Un prince saoudien souhaite faire prospérer le CS Sedan Ardennes

Le Prince Fahad Bin Khalid Faisal, neveu du roi d’Arabie saoudite, décédé vendredi 23 janvier, devait entrer fin mars dans le capital du CS Sedan-Ardennes, actuellement en CFA. Mais le décès de son oncle pourrait retarder les négociations.

Comme nous vous l'annoncions en décembre dernier, le club sedanais avait évoqué la signature d’un accord de partenariat avec l’Arabie saoudite, en présence du prince Fahad, qui déclarait vouloir redonner au club "les moyens de réintégrer la Ligue 1 dans quelques années".

Comme l'indique un article de challenges.fr, cet accord a été retardé à cause du décès du roi. Selon Marc Dubois, qui a repris le club en 2013 avec son frère Gilles, elles devraient reprendre mi-février, un deuil national de 40 jours étant décrété en Arabie Saoudite. Marc Dubois précise que cet accord n'est "pas un achat mais bien un partenariat" afin de "trouver un nouveau modèle économique".

Néanmoins, contrairement à ce qui est écrit sur challenges.fr, dans une interview donnée à Radio 8, le président Gilles Dubois indique que le budget global du club est entre 2 et 4 millions d'euros (non de 2,5 millions d'euros).

Antoine Izambard (challenges.fr) écrit également que ce partenariat devrait aussi permettre de "créer plusieurs centres de formations baptisés "Sedan Academy", au château de Montvillers sur le site de Bazeilles, où est basé le CS Sedan-Ardennes, mais aussi en Algérie, au Maroc, au Sénégal et… en Arabie Saoudite".

Une question reste tout de même en suspens : quel intérêt le prince Fahad a-t-il d’investir son argent sur Sedan ?

L'intégralité de l'article de challenges.fr est à lire ici.


Ecoutez l'interview du président du CSSA, Gilles Dubois, diffusée dans notre 12/13 ce mercredi 28 janvier :


 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité