Elections départementales 2021 : les 5 choses à savoir sur les Ardennes

A l'occasion des élections départementales 2021, nous vous proposons de mieux connaître vos départements et l'action du conseil départemental sur votre quotidien. Zoom sur les Ardennes, où l'enjeu a été de désenclaver le territoire.

La Voie verte, l'un des trésors des Ardennes
La Voie verte, l'un des trésors des Ardennes © Daniel Samulczyk/France Télévisions

Présidé par Noël Bourgeois (LR) le département des Ardennes compte 19 cantons, représentés par 38 conseillers départementaux. Frontalier de la Belgique, il reste peu peuplé avec 273.579 habitants. Le taux de chômage au quatrième trimestre 2020 y était de 9,4%, soit le deuxième plus élevé du Grand Est derrière l'Aube. Ses forêts, ses nombreux cours d'eau, et son ouverture sur l'Europe le rendent très attractif. Désenclaver les Ardennes a pendant longtemps été la première préoccupation des présidents qui se sont succédés à la tête du département. Ils ont tout fait pour développer un réseau de communication performant.
 

Le département s'est payé un réseau autoroutier

Le département a payé lui-même les autoroutes A304 et A34, qui le relient à Reims et à Paris à l'ouest, et à la Belgique côté nord. Ce qui le place à un peu plus d'une heure de Bruxelles, au coeur de l'Europe. C'était déjà, il y a plus de trente ans, un des grands projets de Jacques Sourdille, le président du conseil général: combler le "trou" autoroutier entre Rotterdam et Marseille et en faire profiter le département des Ardennes.

Le département a été le seul de France à payer pour la Ligne à Grande Vitesse Est, pour bénéficier du passage du TGV sur son territoire, une facture de 20 millions d'euros.

L'autoroute A304, mise en service en juillet 2018
L'autoroute A304, mise en service en juillet 2018 © Daniel Samulczyk/France Télévisions


205 kilomètres de frontières avec la Belgique

La circulation autoroutière ne cesse d'augmenter et l'on peut voir de nombreux Flamands et Néerlandais circuler pour rejoindre leur maison de villégiature. Certains mêmes envisagent de s'installer dans les Ardennes. Un potentiel important sur le plan touristique.

Les Wallons et les Ardennais se sentent d'autant plus proches qu'ils parlent la même langue, et les échanges se font de manière naturelle, encore qu'il n'y ait que peu de travailleurs transfrontaliers à la différence de ce que l'on peut voir en Alsace ou en Lorraine avec la frontière allemande.

Le département des Ardennes est engagé avec la Belgique et le Luxembourg dans différents domaines: économie, santé ou tourisme. Les projets sont financés notamment par des fonds Européens. Le dernier en date, Tourism Ardenne Attractivity, a permis de réaliser deux grandes boucles transfrontalières à destination des vélos ou autres modes de déplacements alternatifs. L'une d'elle permet de rejoindre la Voie verte à Givet.

Pour améliorer l'accompagnement des personnes autistes, le département a également mis en place un partenariat avec une association belge. Celle-ci avait un centre d'accueil, l'Albatros, à La Petite Chapelle. Elle a donné naissance à un autre centre, baptisé l'Albatros 08, à Montcornet, dans les Ardennes. C'est le seul établissement franco-belge qui fonctionne de part et d'autre de la frontière.

Cent neuf personnes sont accueillies, certaines à la journée, certaines avec hébergement. Sa directrice, Annie Demissy, explique le concept: "C'est un fonctionnement très particulier. Les personnes ont un lieu de vie et elles sont occupées toute la journée à des activités, de la menuiserie, de la poterie, du maraîchage, du jardinage. Elles sont occupées un peu comme si elles travaillaient."

Les deux centres travaillent ensemble, échangent des groupes de stagiaires, améliorent ensemble la prise en charge. Ils sont regroupés au sein d'un groupe d'intérêt économique consacré au handicap.

 

La Voie verte pour du tourisme nature

C'est l'un des trésors des Ardennes, cette nature préservée, encore sauvage, qui couvre le département, patrie des sangliers, et que la Voie verte, aménagée par le conseil départemental, permet de découvrir.

De Givet à Mouzon, elle longe la Meuse, le canal des Ardennes, la vallée des écluses, le lac de Bairon et rejoint le département de l'Aisne. Le succès est au rendez-vous: on vient désormais dans les Ardennes pour emprunter la Voie verte.

Travaux sur le nouveau tronçon de la Voie verte entre Ham sur Meuse et Chooz en 2019
Travaux sur le nouveau tronçon de la Voie verte entre Ham sur Meuse et Chooz en 2019 © Daniel Samulczyk/ France Télévisions


A pied, à vélo ou à cheval, seul ou en famille, 130 kilomètres à parcourir en s'arrêtant dans l'un des cafés-restaurants installé aux abords de la voie, ou en passant la nuit dans un hôtel, un camping, ou pourquoi pas une chambre d'hôte. Cécile Hureau à ouvert deux chambres d'hôtes à Charleville-Mézières, à proximité de la Voie verte, et a très vite attiré une clientèle du Nord de l'Europe. "Avant la crise sanitaire, je recevais beaucoup de touristes des Pays-Bas, d'Allemagne, de Belgique, de Grande-Bretagne, et bien sûr des Français. Ils restaient parfois plusieurs nuits en faisant chaque jour une boucle sur la Meuse. J'ai de tout: des familles, des retraités, sportifs ou pas, qui veulent surtout se mettre au vert et profiter de la nature."

 

Hermès et Mercier dans les Ardennes

La direction d'Hermès Maroquinerie Sellerie a annoncé l'ouverture d'un second site dans les Ardennes. Après Bogny-sur-Meuse, c'est la commune de Tournes-Cliron qui va bénéficier de l'implantation du groupe de luxe. Une excellente nouvelle pour cette commune de l'agglomération de Charleville-Mézières. Le site de production sera opérationnel fin 2022, et emploiera 250 salariés.

Hermès confirme ainsi son choix des Ardennes. Elle a déjà ouvert un premier atelier en 2002, à Bogny-sur-Meuse, où elle confectionne des sacs en cuir. Elle avait alors privilégié l'emploi de personnels locaux qu'elle avait formé. A leur tour, les employés formeront les futurs "artisans" du nouveau site de production.

De leur côté, les Cycles Mercier ont choisi les Ardennes pour relocaliser leur production en France. Ils s'installent à Revin avec à la clé 270 emplois, d'ici 5 ans. D'importants travaux sont à réaliser sur l'ancien site de l'usine Porcher. L'usine devrait ouvrir à la fin de l'année 2021 pour produire des vélos mécaniques et électriques Premium sous la marque Mercier ainsi que des cycles en marque de distributeur. Un bol d'oxygène pour l'emploi dans le département. "Face à l’engouement pour le made in France et le dynamisme du marché de la mobilité douce en Europe, l'entreprise fait le choix stratégique de se réinstaller en France. Une décision prise dans un contexte international perturbé par la crise sanitaire et qui marque un tournant pour la marque centenaire", a fait savoir l'entreprise dans un communiqué. 

Les Cycles Mercier s'installent dans les Ardennes avec 270 promesses d'embauche. (photo 2005 - Cycles Mercier à Andrézieux)
Les Cycles Mercier s'installent dans les Ardennes avec 270 promesses d'embauche. (photo 2005 - Cycles Mercier à Andrézieux) © Jean-Louis Dubois - Maxppp

 

La préparation aux JO

Les Ardennes se préparent à l'accueil de délégations pour les Jeux Olympiques de 2024. Deux sites ont été validés pour la préparation aux Jeux Olympiques. La Maison départementale des sports et la base de loisirs des Vieilles Forges. Pour Cédric Mionnet, responsable Prévention Sports et Loisirs du département, ancien footballeur du CSSA, c'est une formidable opportunité: "Accueillir les délégations étrangères, c'est formidable pour le sport amateur et les petits. C'est un vrai moteur."

Les Ardennes ont bénéficié de leur proximité avec Paris, et notamment avec le plan d'eau olympique qui sera situé à l'est de Paris, mais ce n'est pas le seul critère qui a joué. "A la salle départementale, nous avons déjà accueilli des délégations étrangères. Nous avons un tatami pour le judo qui fait 650 m2, une salle de boxe où le champion du monde Hassan N'Dam est venu se préparer. Même chose à la base de loisirs des Vieilles Forges. Nous pouvons accueillir les délégations de canoë, d'aviron et de paralympique. Et nous avons des athlètes ardennais comme Etienne Hubert en kayak et Eddie Potdevin en paracanoë."

"Reste à laisser passer les JO de Tokyo, ensuite commencera la course aux délégations", ajoute Cédric Mionnet dans un sourire.

Les Ardennes ont désormais beaucoup plus de cartes en main qu'il y a quelques années. Le savoir-faire ardennais est reconnu, la qualité de vie est évidente, et un "retour à la nature" est possible en restant connecté ou relié par l'autoroute....

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections tourisme économie