Jardin : les conseils d'Hubert le jardinier, pour trier ses plantes en fonction des risques liés aux saints de glace

Ses connaissances sont celles d'un passionné par la nature, par l'environnement. Un savoir souvent mêlé de dictons, transmis au fil des siècles, à partir d'observations très fines des cycles de la vie. Hubert Fontaine aime à souligner combien il faut de la patience pour pratiquer le jardinage.

Hubert le jardinier recommande de protéger les pieds de tomates, que l'on plante.
Hubert le jardinier recommande de protéger les pieds de tomates, que l'on plante. © Grégory Fontaine.

A Coulommes-et Marqueny, dans le département des Ardennes, tout le monde connaît Hubert le jardinier. Il est, avec Verlaine, qui vécut dans ce village, l'une des personnalités liées à la commune. En réalité, Hubert est connu, bien au-delà de son département. Il est devenu une véritable référence en matière de jardinage et d'environnement.

Hubert, on l'écoute, parce qu'il sait tout, ou presque, des forces et des fragilités de Dame Nature. En ce printemps ensoleillé, mais aussi marqué par des gelées assassines, qui ont provoqué des ravages, dans certaines cultures, il n'est pas avare de conseils pour que jardinage rime avec plaisir. Mais il aime également rappeler qu'il ne faut pas lésiner sur l'huile de coude.

L'idéal est de préparer ses plants, à l'abri.
L'idéal est de préparer ses plants, à l'abri. © Grégory Fontaine.

D'abord trier les plantes

L'envie de plus en plus forte de consommer local, mais aussi de produire soi-même quelques radis, un peu de basilic, une ou deux salades a conduit de nombreux consommateurs à se tourner vers la pratique du jardinage, y compris en ville, quand on ne dispose que de quelques mètres carrés, voire d'une petite terrasse ou d'un balcon. La crise sanitaire que nous traversons a renforcé cette tendance. Mais les citadins n'ont souvent que de bonnes intentions, et à la campagne, aussi, des erreurs peuvent être commises.

Normalement, après le 15 mai, on peut tout planter, après les Saints de glace.

Hubert Fontaine, dit "Hubert le jardinier".

Pour Hubert le jardinier, spécialiste des jardins et de l'environnement, l'important, au printemps est de commencer par trier les plantes. "Il y a celles qui ne craignent rien", explique Hubert. "C'est le cas des salades, avec lesquelles il n'y a pas de soucis. On peut les semer, les planter. Pour les légumes- racines et les légumes- feuilles, on peut planter sans se soucier du temps, sans arrière-pensée". Cela concerne les pommes de terre, les radis les carottes, les épinards, les navets, les pois.

Attention aux légumes fruits, comme les tomates, les aubergines, les piments, courgettes ou encore concombres."Ils sont sensibles au froid. Si on plante, il faut les protéger".

La salade ne craint pas le froid.
La salade ne craint pas le froid. © Grégory Fontaine.

Les Saints de glace

Les jardiniers, même avec un minimum d'expérience, savent combien il faut être attentif au calendrier. "Tous les ans, on parle des Saints de glace, mais, il ne fait pas froid tous les ans", souligne Hubert. Cette période, entre le 11 et le 13 mai, cette année, qui va de Saint Mamert, à Saint Servais, est en effet réputée pour s'accompagner de températures très basses. "On tente", conseille Hubert le jardinier, "sans mettre tous ses œufs dans le même panier. Si on réussit, on est en avance".

"Une petite astuce consiste à planter les pommes de terre de conservation, quand les lilas sont en fleurs. A ce moment de l'année, vers le 1er mai, le temps s'est généralement adouci", confie le spécialiste des jardins et de l'environnement. S'il indique que l'on doit abriter les pieds de tomates, tout le temps, il précise que l'on peut les cultiver en extérieur, en prenant tout de même garde au froid, ou sous tunnel. "Mais, normalement, on peut tout planter, après le 15 mai, après les Saints de glace".

Pour préparer le potager, il faut retrousser ses manches.
Pour préparer le potager, il faut retrousser ses manches. © Grégory Fontaine.

Le repère des dictons

Les haricots verts sont sensibles aux nuits trop froides. "Comme ils souffrent, ils donnent des fils, ce que n'apprécient, notamment pas les enfants". Pour les consommer, il faut compter 60 jours. Jamais en manque de dictons, Hubert le jardinier, rappelle : "Qui sème ses haricots à la Saint Didier (le 23 mai), en récoltera pleins paniers. Mais, qui sème à la Saint Claude, (le 6 juin), rattrapera les autres". La suggestion du spécialiste, c'est de planter, toutes les semaines.

Les plantes sont paresseuses. Attention à ne pas trop les arroser ! Si on arrose trop, pourquoi s'enracineraient-elles ?

Hubert le jardinier.

Une autre préconisation consiste à semer ses graines, dans des petits godets remplis de terreau. Ensuite, on les plantera dehors, "dès que la terre sera chaude. Les plantes aromatiques peuvent toutes être plantées, dès maintenant, mais attention", met en garde Hubert Fontaine, " il y en a un qui échappe à cette consigne, c'est le basilic, frileux comme tout".

On peut déjà planter les géraniums, sur les balcons.
On peut déjà planter les géraniums, sur les balcons. © Grégory Fontaine.

La paresse des plantes

Hubert le jardinier, en spécialiste de l'environnement, sait combien l'eau est précieuse, et qu'il ne faut pas la gaspiller. Mais la consommation raisonnée de l'eau correspond également à une observation. "Les plantes sont paresseuses", explique le jardinier. "Attention à ne pas trop les arroser ! Si on les arrose trop, pourquoi s'enracineraient-elles ? Seulement, quand un épisode de sècheresse survient, leur système racinaire sera insuffisant, pour faire face". En conclusion, il préfère qu'on paille, autour des plants.

Sur la question des fleurs, Hubert le jardiner, n'hésite pas. "Les bisannuelles et tout ce qu'on peut mettre sur les balcons, en bacs ou en jardinières, peuvent être plantés. Mieux vaut planter dehors, plutôt qu'en intérieur. C'est très mauvais de laisser ces fleurs, dans le garage, par exemple. Il ne faut pas faire ça". L'idéal, c'est donc l'extérieur, avec, éventuellement, un voile d'hivernage, par-dessus. Et pour les grands massifs, mieux vaut patienter jusqu'à la mi-mai.

En attendant les vrais beaux jours, on peut planter, sous abri.
En attendant les vrais beaux jours, on peut planter, sous abri. © Grégory Fontaine.

La lune rousse

L'un des nombreux talents d'Hubert le jardinier, est aussi de savoir raconter. Et sur la lune, il est intarissable. "La lune rousse, celle du premier changement, après Pâques, se termine le 11 mai. Elle dure un mois. Elle fait toujours peur, car elle roussit les bourgeons des floraisons les plus fragiles.  Quand l'année commence en lion, dit le dicton, le lion étant synonyme de froid, elle se termine en mouton, autrement dit avec de la douceur, et inversement".

Difficile, pour l'instant, de savoir si cet adage se confirmera, cette année, mais tous les jardiniers en herbe ou confirmés, l'espèrent. Depuis plusieurs dizaines d'années, Hubert le jardinier, observe la nature, et cultive son grand jardin, où il pratique toutes sortes d'expériences. Au fil du temps, il a acquis une certitude. "Les carrés potagers représentent une solution idéale pour ceux qui ne disposent que de petites surfaces. C'est idéal aussi pour démarrer dans le domaine du jardinage". Citadins rêvant de radis croquants et de couleurs sur vos balcons, il ne vous reste plus qu'à suivre les conseils de ce passionné.

 

Retrouvez ci-dessous tous nos conseils jardinage, saison par saison. Faites défiler les articles en cliquant sur les flèches ou cliquez sur la saison de votre choix dans la chronologie.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardinage jardins loisirs sorties et loisirs société nature