Troyes : Après 30 ans d'existence, la radio RCF Aube Haute-Marne annonce la fin de sa diffusion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Roni Gocer
La radio RCF Aube/Haute-Marne s'est lancée initialement dans l'Aube, il y a 32 ans.
La radio RCF Aube/Haute-Marne s'est lancée initialement dans l'Aube, il y a 32 ans. © Document remis

Le président de la station Aube/Haute-Marne de la radio locale du réseau RCF a déclaré lundi 11 mai à l'antenne, la fin imminente des programmes. La radio était présente sur les ondes depuis plus de 30 ans. Explications. 

"Cette décision, elle était grave, grave de conséquences pour notre radio, et au-delà pour tous nos auditeurs en quête de sens... " Pour la matinale de lundi 11 mai, le ton était plus grave qu’à l’accoutumé sur les ondes du 88.2 FM à Troyes. Après avoir longuement remercié le public et les soutiens de la station Aube/Haute Marne du réseau de radio RCF (pour Radio Chrétienne Francophone), son président François Lesaché a annoncé ce lundi 11 mai que la radio cesserait sa diffusion. 

La décision était devenu inévitable, après le refus de l’Union RCF – organe dirigeant les radios du réseau RCF – de soutenir le passage de l’antenne Aube/Haute-Marne au réseau " DAB+ ". Ce sigle, bien connu des radiophiles, représente le nouveau système de diffusion numérique d’ondes radios et remplacera progressivement le réseau FM. 

Pour appuyer son choix, l’Union RCF a annoncé la fin de la diffusion des programmes nationaux sur les ondes de RCF Aube/Haute-Marne. Jusqu’à présent, cette diffusion représentait une grosse partie de la grille de la station. Quatre heures de programmes locaux étaient assurés sur l’antenne de l'Aube. Cette décision de fermeture d'antenne locale se justifiait par la volonté du groupement de radios de mettre en place une diffusion régionale – une seule – pour l’ensemble de la région Champagne-Ardenne. 

VIDÉO : RCF Aube en édition spéciale juste avant les fêtes de Pâques
 
 

Une décision prise à l’unanimité

En prenant la tête de la radio en décembre 2019, François Lesaché avait bien conscience du problème. Ce n’est qu’après plusieurs mois d’échanges infructueux avec la direction du réseau RCF à Lyon, qu’il finit par se résoudre à cette décision. "Dès que suis devenu président, j’ai entamé des discussions. Mais le dialogue n’était pas possible, en face, la décision était déjà prise", raconte-t-il. Rapidement, la décision a été actée par l’unanimité du conseil administration de ne pas poursuivre, au nom d’une ligne éditoriale qui ne pouvait être tenue.

Nous faisons de l’information locale au niveau de l’Aube et de la Haute-Marne, pas de l’ensemble de la région. C’est autre chose, ce n’est pas ce que notre public attend, pas ce que nous souhaitions faire.
-Thomas Pasquier, journaliste à RCF Aube/Haute-Marne


Comme son collègue du diocèse de Langres, l’évêque de Troyes, Mgr Marc Stenger a soutenu la décision prise par la radio locale. Pour lui aussi, le « local » était un enjeu : " Cette décision est synonyme de perte de contact, d’éloignement avec les auditeurs. " Pour l’évêque, il était également important de préserver le lien unissant son diocèse à celui de Langres. "Nous sommes des diocèses disposant de peu de moyens ; c’est pour ça que nous avons entretenu rapidement des liens forts, notamment pour RCF. Ça fait plus de 30 ans que nous avons lancé cette aventure."
 

"À contre-courant des attentes du public"

Jusqu’à récemment, les échanges avec l’Union RCF ont toujours été bons, assure l’ancien président de RCF Aube/ Haute-Marne, Denis Tremeau. Jusqu’à la crise récente. "Je ne comprends pas ce blocage sur le DAB+, ce choix de tout concentrer à Reims ". Pour lui, la décision n’est simplement pas en accord avec les attentes du public, et risquerait de détourner les donateurs de la station. " L’orientation régionale, c’est une atteinte au journalisme de proximité. "
 


Pour Thomas Pasquier, l’un des deux journalistes, salariés à RCF, la nouvelle est tombée en plein confinement, pour la mi-avril. " Bien sûr, on s’attendait à une décision pareille, mais peut-être pas aussi vite, glisse-t-il. On a un sentiment d’inachevé, on ne pourra pas aller au bout de tout ce qu’on a récemment mis en place. " Il évoque ainsi les émissions en extérieurs qui s’étaient multipliés, notamment en milieu scolaire ou avec les maisons de quartier. "Je ne comprends pas cette décision, ça va à contre-courant des attentes du public, qui veut de la proximité. À vouloir tout centraliser à Reims, on risque de perdre la spécificité du local. C’est ce qu’apportent les deux autres stations du territoire, Aube/Haute-Marne et Coeur de Champagne, à Châlons-en-Champagne."

Pour la suite de la radio, l’avenir est incertain pour Thomas. Si le président François Lesaché assure que la décision est prise, la radio devra cesser d’émettre entre fin mai et début juin 2020. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.