Haut-Rhin : une façade "dépolluante" sur un immeuble à Saint-Louis, une première en France

Un bâtiment unique en son genre fait son apparition à Saint-Louis (Haut-Rhin). L'immeuble résidentiel possède une "façade dépolluante". Ses briques sont capables de nettoyer les particules polluantes présentent dans l'air. Un procédé écologique qui est une première en France.

C'est un tout nouveau type de bâtiment qui s'implante dans la ville de Saint-Louis (Haut-Rhin). Il s'agit d'un immeuble de 51 appartements avec une particularité, sa "façade dépolluante". Son fonctionnement repose sur le principe de photocatalyse : la lumière permet d'oxyder les substances polluantes qui sont ainsi transformées en composés anodins. 

Ainsi les bactéries présentent dans l'air sont captées puis nettoyées par les briques fabriquées en Italie. "Cela représente l'équivalent de vingt véhicules par an en terme d'absorption de dioxyde de carbone", explique Damien Cordier l'architecte du projet. 

Un surcoût de 100.000 euros 

Pour le constructeur alsacien, Trianon Résidences, ce n'est certes pas suffisant pour dépolluer toute la ville mais c'est un début selon Cédric Simonin : "Il faut bien démarrer par quelque chose, on l'a fait dans d'autres communes aussi donc l'idée c'est d'ouvrir le champ des possibles pour que d'autres constructeurs se disent, nous aussi on peut faire pareil." 

Le constructeur alsacien, déjà sensible aux questions écologiques, avait participé à l'écriture d'un ouvrage sur le thème, la qualité de l'air intérieur pour les nuls. L'entreprise n'a donc pas hésité à dépenser 100.000 euros de plus pour ce projet de 6,5 millions d'euros. 

Et le résultat, ce sont des appartements lumineux, spacieux et écologiques avec chauffage urbain. "C’est un bâtiment de qualité et puis c'est une solution pour l'écologie cette façade" explique un couple de propriétaire. Une autre ajoute : "j'aime le côté écolo et puis il faut construire intelligemment, c'est important pour le futur". C'est la première fois que ce procédé est appliqué sur des logements alors que cela avaient déjà été mis en œuvre sur des bâtiments tertiaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immobilier économie écologie environnement innovation