Alsace : Gaëtan Bohler, un chef d'entreprise sur les routes, il rallie à pied Paris à Dakar

Gaëtan Bohler profite en ce moment de la douceur du Portugal. Parti de Paris le 6 juillet, ce chef d'entreprise alsacien compte rallier Dakar, la capitale sénégalaise, à pied. Un défi pour ce quinquagénaire, une ouverture au monde initiée par sa fille.

"Le monde est grand et la vie est courte". Une phrase simple, prononcée par sa fille le jour de ses 50 ans. Un déclic pour Gaëtan Bohler, chef d'entreprise prospère de Haguenau, et papa de deux enfants.

Surtout quand son fils ajoute, perfide, qu'"il est gros et pas sportif". N'en jetez plus, voilà notre Alsacien qui s'ouvre au monde et décide de faire de la marche à pied. Il commence par le GR20 en Corse. "Alors là, mon fils me dit, tu es fou, c'est le parcours le plus difficile et c'est vrai que j'ai galéré ! 13 jours d'efforts intenses et ensuite je suis rentré et j'ai jeté mon sac", se souvient le quinquagénaire.

Et pourtant l'année suivante, le voilà qui rempile : La Réunion, puis les Pyrénées et enfin l'an dernier les Alpes, de Vienne jusqu'à Monaco, 91 jours de marche et 2.000 kilomètres. "Avec la compagnie des marmottes et des chamois, précise Gaëtan Bohler. Ce périple m'a fait réfléchir et j'ai décidé d'arrêter de travailler."

Hop, il vend l'une de ses deux sociétés à son fils, il a développé un business autour du conseil aux entreprises du côté de Haguenau, et a confié l'autre à ses salariés. "C'est bien, ils n'ont plus besoin de moi, ils m'appellent juste pour savoir où je suis et si je vais bien", s'amuse l'aventurier alsacien. Lui qui est quand même parti de rien. "J'étais ouvrier au début, et je rêvais d'un chef idéal, d'un management qui fasse progresser, c'est finalement ce que j'ai mis en place en montant mon entreprise".

7.000 kilomètres à pieds soit 6 mois de voyage

Aujourd'hui, à quasi 58 ans, le néo-retraité s'est lancé un défi d'une toute autre ampleur : marcher de Paris jusqu'à Dakar, soit près de 7.000 kilomètres à pieds. "Beaucoup plus écologique que le rallye pétaradant traditionnel, non?" s'amuse-t-il à dire.

Avec son lot d'inattendus aussi. Et de galères comme en ce moment au Portugal. Des aventures que l'on peut d'ailleurs suivre sur les réseaux sociaux. Gaëtan Bohler y raconte notamment comment il a traversé dans la région de Figueira da Foz, 30 kilomètres durant une forêt... entièrement ravagée par les flammes en 2017.

"Pas d'ombre donc, or il fait très chaud, pas possible non plus d'installer mon hamac ni de dormir sur le sol à cause des serpents". Et comme il ne s'interdit rien, il décide alors de faire un détour de 10 kilomètres pour dormir sur la plage et s'offrir ainsi un fabuleux coucher de soleil. "C'était grandiose!"

Un périple en solitaire, "il me semble que je suis le seul fou au monde à avoir tenté ce voyage à pieds et seul", sourit-il. Ce qui n'empêche pas Gaëtan Bohler de faire des rencontres toutes plus enrichissantes les unes que les autres. "Je me suis rendu compte que la générosité était du côté de ceux qui n'avaient rien, soupire-t-il. Rien qu'hier par exemple, je me suis rendu dans un camping, invité par des Alsaciens croisés par hasard et là-bas, une vieille dame, pensionnaire à l'année faute de moyens nous a offerts 4 kilos de sardine pour le barbecue!" 

Un retour approximatif

Notre chemineau ne sait pas vraiment quand il rentrera. Début 2023 probablement mais pas de date précise. "Je suis libre, grâce à ces voyages j'ai vaincu toutes mes peurs, le vertige, la timidité entre autre". Quitte alors à rallonger un peu le parcours. Le passage par le Portugal n'était pas franchement prévu. Arrivé en Espagne du côté de Pampelune, papy Gaga comme l'appellent ses petits-enfants, doit rallier Madrid. Mais il fait trop chaud, beaucoup trop chaud, alors notre marcheur fait un détour par Porto et la côte portugaise, 1.000 kilomètres de plus, rien que ça.

De toutes façons, il l'avoue, il n'a préparé que 10% de son voyage. Après Gibraltar et le Maroc par exemple, il ne sait pas encore comment il fera la traversée du désert. "Parce que le défi c'est l'eau". Alors il envisage d'acheter un chameau. Tout en philosophant. "Faire le Paris Dakar à pieds on est un aventurier, faire le Dakar Paris, on est un clandestin".

Quant à sa femme, parce que Gaëtan Bohler est marié, ce qu'elle redoute c'est ce qu'il va lui annoncer comme prochain voyage. Cela le fait sourire. Heureusement, elle l'a rejoint quelques jours au Portugal mais n'envisage pas de l'accompagner, elle garde les pieds sur terre et ses petits enfants.

"Je suis un fou heureux, confirme-t-il. Il me reste environ 15.000 jours à vivre et je sens que j'évolue. J'ai envie de pêcher, de cuisiner, de m'intéresser à l'écologie". Comme quoi la crise de la cinquantaine peut se révéler parfois bénéfique.