Alsace : grève des avocats contre la réforme des retraites, la justice en panne sèche pendant une semaine

Tous les avocats d’Alsace se sont mis en grève ce lundi 6 janvier 2020 pour une semaine. Ils refusent catégoriquement la suppression de leur régime de retraite autonome.
Au TGI de Strasbourg.
Au TGI de Strasbourg. © Cedric Joubert / MAXPPP
Dès ce lundi 6 janvier 2020 et pendant une semaine, les 1 600 avocats des barreaux de Strasbourg, de Mulhouse, Colmar et Saverne vont cesser totalement d’exercer,  à l'appel du conseil national des barreaux  (CNB) qui dénonce la fusion de son régime autonome avec le régime universel. Ce qui revient selon lui à verser au pot commun 2 milliards d’euros d’économies cotisées par les avocats. Il appelle à la grève aujourd'hui dans toute la France; L'ensemble des avocats alsaciens va pour chaque affaire demander systématiquement des renvois que ce soit en matière pénale, civile ou administrative. Un rassemblement est prévu mercredi 8 janvier à 12h sur les marches du palais de justice de Strasbourg.

"Doubler les cotisations et réduire du tiers nos pensions"


Maître Sacha Rebmann est bâtonnier du barreau de Colmar depuis le 1er janvier 2020. Il a été élu par ses confrères pour deux années. A quarante ans dont quinze d’exercice, il est lui-même concerné par la retraite à points que veut mettre en place le pouvoir. Il plaide pour garder ce régime autonome : « Si nous intégrons le régime universel de retraites nous allons devoir doubler nos cotisations et réduire du tiers nos pensions de retraite. Nous donnons déjà 90 à 95 millions par an aux autres régimes. Solidaires, nous le sommes déjà. Avec notre régime, on a un minimum retraite de 1 450 euros nets par mois. Avec le nouveau régime universel du gouvernement, ce serait seulement 1 000 euros. »

Avec l’annonce par le gouvernement de la mise en place d’exceptions pour la retraite des fonctionnaires de police ou des enseignants, les avocats se demandent pourquoi la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, ne procède pas de même pour défendre les avocats. Maître Rebmann déplore les idées fausses sur la profession : « On nous prête une image de nantis mais il faut savoir que 30 % des avocats touchent moins de 2 000 euros nets par mois. Le revenu médian d’un avocat est de 3.500 euros. La réforme avantage ceux qui touchent de très gros revenus. Au-delà de 120 000 euros nets par an, l’avocat va moins cotiser. »


Le 3 février, les professions libérales dans la rue

Les robes noires ne veulent pas paraître corporatistes. Elles se sont coordonnées avec le collectif SOS retraites qui regroupe des syndicats de médecins, d’infirmiers, de pilotes de ligne, de nombreuses professions paramédicales et même des experts comptables. S’ils envisagent d'engager des "grèves glissantes", c’est-à-dire profession après profession, ils tiennent aussi à manifester tous ensemble.

Au niveau national, SOS retraites a appelé l’ensemble des professionnels à cesser toute activité le 3 février 2020 et à descendre dans la rue, comme ils l’avaient fait le 7 septembre 2019 à Paris. Cette manifestation avait rassemblé 20.000 personnes selon les organisateurs. La dernière fois que ces professions libérales avaient déclenché une grève en même temps, c'était en 1968.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société retraites économie