Coupe de France de football : derniers préparatifs pour Prix-les-Mézières avant les 16èmes de finale le 18 janvier

Publié le Mis à jour le

L'équipe de Prix les Mézières (Ardennes), très concentrée sur son prochain match en 16ème de finale contre le FC Limonest, un club de National 3 comme eux, est déjà dans toutes les conversations à J-3 de la Coupe de France samedi 18 janvier à Charleville-Mézières.
 

On ne peut pas la louper. Une grande banderole est installée depuis quelques jours au carrefour principal à l'entrée du village de Prix les Mézières (Ardennes). À moins de trois jours de la rencontre tant attendue en 16ème de finale de la Coupe de France de football entre la petite équipe de Prix-les-Mézières et sa cousine de Nationale 3, le FC Limonest (Rhône) désigné dernièrement, les pronostics vont bons train dans le quartier de la boulangerie.

Le maître boulanger des lieux, Pascal Roger, n'a pas de baguette magique pour influencer le futur résultat mais, de beaux pains à présenter à ses clients ce mercredi matin 15 janvier. Entre deux fournées, il nous explique pourquoi on ne voit pas encore de décorations aux couleurs du club local pour l'occasion.
" Samedi, on ira voir évidemment la rencontre mais, on va avoir un match de championnat, on ne va pas voir un match de coupe. Ce serait contre le PSG, l'OM ou une autre grosse équipe, ça changerait de dimensions. La chose qu'il faut leur souhaiter, c'est de passer ce tour, de tirer un gros numéro derrière, et là, pour le coup, ça bougera."

Là, c'est un match de championnat entre deux N3, on en a toute l'année, il n'y a pas ce côté magique de la Coupe de France. C'est déjà très bien qu'ils soient en 16ème.
-Pascal Roger, maître boulanger à Prix les Mézières

Devant la boulangerie locale, René, 80 ans, refait le monde avec ses amis et espère beaucoup, lui aussi, de ce petit évènement sportif pour le village. Il a déjà tout prévu et compte bien être dans les gradins du stade du petit bois ce week-end pour soutenir son équipe.

" J'ai retenu mes places dès le premier jour après le tirage au sort. J'ai toujours suivi assez régulièrement les matchs. Je  voulais déjà les suivre en 2017  à Fréjus lors de leur première tentative en 16ème, mais j'avais eu des problèmes de santé. Samedi, à Charleville, avec ma petite-fille qui a pratiqué du foot aussi, on va représenter le club de Prix les Mézières. Quand on lui demande un pronostic pour cette place en 8ème de finale, René se la joue modeste : " Une victoire, 1-0 ce serait déjà bien, c'est suffisant!"
 

Les gros bonnets du foot

Dans les locaux du stade de Prix les Mézières, il n'y a qu'une personne qui travaille ce matin : Olivier Raucourt, le responsable de la buvette, et il est dans ses comptes.

Il passe des coups de fil, revoit toutes ses listes de commandes de boissons et de sandwichs pour samedi et se gratte la tête en soupirant devant sa caisse. L'homme n'en est pas à ses premières grosses rencontres, mais l'enjeu est de taille. Il va falloir satisfaire près de trois mille personnes.

Pour l'occasion, il aura également 400 bonnets "spéciale 16ème de finale" à vendre, mais, ça ne lui fait peur. Il nous annonce le programme : " Je vais avoir l'aide du brasseur qui va venir au stade du petit bois avec ses pompes à bière et cinq membres de son personnel en renfort. Il y aura quatre buvettes avec restauration, vente de sandwichs, barbe à papa, pop-corn. Côté fête, il y aura même un orchestre, c'est la fête du football pour nous. On n'a pas de pression particulière".

Quoi qu'il arrive, pour Prix, c'est déjà énorme ce qu'ils font, après, c'est 50-50. De toute façon on a prévu 32 fûts de 30 litres de bière pour faire la fête. On va vendre aussi nos 400 bonnets à 10 Euros pièces pour se coiffer déjà de la victoire.
- Olivier Raucourt, responsable de la buvette à Prix les Mézières

"Il faut d'abord passer, après, on verra"

Du côté du club de Prix les Mézières, l'heure n'est pas du tout à la fête. Les maitres mots sont: sérieux et concentration.
 Pour Jerry Zuccari, le président, il ne faut pas prendre l'adversaire à la légère. " C'est un match de Coupe, on sait que ça va être 50-50. Il faut d'abord passer en 8ème, après on verra. Les gars de Lyon, ils viennent pour gagner eux aussi".

2.600 places sont à vendre pour cette rencontre au stade du petit bois à Charleville-Mézières. 50 bénévoles, des dizaines de stadiers et une bonne partie de la presse sportive va surveiller du coin de l'œil l'épopée de Prix les Mézières sur le chemin de la Coupe de France.


La prochaine marche semble accessible et pourrait encore faire remonter à la lumière ces jeunes joueurs amateurs pleins d'enthousiasme. Coup de sifflet ce samedi 18 janvier 2020 à 13h.