• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Un chat visé et blessé par un tir d’arbalète à Weiterswiller : la propriétaire de Nouga lance un appel à témoins

Nouga, un chat âgé d'un peu moins de deux ans, a reçu une flèche de plus de 7 cm dans son crâne. / © Véronique Henry / Document remis
Nouga, un chat âgé d'un peu moins de deux ans, a reçu une flèche de plus de 7 cm dans son crâne. / © Véronique Henry / Document remis

A Weiterswiller, dans le Bas-Rhin, un chat a été victime d'un tir d'arbalète: une flèche de plus de 7 cm s'est nichée dans le coin de son oeil gauche et a transpercé son crâne. L'animal devrait survivre, mais sa propriétaire lance un appel à témoins pour que ça ne se reproduise pas.

Par Aurélia Abdelbost

"J'étais à la maison et j'ai vu mon chat rentrer avec une flèche dans le coin de l'oeil", explique Véronique Henry, la propriétaire de Nouga. Le chat de cette habitante de Weiterswiller a été visé par un tir d'arbalète. "Il ne s'agit pas d'un jouet, insiste-t-elle, encore sous le choc. Une flèche de 7 centimètres s'est nichée dans le coin de l'oeil gauche de l'animal et a transpercé son crâne. Par miracle, aucun organe vital n'a été touché.


Signalement à la gendarmerie

Nouga, âgé d'un peu moins de deux ans, devrait survivre mais restera défiguré. "Pour l'instant, il a pu garder son oeil mais on ne sait pas s'il verra encore", indique Véronique Henry. Elle attend des nouvelles après une opération qui a duré trois heures.

La propriétaire du chat a effectué un signalement à la gendarmerie et a partagé l'image de son chat blessé, en sang, sur les réseaux sociaux. "Je ne l'ai pas fait pour choquer mais pour que ça ne se reproduise pas", souligne-t-elle. Cette dernière possède plusieurs animaux de compagnie et les considère comme des membres de sa famille. 
 

Après avoir lancé cet appel à témoin, Véronique Henry a reçu des centaines de messages de sympathie mais n'a pas plus d'informations sur l'auteur du tir. Une enquête de voisinnage doit être effectuée par les gendarmes. Il est interdit d'exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques. Blesser un animal ou entraîner sa mort volontairement est puni de 1 500 € d'amende.
 

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus