Cet article date de plus de 6 ans

Freyming-Merlebach (57) : parents en détresse

Cinq pères et deux mères, désespérés de ne pas voir, pour des raisons diverses, leurs enfants, sont montés sur le chevalement de Cuvelette à Freyming-Merlebach. Ils demandent audience au préfet ou au Procureur de la République.
Théo, Dimitri, Maeva, Quentin, Jade et Briac sont placés en foyer ou privés de voir l'un de leurs parents.

Cinq pères et deux mères sont montés tout en haut du chevalement de Cuvelette à Freyming-Merlebach, un ancien édifice des Houillères désaffecté.



Tous vivent séparés de leurs enfants, et n’acceptent pas d’être considérés comme parent de seconde zone : aucune information sur la santé ou la scolarité de leur enfant, parfois un droit de visite très restreint, leurs enfants en larmes qui demandent à voir les deux parents et ne sont pas entendus.



Très souvent, les pères n’arrivent pas à obtenir la garde.
Et la garde partagée n’est accordée qu’aux parents qui sont tous les deux d’accord : il suffit qu’un des deux parents s’oppose à la garde alternée, pour qu’elle soit refusée à l’autre parent.

Tous les sept veulent pouvoir maintenir le lien avec leurs enfants. Ils demandent à être considérés comme parent à part entière, et d’exercer leur parentalité à 50%.

Ils ont apporté des tentes, à boire et à manger et ne descendront pas tant qu’ils n’auront pas été entendus par le préfet ou le Procureur.



Plus d'information dans le 19/20 en Lorraine.




Le reportage de Florence Grandon et Benoît Bour

durée de la vidéo: 01 min 33
Parentsen détresse



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société