Haut-Rhin : Maurice Koechlin, l'ingénieur alsacien à l'origine de la tour Eiffel

Un film sur la tour Eiffel réalisé par Martin Bourboulon sort en salle le mercredi 13 octobre. C'est l'occasion de revenir sur l'histoire de Maurice Koechlin, l'ingénieur alsacien qui est à l'origine de l'un des plus célèbres monuments de Paris.

Sa présence dans le film Eiffel de Martin Bourboulon qui sort en salle le mercredi 13 octobre est anecdotique. Il n'est cité qu'au début du film lorsqu'il présente son projet à Gustave Eiffel. Et pourtant, il a joué un rôle important dans la conception du monument le plus connu de Paris, la tour Eiffel. Il s'agit de l'Alsacien Maurice Koechlin. "Il n'est représenté que brièvement dans le film. On le voit en train de montrer le projet à Gustave Eiffel qui n'a pas l'air d'apprécier ce dessin. Surtout, ce qui est faux dans le film c'est que le projet représente une tour de 200 mètres de hauteur or mon arrière-grand-père a toujours voulu réaliser une tour de 1000 pieds, c'est-à-dire 300 mètres", raconte David Koechlin l'arrière-petit-fils de l'ingénieur. 

Maurice Koechlin est né à Buhl (Haut-Rhin) en 1856. Il a fait ses études au lycée Jacques Preiss de Mulhouse avant d'intégrer l'école polytechnique de Zurich. C'est le 1er novembre 1879 que l'Alsacien va faire la connaissance de Gustave Eiffel, il entre alors dans son entreprise de construction métallique et de travaux publics. 

Le viaduc de Garabit, la statue de la Liberté

Avant de commencer à travailler sur le projet de la tour Eiffel, Maurice Koechlin signe d'importants chantiers comme le viaduc de Garabit en Auvergne-Rhône-Alpes en 1879. Ce pont construit à 122 mètres au dessus de la rivière dans une région sujette aux vents violents marque l'invention du système de poutres. L'ingénieur va plus tard réutiliser ce type de structure dans son projet de la tour Eiffel.

La même année, Maurice Koechlin s'attaque à la statue de la Liberté, projet confié à l'entreprise de Gustave Eiffel. Il dessine l'ossature de la statue haute de 46 mètres pour 120 tonnes, composée de 300 pièces.  

Pour la commémoration du centenaire de la Révolution française de 1789, le gouvernement décide d'organiser une Exposition universelle qui comprend l'édification d'un monument. Gustave Eiffel fait encore une fois appel à l'ingénieur alsacien. Maurice Koechlin et Emile Nouguier présentent un avant-projet à Eiffel qui ne le trouve pas à son goût car pas assez beau.

La tour la plus haute du monde à l'époque

Eiffel valide finalement en juin 1884 le projet des deux ingénieurs qui déposent un brevet d'invention. Entre temps, l'ingénieur alsacien est devenu chef du bureau d'études à l'âge de 28 ans. Trois mois plus tard, Gustave Eiffel rachète le brevet du duo et promet de leur reverser 1% du coût de construction si la tour voit le jour.

Le pylône est alors renommé projet "Eiffel" et remporte le concours du monument à l'unanimité. Les travaux commencent le 28 janvier 1887 et s'achèvent le 31 mars 1889. "Ce n'est pas un problème pour mon arrière-grand-père que le projet ne soit pas connu sous son nom car Maurice Koechlin était un homme très modeste qui n'a jamais cherché la célébrité. En plus, ce n'est pas Gustave Eiffel qui a nommé la tour comme ça, c'est le public. Il était très connu et c'est normal, il était quand même le constructeur. Mon arrière-grand-père est seulement l'homme qui a eu l'idée initiale" explique David Koechlin. 

Après avoir participé à la création de l'un des plus célèbres édificie du monde, Maurice Koechlin remplace en 1893, Gustave Eiffel à la tête de son entreprise. Elle prend le nom de société de construction de Levallois-Perret à la suite du scandale de Panama. L'ingénieur de la plus haute tour du monde à l'époque, meurt l'âge de 89 ans, en 1946 en Suisse. 

Pour découvrir plus de détails sur l'histoire du célèbre monument parisien, Mulhouse j’y crois et la Société industrielle de Mulhouse organise une avant-première qui affiche complet ce mardi 12 octobre au Kinepolis de Mulhouse à 19h. Le film est également à visionner en salle dans toute la France à partir du mercredi 13 octobre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture tour eiffel patrimoine cinéma