Picasso en bleu et rose, exposé à la fondation Beyeler de Bâle

La fondation Beyeler de Bâle présente une exposition exceptionnelle sur la période bleue et rose de Picasso. Moins connu que le Picasso cubiste, l'exposition révèle un grand nombre de chefs d'oeuvres rarement exposées au public. L'occasion unique de découvrir cet artiste sous un autre jour. 
La couverture du catalogue de l'exposition "Picasso - Périodes bleue et rose",  représentant le tableau de Picasso "Acrobate et jeune arlequin", collection privée.
La couverture du catalogue de l'exposition "Picasso - Périodes bleue et rose", représentant le tableau de Picasso "Acrobate et jeune arlequin", collection privée. © Vincent Lemiesle, France 3 Alsace.
Après le musée d'Orsay c'est au tour de la fondation Beyeler de présenter les oeuvres des périodes bleue et rose de Picasso. Une chance à ne pas louper car l'occasion de voir réunis, dans un même lieu, les tableaux de l'artiste de cette période ne se répétera sans doute pas avant longtemps. Beaucoup d'oeuvres exposées proviennent de collections privées, non accessibles en temps normal, ou de musées étrangers qui ne prêtent qu'en de rares occasions ces pièces majeures de la période pré-cubiste de l'artiste.
 

"Une chance exceptionnelle "

C'est par exemple cette oeuvre présentée en Europe pour la première fois depuis 1946 , "La Gommeuse". Un tableau peint au printemps 1901, représentatif des toiles très colorées, précédant la période bleue. C'est le Picasso pré-fauviste, inspiré par les tableaux des grands maîtres avant-gardistes parisiens, Degas, Toulouse-Lautrec ou Van Gogh.
 
Pablo Picasso "La Gommeuse", 1901, collection privée
Pablo Picasso "La Gommeuse", 1901, collection privée © Jewel Samad, AFP

Appartenant à un collectionneur privé, personne ne l'a vu depuis très longtemps et vous n'aurez sans doute jamais l'occasion de le revoir : "Le Mort". Oeuvre charnière, peinte à Paris à l'automne 1901 quelques mois après le suicide de son ami Casagemas. C'est cet évènement tragique, la disparition de son compagnon d'atelier, qui va déclencher la période bleue. Picasso réduit sa palette à une gamme de bleus pour peindre des thèmes pas spécialement gais : la mort, la pauvreté, la misère. Picasso a le blues.
 
Pablo Picasso "Le Mort", 1901, collection privée.
Pablo Picasso "Le Mort", 1901, collection privée. © Vincent Lemiesle, France 3 Alsace

Troisième exemple, le tableau emblématique de la période bleue, quasiment jamais sortie de son musée, The Cleveland Museum of Art : "La Vie". Une oeuvre allégorique symbolisant les cycles de la vie, peinte en 1903. Picasso y représente une dernière fois son ami Casagemas. Pour Rapahaël Bouvier, conservateur à la fondation Beyeler "c'est une chance exceptionnelle de découvrir ce tableau ici".
 
Pablo Picasso, détail de la "La Vie", 1903, The Cleveland Museum of Art
Pablo Picasso, détail de la "La Vie", 1903, The Cleveland Museum of Art © Vincent Lemiesle, France 3 Alsace

Près d'une centaine de chefs d'oeuvre raconte ce cheminement artistique du jeune Pablo Picasso, de la période bleue à la période rose. Cinq années à découvrir : "Pour ceux qui croient connaître cette période, il y a beaucoup de découvertes à faire", explique Raphaël Bouvier. Cinq années foisonnantes, extrêmement productives, alors que Picasso n'a que 20 ans en ce début du XXe siècle.
 

Pablo Picasso devient Picasso

L'exposition révèle un Picasso ambitieux, en recherche perpétuelle de lui-même, de sa propre voie. "C’est là qu’il est devenu lui-même. C’était comme un projet et quand il arrive vers l’année 1907, après avoir travaillé de cette façon minimale qu’est la période bleue et rose, il devient le véritable Picasso tel qu’on l’imagine", explique Claude Picasso, le fils cadet de Pablo Picasso, âgé aujourd'hui de 72 ans.
 
Claude Picasso, le fils cadet de Pablo Picasso, lors de l'inauguration de l'exposition à la fondation Beyeler de Bâle
Claude Picasso, le fils cadet de Pablo Picasso, lors de l'inauguration de l'exposition à la fondation Beyeler de Bâle © Louise Pezzoli, France 3 Alsace

L'exposition est à voir jusqu'au 26 mai. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse international musée culture expositions art