Covid-19 : de report en report, des spectateurs qui ont acheté leur place de concert il y a trois ans attendent toujours

Publié le Mis à jour le
Écrit par Astrid Servent
Depuis le covid, les amateurs de concerts doivent prendre leur mal en patience.
Depuis le covid, les amateurs de concerts doivent prendre leur mal en patience. © STEPHANIE PARA / MAXPPP

Se protéger et s’adapter : voilà ce à quoi le Covid-19 nous contraint depuis son apparition. Les fans de concerts, eux, doivent en plus patienter. Certains ont acheté leur billet en 2019 et attendent toujours la montée sur scène de leur artiste préféré.

Patience est mère de toutes vertus. Si l’on en croit cet adage, les amateurs de concerts font sans doute partie des plus vertueux d’entre nous. Le covid avec son lot de confinements, de salles de concerts fermées ou de jauges limitées met les nerfs des fans de concerts en live à rude épreuve.

En attendant Agnès Obel

Alexandra, mère de famille, se souvient avoir acheté, en octobre 2019, deux billets de concert pour aller écouter Agnès Obel à la Seine Musicale de Paris : "C’était pour les 39 ans de ma sœur. On adore toutes les deux cette artiste, je trouvais que c’était sympa d’y aller ensemble, c’était l’occasion".

Le concert était à l’affiche en mars 2020, en plein premier confinement. "Honnêtement, on avait tellement la tête ailleurs qu’on avait presque oublié ce concert", reconnait la trentenaire. Qu’à cela ne tienne, la soirée est reportée au 21 juillet 2020. Or, cette fois-ci, la France est déconfinée mais les salles de concert restent fermées. Rebelotte : il faut ouvrir son agenda une troisième fois pour y cocher la date du 18 mai 2021. Jamais deux sans trois.

Et jamais trois sans quatre : le monde de la culture est encore au point mort au printemps 2021 et la Seine musicale se voit contrainte d’informer ses clients que le concert est repoussé au 28 juin 2022. Philosophe, Alexandra a appris à s’adapter : "Je le vis bien. De toutes façons, on a envie d’aller l’écouter, je n’envisage pas de demander un remboursement, je patiente". Sa sœur, elle, a pris deux ans supplémentaires.

PNL : on ne lâche rien

Ils avaient prévu d’y aller en bande : Charlotte, étudiante de 20 ans, et ses amis avaient acheté leurs billets en novembre 2019 pour le concert de PNL prévu initialement en juin 2020 à Strasbourg. Le groupe de rappeurs français, redoutablement efficaces dans leur marketing et leur politique de réseaux sociaux, avait mis en vente un nombre limité de places en fosses via un QR Code qu’il fallait scanner en gare de Strasbourg. Charlotte y était : "Il y avait une file d’attente incroyable mais on a eu nos places !"

Les affres du covid ont entraîné trois reports successifs : "A chaque fois, on avait le choix : soit se faire rembourser, soit reporter. J’ai toujours choisi de reporter car je voudrais vraiment voir les voir sur scène".  Patiente, la jeune femme reconnait "un certain ras-le-bol mais en même temps, on ne peut rien faire d’autre que d’attendre".

Evidemment, trois années dans une vie d’étudiant, ça compte et ça bouge : "Je sais que j’ai une copine qui est aujourd’hui à Bordeaux et qui ne pourra pas assister au concert. Elle va sans doute revendre sa place à des copains". Les goûts aussi peuvent évoluer mais ça n’est pas le cas pour Charlotte. "J’aime toujours ce qu’ils font ! " Elle sera donc dans la fosse du Zénith de Strasbourg le 12 mai 2022 à 20h pour le duo PNL et leur album Deux Frères qui date, lui aussi, de 2019.  

2020 : l’année du rien

Mathilde enseigne la danse country dans la région strasbourgeoise. Pour elle, cette année 2020 devait être "l’année de tous les concerts". Keith Urban et Brad Paisley, deux grandes stars américaines de la country faisaient le déplacement en Europe. "C’était une occasion tellement rare qu’il ne fallait pas la rater !"

Enthousiaste, elle achète ses deux tickets de concerts. Deux tickets purement et simplement annulés, le covid étant passé par là. Sans visibilité, il était difficile pour ces stars internationales de proposer un report dans la foulée. "Je ne cours pas les concerts d’habitude. 2020, c’était ma grande année de concerts, du coup, c’est devenu celle du rien!", dit-elle dans un sourire.

Heureusement, depuis, l’horizon s’est éclairci : Mathilde a pu reprendre deux billets. Si tout va bien, elle sera à New Castle le 1er mai prochain pour Keith Urban et en juillet en  Allemagne pour Brad Paisley. A son agenda, un autre concert était prévu en 2020, celui d’une légende : Elton John. Pour celui-là aussi, elle va devoir prendre son mal en patience.

Elton John y survivra-t-il ?

C’est en sortant du cinéma que Mathilde a eu envie d’aller voir la pop-star internationale sur scène : "Son biopic Rocketman m’a beaucoup impressionnée. J’ai découvert qu’il avait eu une vie incroyable et cela m’a donné envie d’aller voir le personnage sur scène".

Ce soir-là, 1er juin 2019, la Strasbourgeoise allume son ordinateur en se disant :  "Je regarde s’il reste encore une place pour sa tournée d’adieu. Si c’est le cas, elle sera pour moi". Bingo et ce sera même une place dans le Carré d’or pour le 10 octobre 2020 à Paris La Défense Arena.

Le 7 juillet 2020, Mathilde reçoit un mail : en raison de la crise sanitaire, le concert d’Elton John est reporté au 10 octobre 2021. Elle décide de maintenir son billet. Une dizaine de jours avant le concert, l’artiste fait savoir qu’il n’est pas physiquement en forme et qu’il préfère reporter. Son carnet de bal pour 2022 étant déjà plein, il s’annonce pour le mois de juin 2023. Mathilde s’accroche à sa place en carré d’or et croise les doigts : "C’est censé être sa tournée d’adieu quand même…"

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Force est de constater que l'amateur de concert sous covid a fait sienne cette morale de Jean La Fontaine. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.