Courses de Strasbourg : "Difficile de faire obéir ses jambes "

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noémie Gaschy .

Les Courses de Strasbourg ont attiré 12.500 personnes tout le week-end. Le tiers des inscrits s'est engagé sur le 10 km, l'épreuve emblématique du rendez-vous strasbourgeois. Chrono ou plaisir, chacun avait son objectif. Témoignages de coureurs, au départ et à l'arrivée. 

Ils étaient un peu moins nombreux que l'an dernier à fouler le bitume strasbourgeois pour les traditionnelles Courses de Strasbourg. La faute sans doute à une semaine morcelée par deux jours fériés, l'occasion rêvée de s'offrir une semaine de vacances, loin de l'Alsace.

Il n'empêche que la convivialité était une nouvelle fois au rendez-vous tout le week-end et ceux qui ont pris le départ ont bien fait puisqu'ils ont couru sous un temps idéal.13 degrés au thermomètre et pas de pluie, contrairement à ce que craignaient coureurs et organisateurs. 

Habitués ou novices, tous les publics se sont côtoyés dans les rues de la capitale de l'Europe. Pression ou moment de partage ? Objectif atteint ou déception ? Nous avons rencontré trois des 3800 courageux qui se sont élancés sur l'épreuve la plus populaire, le 10 km. 

  • Axel, le partage avant tout


"Je travaille pour l'association Ithaque, nous allons courir à plusieurs comme chaque année. Le but est de passer un moment ensemble en-dehors du travail, à l'extérieur des locaux, entre patients et soignants. On ne vise absolument pas de chrono. Mais on a de la chance, le temps est parfait, il fait beaucoup moins chaud que l'année dernière, c'est déjà une bonne chose pour nous. Il ne fait ni trop chaud ni trop froid alors que des orages étaient annoncés..."


  • Annick, soulagée d'en finir


"Je suis contente de moi. Je voulais courir sous les 54 minutes et je crois que j'ai réussi, même si j'ai un petit doute car je n'ai pas déclenché ma montre dès le départ. Je suis soulagée d'être arrivée. Avant la course et surtout pendant, j'ai toujours un moment d'inquiétude où je me demande si je vais arriver à terminer. J'ai 58 ans, c'est difficile de faire obéir ses jambes et de gérer sa respiration. La clé, c'est d'avoir un bon mental et confiance en soi pour arriver au bout. Moi, je ne suis pas encore parfaite là-dessus..."


  • Valentine, objectif semi-marathon


"On est venues entre copines pour préparer un semi-marathon qu'on va faire en juin. C'est une bonne occasion de se tester, de voir le temps qu'on fait et de s'améliorer. Et puis bien sûr de passer un bon moment entre nous. J'ai commencé à courir il y a deux ans seulement, maintenant je cours une fois par semaine. J'espère boucler ce 10 km en moins d'1h15."


Parmi les coureurs, beaucoup d'Alsaciens mais aussi des personnes venues de toute la France. Daniel, par exemple, est Montbéliardais. Il s'est inscrit à la dernière minute pour participer à la fête strasbourgeoise car il a "gardé l'esprit de compétition qui l'animait pendant sa jeunesse". Pierre-Alain, lui, est Breton mais travaille en Alsace. Il a atteint son objectif en courant sous les 40 minutes. Autre satisfaction : "avoir les rues de Strasbourg rien que pour nous, coureurs, c'est génial. C'est très sympa de passer devant la Citadelle, de courir devant un mammouth juste à côté de la Cathédrale..."

La course a été remportée par Zouhair Talbi, le Franco-Marocain du RT Schweighouse, impressionnant vainqueur en 29'28 avec près d'une minute d'avance sur son dauphin. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité