• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

L'ancêtre du smartphone est né… dans les Ardennes !

Le PAM, "point d'accès multimédia", l’ancêtre du smartphone. / © France 3 Champagne-Ardenne
Le PAM, "point d'accès multimédia", l’ancêtre du smartphone. / © France 3 Champagne-Ardenne

Il était grand, gros, pas très beau, mais il réalisait tout ce que fait aujourd'hui le smartphone : le PAM, le point d'accès multimédia, est né dans les Ardennes en 1996. Ce 12 mars, 30 ans après la naissance d'internet, retour sur cette aventure multimédia en Champagne-Ardenne.
 

Par Charles-Henry Boudet

Il y a 30 ans, internet était inventé par un physicien du CERN, passionné d'informatique. Il faudra attendre le milieu des années 90 pour accéder à internet en Champagne-Ardenne. Vous allez voir, que l'on était loin d'imaginer tout ce que l'on connait aujourd'hui.

Le réseau

Au début, il y avait déjà tout ! En effet, pour bien comprendre, lorsque l'on parle d'internet, on évoque le réseau. On parle même de "réseau des réseaux" au début, avant d'utiliser plus couramment le terme "internet". Internet n'est que l'aboutissement d'une idée grandiose : relier tous les appareils informatiques (on parle de télématique à l'époque) entre eux. Un concept plutôt facile à mettre en œuvre, puisque tous les domiciles, toutes les entreprises sont déjà reliés entre elle, via la "paire de cuivre", autrement dit, le téléphone. Il fallait donc juste construire une infrastructure au bout de la ligne, capable de connecter toutes les terminaisons entres elles : internet était né.

En Champagne-Ardenne, comme dans toutes les régions de France, le constat était le même : une couverture de tous les foyers et des entreprises avec le téléphone. La région pouvait donc accueillir internet. Mais encore fallait-il construire des nœuds de raccordement, de concentration des lignes. Il y a eu à Reims par exemple le réseau Jupiter ou bien même dans les Ardennes le réseau Rimbaud. Aujourd'hui, ce sont les opérateurs internet qui s'occupent de tout ça. Ensuite, après la naissance d'internet, il a fallu créer du contenu : des pages, avec du texte, des photos et même des vidéos. C'est aujourd'hui ce que l'on nomme communément le web.

En Champagne-Ardenne, le web "populaire" s'est créé principalement grâce aux établissements scolaires et d'enseignement. Dans le cadre de leur formation, les jeunes se sont appropriés le réseau internet très rapidement afin de créer du contenu. Des pages web (on ne parle pas vraiment encore de site web à l'époque) sur des monuments de la région, mais aussi des pages avec des informations pratiques par exemple.
Le NeXTcube utilisé au CERN lors des début de l'internet / © Wikipedia
Le NeXTcube utilisé au CERN lors des début de l'internet / © Wikipedia
 

Les internautes

Ce sont les étudiants et les jeunes les vrais premiers internautes en Champagne-Ardenne ! Dans la région, le web "populaire" s'est créé principalement grâce aux établissements scolaires et d'enseignement. Dans le cadre de leur formation, les jeunes se sont appropriés le réseau internet très rapidement afin de créer du contenu. Des pages web (on ne parle pas vraiment encore de site web à l'époque) sur des monuments de la région, mais aussi des pages avec des informations pratiques par exemple.
Le grand public lui n'a eu l'accès qu'à internet facilement (au domicile) qu'à partir de 1994, lorsque la société World-Net commercialisa un kit de connexion à 80 francs de l'heure (soit 17€ de l'heure en tenant compte de l'inflation).

La révolution

Internet, c'est une révolution, mais tout le monde n'a pas forcément accès. Une fracture que l'on trouve d'ailleurs encore aujourd'hui. Les collectivités publiques, conscientes des enjeux qu'offre cette nouvelle technologie, mettent alors en place des opérations pour rendre internet accessible à tous. C'est le cas des Cyberbus, mis en place par l'ORCCA (la région Champagne-Ardenne) afin de présenter les outils du numérique et du web dans les zones rurales.
 


Petit à petit, les cours dans les écoles et lycées s'orientent vers un apprentissage et une découverte du réseau internet. En 1996, des jeunes du collège Léo Lagrange de Charleville-Mézières dans les Ardennes découvraient pour la première fois internet.
 


Les Ardennes, toujours à la pointe dans les nouvelles technologies, développent avec France Télécom le réseau Rimbaud. Du nom du poète ardennais, ce réseau est en fait un nœud de raccordement local au réseau internet avec un débit élevé, utilisant la technologie RTC et ADSL. Car en 1996, les particulier ne pouvait être directement raccordé à internet. Il devait y avoir des nœuds, sorte de gros hub qui concentrait les connexions locales pour les acheminer sur le réseau internet. Aujourd'hui, c'est le rôle des opérateurs internet.

Grâce à ce réseau Rimbaud, développé aussi avec le concours et le financement de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Ardennes, les entreprises locales ont pu créer des pages de présentation de leur société, une révolution à l'époque. On parle alors d'opportunité économique pour les entreprises ardennaises et leur développement à l'étranger notamment.
 
 

Le smartphone ardennais

Vous l'attendiez... Voici l'histoire du "PAM". Aujourd'hui on pourrait en rire, mais c'était tellement novateur à l'époque : il s'agit de "point d'accès multimédia", avec micro et caméra et ordinateur, afin de proposer l'internet au grand public. Un projet qui à l'époque avait couté 1,6 millions de francs, soit 327 000 euros. Aujourd'hui, pour quelques dizaines d'euros, un simple smartphone le fait.
 

 

Sur le même sujet

"Aider cette belle jeunesse"

Les + Lus