Coronavirus : l'équipe de Rund Um s'adapte durant le confinement pour continuer à vous informer

 "Wo sìn ze denn ? M'r gsit ze nimme àn de télé ! » Vous vous demandez certainement où l'équipe de Rund um est passée. Voici quelques photos. On vous raconte notre quotidien. Und kenn Àngscht, sobàld dàs der verflixt Virus verschwùnd ìsch, were n'r ùns wieder àn de télé gsin. 
 

Chez nous en télétravail mais aussi sur le terrain, nous continuons à vous informer tout en respectant les gestes barrières nécessaires
Chez nous en télétravail mais aussi sur le terrain, nous continuons à vous informer tout en respectant les gestes barrières nécessaires © N.Gaschy/S.Pfeiffer/J.Mielle/T.Pierre/C.Richard
Le confinement nous concerne tous. Alors, pour continuer d'assurer notre mission de service public, nos équipes ont été redéployées. Ihr hàn's vielleicht mitbekùmme. Zitter meh àls zwei Woche gìbt's kenn Rund Um meh an de Télé, un àh kenn "Frach oder frech". Alli Journàlischte von France 3 Elsàss schàffen numme noch fer d'Nàrrichte, fer die jennische ze ersetze wo ìhri Kin hiede miessen oder wo krànk oder in Quarantän sin. Pour certaines, le quotidien ne change pas avec la réalisation de reportages pour le journal régional, les autres font du télétravail.
 
 M'r versuchen durch àlltäglische Gespräsche un Artikle uf'm Facebook France 3 Alsace, s'elsässische widerscht lewendisch ze hàlte. Articles pour notre site internet et entretiens en alsacien sur les réseaux sociaux, ponctuent nos journées. M'r hàn eisch wille e pàar Bilder fer uns schicke.   
Comme tout le monde, Régine a une main sur le panier à linge et l'autre sur le clavier de son ordinateur pour rédiger nos chroniques villageoises.
Comme tout le monde, Régine a une main sur le panier à linge et l'autre sur le clavier de son ordinateur pour rédiger nos chroniques villageoises. © Document remis - Jeannot

Médecins, malades, enseignant(e)s, artisans, artistes..., nous vous emmenons chaque jour chez des habitants de la région pour évoquer avec eux les difficultés liées à la crise sanitaire mais aussi les petites joies qui s'en dégagent. Régine, Sabine et Muriel s'occupent principalement de nos chroniques villageoises et d'articles pour notre site internet.


Même par le biais d'un article, d'une discussion par téléphone, d'un sms, d'une photo, nous continuons à communiquer - Sabine Pfeiffer
 

E Virus wo ùnsere Gewohnheete verändert. Un confinement qui chamboule notre quotidien comme le vôtre. Sabine Pfeiffer, elle, est confinée à "Bischheim plage" comme elle dit avec l'un de ses fistons et ses deux chats.

"Très contents, les chats, d'ailleurs, de m'avoir sous la patte" m'écrit-elle. "A tour de rôle, juste au moment où je suis en train de noter une interview téléphonique, ils s'installent sur mes feuilles de papier. Ou piétinent le clavier de mon ordinateur de bureau précisément lorsque j'écris un article urgent pour notre site internet". De Kàtz will àh debie sìn, Sie hàt gànz recht. "Mais leur présence ne remplace évidemment pas nos rencontres avec les gens lors des tournages pour Rund Um".

Fini les reportages sur le terrain, bienvenue les coups de fil depuis mon canapé 
- Muriel Kaiser, étudiante en alternance 

"En télétravail depuis le début du confinement, loin du quotidien à la rédaction, mes trajets se limitent désormais du salon à la cuisine et vice-versa". Muriel, notre étudiante en alternance, est confinée à Strasbourg, loin de son Sundgau natal, et cherche jour après jour des pistes et des contacts pour les interviews que nous diffusons tous les soirs de la semaine sur les réseaux sociaux. Elle rédige, également, des chroniques sur le Sundgau (in sinùm elsässische wo so scheen klìngt) pour tenter de "saisir ce qui se passe dans le quotidien des Haut-Rhinois, pour comprendre et raconter cette période particulière".
Au plus près de l'information ! Sabine travaille avec son chat et Muriel depuis son canapé qui lui sert de bureau pendant le confinement.
Au plus près de l'information ! Sabine travaille avec son chat et Muriel depuis son canapé qui lui sert de bureau pendant le confinement. © S.Pfeiffer/M.Kaiser
Und wenn mer eisch nìt schriewe, kinne n'r ùns ùff ùm soziàle Netzwerk folge. Pour continuer à faire vivre la langue, l’équipe est passée exclusivement sur les réseaux sociaux avec des interviews réalisées de chez moi en compagnie "virtuelle" de nombreux interlocuteurs. Sie verzehle ùns ihr Alldàh, ihre positive Initiative, und ihre Soarje. 
Tous les jours de la semaine, nous enregistrons des interviews avec vous pour faire le point sur votre quotidien
Tous les jours de la semaine, nous enregistrons des interviews avec vous pour faire le point sur votre quotidien © F.Richard

Les conditions de tournage, elles, n’ont plus rien à voir avec celles que je connaissais - Noémie Gaschy

Un wenn d'meischde von ùns von de Heem üss schàffe, màche àndere couragiert drüsse wiedersch. Noémie et Carine, elles, sont amenées à tourner des sujets pour le journal régional. « Le travail journalistique n’a pas changé : il faut livrer un sujet pour le journal du midi ou du soir, suivant les directives de la rédaction en chef. Ce sont les conditions de tournage qui n’ont plus rien à voir avec celles que je connaissais", avoue Noémie. Hitt gìt's nùmme noch eeni Regel, "une règle s'impose: mettre un masque lors de chaque reportage pour nous protéger, nous journalistes, mais surtout pour protéger les personnes que nous allons rencontrer". Mer màche àlles demìt de Litt wo m'r kritze beschìtzt bliewe. 
 

Masques, gants, lingettes désinfectantes, cellophane pour protéger les micros, Noémie et Carine comme les autres journalistes sur le terrain prennent toutes les précautions possibles.
Masques, gants, lingettes désinfectantes, cellophane pour protéger les micros, Noémie et Carine comme les autres journalistes sur le terrain prennent toutes les précautions possibles. © N.Gaschy/France Télévisions

Emballer le micro dans du cellophane comme un gigot - plaisantait encore la semaine dernière Carinne Feix

Jusqu'à ce coup de fil de la direction: " tu as travaillé avec X, il/elle présente des symptômes. Je te mets en quatorzaine". « Des cas suspects, j’en ai côtoyé quelques-uns », fait-elle remarquer  "Pas de tests disponibles, même à la télé ; nous ne sommes pas des privilégiés, faut-il le rappeler". Mìt de Carine hette m'r sotte ùff Dänemark flieje ùm de sàng Wettbewerb "Liet" ze folge àn dem d'Isabelle Grussenmeyer hät sotte mìt màche. Alles ìsch nadierlisch annüliert woar.

Nous espérons toutes revenir le plus vite possible toquer dans votre petite lucarne et vous dire : M'r sìn wieder dà ! Retourner "librement" sur le terrain pour vous rencontrer. Et ce jour arrivera ! En attendant hàlte eisch bràv, bliewe de Heem. Prenez soin de vous et restez chez vous. 

 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société télévision économie médias