Cet article date de plus de 3 ans

Casse-tête des cartes grises : la préfecture fait (un peu) marche-arrière sur les véhicules importés

Face aux nombreuses difficultés rencontrées par des conducteurs voulant déposer une demande de carte grise en ligne - procédure désormais obligatoire, la préfecture a décidé d'assouplir le dispositif pour les dossiers les plus compliqués, qui concernent les voitures achetées à l'étranger. 
Pour les véhicules achetés à l'étranger, déposez vos dossiers directement en préfecture, ils pourront exceptionnellement être traités "à l'ancienne", hors du dispositif en ligne.
Pour les véhicules achetés à l'étranger, déposez vos dossiers directement en préfecture, ils pourront exceptionnellement être traités "à l'ancienne", hors du dispositif en ligne. © MaxPPP
L'obligation de passer par le site de l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) pour remplir certaines démarches administratives s'est accompagnée, depuis début novembre, d'un grand nombre de dysfonctionnements et retards de traitement, qui ont placé des usagers dans des situations parfois compliquées.


Les conducteurs qui ont acheté une voiture à l'étranger, surtout, se retrouvent avec des dossiers très complexes à déposer en ligne, seuls face à leur écran. Leur traitement est long, et ils attendent souvent plusieurs semaines pour le voir aboutir. Attente d'autant plus insupportable pour les travailleurs frontaliers, qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler en Allemagne par exemple, et qui ne peuvent pas circuler à l'étranger avec une immatriculation provisoire. 

Pour les dossiers les plus complexes, la préfecture conseille aux usagers de se rendre directement dans leurs locaux, pour se faire assister dans le dépôt de leur demande par des agents formés ; des bornes informatiques ont été installées à cet effet. Lorsque les situations sont vraiment bloquées, il est également possible de revenir à un dépôt papier, "à l'ancienne", aux guichets des préfectures.

Pour rappel, les autorités ont également décidé d'allonger d'1 à 4 mois le délai durant lequel il est possible de circuler avec une immatriculation provisoire, sur le territoire français.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie