet de Strasbourg a en revanche requis un non-lieu pour les deux autres médecins mis en examen dans ce dossier, un anesthésiste et une réanimatrice du CHU de Strasbourg-Hautepierre, a précisé Me Nicolas Fady, confirmant ainsi une information du quotidien régional, Les Dernières Nouvelles d'Alsace. La juge d'instruction chargée du dossier n'a pas encore rendu sa décision.

Le chirurgien mis en cause par la justice était d'astreinte mais pas présent à l'hôpital le dimanche 23 septembre 2008, jour de l'accident du jeune Maxime Walter, qui était à 16 ans un espoir du cyclisme régional. Le praticien avait donné par téléphone l'instruction de ne pas pratiquer d'ablation de la rate pourtant gravement fracturée de l'adolescent. Cette décision n'avait pas été remise en cause malgré la dégradation de l'état de santé du patient, décédé deux jours après. L'autopsie avait confirmé que sa mort était liée aux effets conjugués d'une hémorragie interne et des multiples transfusions subies, selon l'instruction. En requérant des poursuites seulement contre le chirurgien d'astreinte, le parquet fait le choix de "réduire ce dossier à un seul homme, à un médecin qui n'était pas à son poste", a déploré Me Fady. "Ca arrange tout le monde, mais la réalité c'est que ce dossier révèle aussi les carences de tout un système dans cet hôpital", a ajouté l'avocat.

Pour dénoncer ces carences, la famille et les avocats de la victime tiendront mardi une conférence de presse, en présence notamment du neurologue strasbourgeois Christian Marescaux, qui se présente comme un "médecin lanceur d'alerte". En janvier, le Pr Marescaux avait publiquement dénoncé des dysfonctionnements dans la prise en charge des victimes d'accidents vasculaires cérébraux aux hôpitaux universitaires (HUS).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice