Coronavirus : "Les Elsasser copains confinés", une chorale qui met à l'honneur le personnel soignant

L'artiste Nicolas Fischer nous avait prévenu : "j'ai encore plein d'idées !". Après son premier arrangement "Rester chez soi" auquel a participé une cinquantaine d'artistes alsaciens, il vient de publier une nouvelle chanson participative en alsacien, cette fois-ci. 
"Mìr sìnge enfàch gràd e Lìed - Nous chantons simplement une chanson" est le nouveau titre de la chorale virtuelle Cocon (comme copains confinés). Une chorale d'artistes alsaciens crée au début du confinement par le musicien, chanteur et compositeur de Seebach (Bas-Rhin) Nicolas Fischer.Alors que la première composition était en français, celle-ci a été rédigée en alsacien. Le clip, sous-titré en français, réunit une trentaine de personnes du Nord au Sud de l'Alsace sur une musique de Dominique Lô et Nicolas Fischer, lequel signe aussi le texte : "ils se battent pour nous et font ce qu'ils peuvent (...) on peut vraiment compter sur eux" dit la chanson. 

Si le corps a besoin de médecin, la tête a besoin de baladins 
- Nicolas Fischer

"L’angle du texte a évolué depuis la version française. On évoque évidemment l’obligation de" rester chez soi". Mais l’accent est plus mis sur ceux qui font front, sur la vie en confinement. Et aussi sur l’espoir d’un monde meilleur à la sortie… avec ce titre évoquant la modestie" précise t-il. On voit ainsi dans le clip, une équipe de l'hôpital de Wissembourg (Bas-Rhin) ainsi que le docteur Laurent Battung (Seebach - Bas-Rhin). "Si le corps a besoin de médecin, la tête a besoin de baladins."

Gageons que ce type d’initiative demeure au de là de la crise que nous traversons - Serge Rieger, artiste et enseignant

"J’ai participé à la première version en français, regrettant qu’elle ne soit pas en alsacien….et voici que Nicolas nous propose de réitérer cette fois-ci en alsacien, houra !!" lance Serge Rieger qui espère que cette chanson puisse faire du bien : "dàs des Lied kàn helfe, do wie ànd’ri füer ùns kämpfe - que cette chanson puisse aider ceux qui se battent pour nous". J’aime tout particulièrement la phrase "Ja trotz getrannt, wit vòn enànd, gan mir ùns àlli friedlich d’Hànd" - même éloignés les uns des autres, nous nous donnons pacifiquement la main".
  

Quand Nicolas m'a contacté pour ce projet en français puis alsacien, j'ai tout de suite adhéré
- Antoine Jacob, cabarettiste

"C'est tout d'abord, à nous les anciens de dire "rester chez soi" pour freiner la propagation de l’épidémie ùnd fer em G'sundheitspersonal merci sauje
( pour remercier le personnel soignant) qui est en première ligne dans cette crise sanitaire" m'écrit Antoine Jacob. Même si tous préféreraient ne pas être dans cette situation, c'est une belle aventure pour ces musiciens, ces artistes : "e spontàni Solidarität - une solidarité spontanée" conclut-il.
Un pari fou auquel ont participé, chacun chez soi, Cadillac Lilou, Grégory Ott, Gael Sieffert, Olivier Félix Hoffmann, Cynthia Colombo, René Egles et bien d'autres. Pas dit que ces artistes en resteront là. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société culture solidarité