Mort de Nahel : tensions, incendies, tirs de mortiers et feux d'artifices à Strasbourg et Mulhouse

Comme dans de nombreuses autres villes en France, la mort du jeune Nahel, tué lors d'un contrôle de police à Nanterre, a entraîné de vives réactions en Alsace. Deuxième nuit de violences urbaines à Strasbourg et Mulhouse.

Deuxième nuit de révolte et violences dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin. Malgré l’interdiction de la préfecture de vente et transports d’artifices et de produits inflammables, de nombreux incendies, feux d'artifices ont une nouvelle fois été déclenchés dans la nuit du 29 au 30 juin 2023.

A Strasbourg, 74 voitures ont été brûlées et une quarantaine de poubelles incendiées. Le feu a été mis également à l'entrée de la mairie annexe dans le quartier de la Meinau. 100 m² du collège Sophie Germain à Cronenbourg (malheureusement victime régulièrement de violences répétées) ont été touchés ainsi que l'école Langevin. La préfète de région doit s'y rendre  ce vendredi matin.

Le bilan de la préfecture indique que quatre interpellations ont eu lieu et qu'il n'y a pas eu de blessés. 

Le syndicat de police 67 précise que parmi les interpellations, plusieurs ont été faites pour violences avec mortiers et dégradations volontaires. 

La préfète de la région Grand Est Josiane Chevalier a fait appel dans la soirée, à l'antenne du Raid de Strasbourg en soutien de la direction départementale de la Sécurité publique du Bas-Rhin.

La maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, est ce vendredi matin à la mairie de quartier du Neuhof, incendiée dans la nuit, ainsi que dans l'école Marguerite Perey, ciblée également par les émeutiers. Les documents administratifs les plus sensibles ont été sauvés et placés au centre administratif. Impossible de rentrer à l’intérieur, à cause des fumées toxiques présentes. 

Suite aux incidents déjà survenus dans la nuit du mercredi 28 juin au jeudi 29 juin, dans différents secteurs de la ville de Strasbourg, la CTS avait mis en place des déviations de sécurité pour les bus pour la soirée du 29 juin à partir de 21h. Certaines lignes de tram quant à elles, ont été suspendues pour la soirée.

Dans le Haut-Rhin à Mulhouse, les incendies ont été déclenchés vers 22h30, à plusieurs endroits de la ville. Dans les quartiers de Bourzwiller, Drouot, Cité-Briand et Côteaux, des feux de poubelles ont été déclenchés et des véhicules incendiés, comme ci-dessous, rue des abeilles. 

Au total, cinq véhicules y ont été brûlés, un tram dégradé et deux abris de tram détruits. Les forces de l'ordre dénombrent plusieurs blessés dans leurs rangs, leurs véhicules ayant été pris pour cible. Trois guets-apens ont cependant été déjoués à Mulhouse. Six personnes y ont été interpellées. 

Ce matin, la préfète Josiane Chevalier annonce que le dispositif mis en place va continuer à s'adapter et à se renforcer. La cellule de crise ouverte ce jeudi 29 juin à la préfecture doit être renforcée aussi, en vue de coordonner les actions et agir sur le terrain. "Ma priorité est qu'il n'y ait pas de blessés de part et d'autre, notamment parmi les pompiers qui se font systématiquement caillasser, ce qui est absolument inacceptable." affirme-t-elle. Les fauteurs de troubles sont extrêmement mobiles, les services de l'ordre le seront donc aussi.

Un message à l'attention des habitants de ces quartiers

"Le message que je veux donner aux habitants des quartiers" explique la préfète au micro de notre équipe sur place,"c'est qu'on ne les oublie pas. Ils ont droit à la sécurité comme tout un chacun et nous serons présents autant que nécessaire. Qu'ils n'hésitent pas à nous signaler les difficultés, départs de feux, pour qu'on puisse être, tous ensemble, efficaces."

La préfète précise qu'elle a demandé au président de la Collectivité Européenne d'Alsace de renforcer la sécurité au niveau des collèges les plus sensibles et qu'elle a fait la même demande au président du conseil régional pour les lycées.

Une unité de forces mobiles d'environ 70 personnels et une quarantaine de gendarmes mobiles sont  arrivés, pour renforcer les moyens déjà mobilisés.

"Nous serons sur le pont autant que nécessaire" a conclu la préfète. Cette mutualisation des moyens doit aider à sécuriser les quartiers et leurs habitants.

En début d'après-midi, ce vendredi 30 juin, le centre commercial des Halles à Strasbourg, a été évacué suite à des menaces proférées sur les réseaux sociaux. Les commerces ont été évacués "pour des raisons de sécurité" a indiqué la directrice des Halles à nos confrères de France Bleu Alsace.

Après sa visite ce vendredi à la mairie de quartier du Neuhof-Meinau et à l'école maternelle Margerite Perey vandalisées, et suite à l'évacuation de la Place des Halles en début d'après-midi, Jeanne Barseghian a communiqué : " Si je comprends l’émotion vive, la colère et l’indignation qui traversent le pays suite au décès du jeune Nahel, en revanche, aucune violence n’est acceptable. Le calme doit revenir. Je réitère mon appel à l’apaisement, à manifester pacifiquement soutien et solidarité aux proches de Nahel. L’enquête en cours doit permettre de faire la lumière sur les circonstances de la mort de ce jeune homme à Nanterre. La justice sera rendue par l’institution judicaire."

Comme la préfète, elle assure rester aux côtés de la population.