Ardennes: Malfaizzants City, des marionnettes comme on en a rarement vu à Charleville-Mézières

Les personnages de Malfaizzants City ont fait leur apparition l'année dernière sur YouTube et sur Facebook durant le premier confinement. Rencontre avec les marionnettes un peu déjantées de Malfaizzants City et leur créateur Thom Dmn.

Les habitants de Malfaizzant City
Les habitants de Malfaizzant City © Thom Dnm document remis

Elles s’appellent Véronique Villetrouille, Stanislas de Boulard Gerbier, Toops, Rico, Freddy Fenec, ou encore Colonel Pat, et elles ont fait leur apparition sur la toile il y a quelques mois. Ces marionnettes pas comme les autres, sont les habitants de Malfaizzants City, elles étaient déjà à l'état embryonnaire dans la tête de leur créateur Thom Dnm, depuis un moment, mais c'est le contexte de la pandémie, et notamment le confinement qui a contribué  à la concrétisation de cette aventure.

 

Un jour pendant le confinement, je me suis dit: si tu ne le fais pas là, tu le feras jamais !

Thom Dnm

Musicien, auteur, réalisateur, monteur, et Ardennais, Thom Dnm est un touche-à-tout artistique, et on peut difficilement le mettre dans tel ou tel case. L’art de la marionnette, il n'avait pas encore essayé, mais il y pensait depuis déjà un moment pour un autre projet.

Je n'avais jamais rien fait dans ce domaine, mais le fait d'avoir des marionnettes m'avez donné l’idée de faire une petite fiction avec des marionnettes, j'avais juste l'idée en tête, et concrètement, je ne savais pas comment j’allais faire.

Thom Dnm

"À la base, j'avais déjà quelques marionnettes qui traînaient chez mes parents, et puis j'en ai rachetées sur le bon coin, parce que je voulais faire un clip vidéo avec des marionnettes pour un projet musical. Et le fait de tourner un petit clip avec des marionnettes, ça m'a donné des idées, et je me suis dit: Tiens, on pourrait peut-être faire des sketches avec ça. Pendant le confinement j'ai commencé et je me suis vite rendu compte que je pouvais faire les voix moi-même, et que je pouvais faire quasiment tout, tout seul, en fait. C'est à la fois énormément de travail, mais en même temps, le fait d'être tout seul, ça peut être productif."

Thom et ses marionnettes un peu déjantées
Thom et ses marionnettes un peu déjantées © Thom Dnm Document remis

"Concrètement, je ne savais pas du tout comment ça allait se passer quand je suis parti là-dedans. Au début, j'ai écrit quelques trucs, ensuite j'ai filmé. Avec un peu de post-production, un peu de technique, de trucage, de changement de voix, les choses ont commencé à prendre forme."

Thom est avant tout musicien et vidéaste, pour lui c'est d’ailleurs souvent la musique qui guide beaucoup de choses et qui permet de rythmer ses productions.

La musique et le montage vidéo, c'est une question de rythme, c'est le même principe, enfin moi je le vois comme ça ! En fait c'est assez simple quand on est musicien de rythmer un montage !

 

Pour les costumes des marionnettes, c'est ma mère qui m'a aidé car je n'y connaissais rien en couture !

Thom Dnm

"Au niveau des costumes, je me suis fait aider, car moi je suis incapable de coudre quoi que ce soit, et quand je me suis lancé dans cette aventure, j'avais pas pensé que le côté costumier c'était important aussi, comme ça peut l'être sur un vrai tournage !"

Un travail de studio comme au cinéma, mais une production complètement artisanale.

Les décors ont été faits avec les  moyens du bord, grâce a beaucoup d’imagination, ils sont essentiellement conçus à base de matériaux de récupération.

"J'ai récupéré plein de vieux jouets, ça a été de la récup intégrale, parce que je ne pouvais pas aller acheter du matériel, pendant le premier confinement. J'ai fait ça dans la maison de mes parents. J'ai utilisé des vieux jouets qui traînaient dans la maison, des jouets à moi, à mes frères, des jouets qui traînaient de mes neveux. Ce sont les décors qui m'ont pris du temps, il y a des bouts de maquette, il y a des jouets de Barbie, par exemple, il y a un peu de tout en fait, je les ai fait au fur et à mesure en fonction de ce que je récupérerais."

"Je me suis fabriqué un petit studio en bois, que je peux modifier, et faire évoluer, pour donner l'illusion qu'il y a plusieurs pièces, et utiliser le même décor pour en faire plusieurs vidéos. C'est intéressant, c'est un peu comme un studio de cinéma, mais en tout petit. Au niveau des lumières, au niveau des cadrages, il y a plein de possibilités, c’est exactement comme un studio où on tourne une sitcom, mais à toute petite échelle."

Le studio de tournage de Malfaizzants City
Le studio de tournage de Malfaizzants City © Thom Dnm Document remis

 

Concernant le matériel tournage, et la technique, Thom a fait avec ce qu'il avait sous la main. Un appareil photo numérique, 2 petites lumières, et un ordinateur pour le montage, et la post production.

"Beaucoup de choses résident dans la manière de cadrer, on peut vraiment tricher avec les cadres, Comme c'est des petits volumes, en fait, on peut faire des trucages un peu à l’ancienne. Pour les bruitages, et la musique, parfois, je l’ai fait moi-même, « en Live » pendant le tournage, sinon, j'utilise des banques de sons libres de droits."

Montage et post-production des épisodes de Malfaizzants City sous l'œil vigilant du colonel Pat !
Montage et post-production des épisodes de Malfaizzants City sous l'œil vigilant du colonel Pat ! © Thom Dnm Document remis

 

Le confinement a compliqué plein de choses pour tout le monde. J'ai un boulot qui a été annulé, et puis des événements sur lesquels je devais travailler qui ont été annulés, donc forcément j'avais un peu temps !

Thom Dnm

 

Faire du confinement une opportunité.

L'obligation de rester chez soi et la longueur du confinement ont contribué au développement de ce projet. L'auteur, a su tirer profit de toutes les obligations liées à la pandémie. Le confinement lui a donc donné une grande liberté : essayer, tester, créer des décor ou des marionnettes.

"Je n’avais rien organisé à la base, mais le confinement me permettait une grande souplesse, donc c'est vrai que c'était un peu au jour le jour, mais si j'avais besoin de prendre cinq heures pour fabriquer un décor, et bien je pouvais prendre ces cinq heures et ne réfléchir qu'à ça, car pendant le confinement, on avait que ça à faire… Je n'avais pas de contrainte de temps, au final c'est vraiment agréable, car on organise son temps comme on veut…"

Véronique Villetrouille Une habitante de Malfaizzants  City
Véronique Villetrouille Une habitante de Malfaizzants City © Thom Dnm Document remis

 

Cette expérience est une étape.

"Comme tout le monde, quand je suis sorti du premier confinement, c'était un peu retour à la réalité, j'ai donc mis un peu le tournage des marionnettes de côté, mais récemment, j'ai remis le nez dedans, et j'ai encore des épisodes, qui sont encore d'actualité, en lien avec la Covid, qui ne sont pas montés. Des épisodes que je devais monter pendant le confinement, mais que j'ai pas eu le temps de finir, Et donc j'aimerais bien refaire le tour de tout ce que j'ai, et refaire des montages pour au moins finir tout ce que j’avais tourné, les mettre en ligne, et après, refaire des épisodes plus régulièrement."

Thom travaille toujours sur son projet musical, et  sur son clip avec des marionnettes qu'il devrait prochainement publier, mais il pense également éventuellement à donner une suite à Malfaizzants City.

"Une fois le confinement passé, je pensais naïvement, comme tout le monde, que tout allait revenir à la normale, et je pensais que l’aventure Malfaizzants City était finie. Je pensais que les histoires de masque, ou encore les annulations d'événements culturels, et de festivals, ce serait derrière nous, mais finalement l'histoire se répète, donc du coup, j’ai reposté certaines vidéos comme l'annulation du HellFest, et ça me motive à finir les autres épisode pas encore montés. J'ai également en reflexion un projet de formats réguliers de vidéos de marionnettes qui serait soit des histoires séparées, soit des choses qui sont en rapport avec l’actualité, mais pas forcément en restant sur le confinement et la Covid tout le temps."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture coronavirus/covid-19 société confinement santé