Nancy : un violeur récidiviste activement recherché

Publié le Mis à jour le
Écrit par H.Messang avec AFP

Un violeur récidiviste âgé de 50 ans est activement recherché. Condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 2001, il avait été placé sous surveillance judiciaire en décembre 2013. Le 12 juin 2014, il a cassé son bracelet électronique pour prendre la fuite de son domicile de Nancy.

Un violeur récidiviste qui effectuait sa fin de peine avec un bracelet électronique à son domicile de la rue Sainte-Chaterine à Nancy, est en fuite depuis le jeudi 12 juin au matin après avoir cassé son appareil de surveillance. 

Le fuyard avait été condamné une première fois en 1991 pour viols, puis à nouveau en 2001 par la cour d'assises de l'Yonne pour viol avec menace ou usage d'une arme.

L'homme aux cheveux châtains et aux yeux clairs est âgé de 50 ans et mesure 1,80 m



Il avait alors été condamné d'une peine de 20 années de réclusion criminelle, assortie d'une peine de sûreté des deux tiers.

Cet ancien détenu, originaire du Loiret avait été placé sous surveillance judiciaire en décembre 2013 sur décision du juge d'application des peines, a expliqué à l'AFP le procureur de Nancy, Thomas Pison.



Il était suivi par un conseiller d'insertion et de probation et était astreint à un bracelet électronique, pour un contrôle plus serré, qu'il devait garder pendant deux ans", précise le procureur de Nancy.











Depuis sa sortie de prison, il avait retrouvé un emploi et bénéficiait d'heures de sortie de son domicile situé rue Saint-Catherine à Nancy. Au matin du 12 juin 2014, il a brisé son bracelet. Selon nos informations, l'homme aurait emprunté un véhicule de marque allemande pour prendre la fuite. 



La description du fuyard a été donnée à toutes les forces de l'ordre de France.



Le procureur de la République, Thomas Pison, doit tenir une conférence de presse le 13 juin 2014 à 16h. 













Le reportage de Jean Baudin et Jean-Pierre Petitcolas

13/06/2014




Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité