VIDEO. "Silence, on rouille !", les photographies d'un passionné d'épaves automobiles

durée de la vidéo : 00h04mn48s
Sujet Rund Um en alsacien sous-titré ©France Télévisions

Il adore les carcasses de voitures abandonnées, et révèle leur beauté en les photographiant. Les œuvres de Jean-Pierre Hossann sont actuellement exposées au musée national de l'Automobile de Mulhouse. Rund Um l'a rencontré.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Pour Jean-Pierre Hossann, chaque rencontre avec une épave de voiture laissée à l'abandon, dans une forêt, au bout d'un pré ou dans une casse, est une expérience inédite. Une nouvelle histoire. Son regard, derrière l'objectif, perçoit la beauté unique de chaque carcasse délaissée, et la magnifie. "Ça donne une sensation de vie, ça fait naître quelque chose… c'est difficile à expliquer", reconnaît-il.

Ce photographe strasbourgeois adore la tôle qui rouille, le lierre qui s'accroche aux fenêtres sans vitres ou transperce le capot, et sait en capter l'infinie poésie. Et lorsqu'il retrouve un objet oublié sur une banquette, tel "un vieux journal de 1988" ou un détail d'agencement, comme "un ancien cendrier" ou une "banquette pour trois personnes", il est plus heureux qu'un gosse devant un sapin de Noël.

Cette passion pour les belles cylindrées l'a pris "très tôt. A trois ans", où il jouait déjà avec des petites voitures. "Puis, en 1986, je suis devenu journaliste pour le magasine LVA, La Vie de l'Auto, dédié aux véhicules anciens" raconte-t-il. En tant que photographe professionnel, il réalise alors des centaines de reportages lors de salons dans le Grand Est comme à l'international.

Mais le vrai déclic survient en 2009, quand un ami l'emmène sur un site belge, où trois cents voitures rouillées dorment dans une forêt. A partir de là, photographier des épaves devient sa passion. Il cherche et trouve d'autres sites.

Mais rien de morbide dans cette quête. Pour lui, ces véhicules délaissés ne s'apparentent jamais à des natures mortes. "Je cherche la vie, des captations de l'instantané, précise-t-il. La découverte d'une ancienne voiture me touche. C'est un moment unique, et la photo s'impose." La photo, comme transcription poétique de la beauté et de l'abandon. 

Un dialogue entre photos et vrais véhicules

Une cinquantaine de ses oeuvres, dont certaines en très grand format, sont exposées actuellement au Musée National de l'Automobile de Mulhouse. Une exposition temporaire qui propose une véritable expérience immersive et sensorielle. Les clichés offrent un dialogue inédit avec huit voitures sorties des réserves du musée, jamais encore restaurées.

Les visiteurs se laissent happer. "Ça décontenance, il y a une esthétique de quelque chose qui est une atrocité, laisser pourrir des véhicules en pleine nature" estime Philippe Martinet, venu de Nyon (Suisse). Son épouse Ilona, elle, ressent "un fourmillement, la vie, les oiseaux" et se dit "très surprise de l'impression que ça laisse."

Car une bande son avec des chants d'oiseaux, des bruits d'averses et d'orages tisse un tapis sonore propice à une balade unique en son genre. Même l'odorat est sollicité, par des effluves d'humus ou un parfum de fleur.

Exposition "Silence, on rouille !" jusqu'au 17 mars 2024 au Musée National de l'Automobile à Mulhouse.