• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Affaire de Montigny-lès-Metz : Henri Leclaire mis en examen pour meurtre

Henri Leclaire arrive au tribunal, précédé de son avocat / © France 3 Lorraine
Henri Leclaire arrive au tribunal, précédé de son avocat / © France 3 Lorraine

L'audition fait suite au procès de Francis Heaulme au printemps dernier. De nouveaux éléments et témoignages montrent que la piste d'Henri Leclaire méritait d'être étudiée plus en profondeur. L'audition de l'ancien manutentionnaire fait suite à l'ouverture d'une information judiciaire le visant.

Par Bruno Demange

Après plus de 3 heures d'audition par les juges d'instruction, Henri Leclaire a été mis en examen pour meurtre. Il a toutefois été laissé en liberté sous contrôle judiciaire...avec interdiction de rencontrer les protagonistes de l'affaire. 
"Il conteste formellement toute implication dans ce dossier", a déclaré l'avocat d'Henri Leclaire, Maitre Thomas Hellenbrand. 
"Le seul problème de ce dossier, c'est ses aveux initiaux", a-t-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois que le nom d'Henri Leclaire apparaît dans cette affaire, pour le meurtre de deux enfants de 8 ans (Cyril Beining et Alexandre Beckrich).
Au tout début de l'affaire, il avait même avoué les crimes (commis à proximité de son lieu de travail). Il s'était ensuite rétracté et mis hors de cause.

Le nom de Henri Leclaire était ensuite revenu dans la procédure au début des années 2000 (en parallèle à celui de Francis Heaulme, qui a reconnu sa présence sur les lieux du crime...tout en désignant Henri Leclaire comme seul coupable).
Au terme d'une nouvelle enquête, Henri Leclaire avait bénéficié d'un non-lieu en mars 2013, tandis que Francis Heaulme était renvoyé devant les assises de la Moselle. Lors de ce procès, où Leclaire ne devait comparaître comme simple témoin

Mais de nouvelles charges sont apparues contre lui lors de l'audience.
En raison notamment de témoignages dont celui d'une clerc d'avocat de Metz.Celle ci affirmé que le sexagénaire s'était confié à elle en 2012, reconnaissant s'en être pris violemment aux enfants, tout en niant les avoir tués. Lors du procès de Francis Heaulme, Henri Leclaire a reconnu avoir tenu de tels propos. Mais il a affirmé dans la foulée avoir "inventé" cette histoire.
Ecoutez à ce sujet les commentaires de Maitre Hellenbrand...
Maitre Hellenbrand dans le 12/13
L'avocat d'Henri Leclaire explique la position de son client



La mise en examen d'Henri Leclaire entraîne donc le fait qu'il est ainsi le 3ème suspect dans cette affaire vieille de 28 ans (après Patrick Dills et Francis Heaulme). 
Dils, âgé de 16 ans au moment des faits et condamné à la réclusion à perpétuité en 1989, a finalement été blanchi et définitivement acquitté en 2002. 
Quant au tueur en série Francis Heaulme, il reste accusé dans cette affaire, mais son procès devant la cour d'assises de Moselle a été reporté sine die début avril, en raison justement de ces nouvelles charges apparues contre Leclaire.

Le rappel des faits depuis 1986 (avec AFP)

Voici la chronologie de l'affaire du meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz en 1986...

1986
28 septembre: Les corps de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, sont découverts à Montigny-lès-Metz (Moselle), le crâne fracassé à coups de pierres, sur le talus longeant une voie ferrée.

1987
28 avril: Patrick Dils, un adolescent introverti de 16 ans habitant à proximité de l'endroit du crime, est arrêté.
30 avril: Dils passe des aveux "circonstanciés". Il est inculpé d'homicides volontaires et écroué. Il se rétractera par la suite.

1989
27 janvier: Dils est condamné à la réclusion à perpétuité par la cour d'assises des mineurs de la Moselle. Son pourvoi en cassation sera rejeté.

1998
24 mars: L'avocat de Dils, Me Jean-Marc Florand, présente une requête en révision, après avoir appris que le tueur en série Francis Heaulme demeurait à l'époque à proximité des lieux du crime. Un lien est par ailleurs établi entre d'anciennes indications de Heaulme et la scène du crime.

2000
28 juin: La Cour de révision ordonne un supplément d'instruction. Heaulme a reconnu avoir été sur place au moment des faits et a établi des plans précis des lieux, mais il nie toute implication dans les meurtres.

2001
29 juin: A l'issue d'une procédure de révision et d'un nouveau procès devant les assises des mineurs de la Marne, Dils est condamné à 25 ans de réclusion criminelle.

2002
11 mars: Un rapport d'enquêteurs déclare que le crime de Montigny-lès-Metz porte la "quasi-signature criminelle" de Heaulme.
24 avril: Jugé en appel par la cour d'assises des mineurs du Rhône, Dils est acquitté et libéré, après 15 ans de prison.

2004
20 septembre: Le parquet de Metz rouvre une information judiciaire contre X pour rechercher l'auteur des meurtres.

2006
9 juin: Heaulme, déjà condamné à sept reprises pour neuf meurtres, dont deux fois à la perpétuité, est mis en examen.

2007
17 décembre: Heaulme obtient un non-lieu faute de charges suffisantes. Seule Gabrielle Beining, la mère de Cyril, fera appel.

2011
21 mars: Gabrielle Beining perd son procès en deuxième instance contre l'Etat à qui elle demandait des réparations pour faute lourde dans l'instruction de l'affaire. Elle renonce à se pourvoir en cassation, l'aide juridictionnelle lui ayant été refusée.

2013
21 mars: La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Metz décide de renvoyer Heaulme devant les assises de la Moselle.
25 juin: Echec du pourvoi en cassation de Francis Heaulme contre ce renvoi.
26 septembre: Heaulme demande un supplément d'information pour accréditer sa version des faits, selon laquelle un autre homme aurait commis les meurtres. De son côté le président de la cour d'assises de Moselle, Gabriel Steffanus, a également lancé de nouvelles investigations avant le procès.

2014
31 mars: Ouverture du quatrième procès d'assises, avec Francis Heaulme dans le box des accusés.
1er avril: Le procès est interrompu après seulement deux jours d'audience et renvoyé à une date inconnue. Deux témoignages de dernière minute incriminent un autre homme, Henri Leclaire, un ancien manutentionnaire, qui avait été le premier à avouer le crime en 1986 avant de se rétracter. Après avoir bénéficié d'un non-lieu, ce dernier pourrait à son tour être mis en examen, selon son avocat.
2 avril: le parquet ouvre une information judiciaire contre Leclaire.
5 août: Henri Leclaire est entendu par un juge d'instruction à Metz.

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus