INSOLITE : pour vendre sa production en direct, cet agriculteur installe devant sa maison un distributeur automatique de patates

Deux jeunes agriculteurs installés dans le petit village de Cliron dans les Ardennes viennent d'avoir une belle idée pour vendre une partie de leur production de pommes de terre : un distributeur automatique de patates devant leur maison.

Dans la brume glacée de ce 23 novembre, le village de Cliron dans les Ardennes apparaît au bout de la longue voie rapide qui le relie à Charleville-Mézières à une dizaine de kilomètres. Passé le panneau d'entrée, on remarque de suite cette belle patate toute souriante dessinée sur un visuel qui annonce la première ferme du bourg.

Bienvenue chez la famille Pinteau, père et fils, agriculteurs, céréaliers et éleveurs de bovins pour l'engraissement. L'endroit est connu surtout pour ces belles pommes de terre à la vente depuis plus de 14 ans. C'est Jean-Luc, 69 ans, le père, et également maire du village qui a commencé à proposer ses patates en vente directe pour se diversifier.

Une énorme porte en bois s'ouvre sur les réserves de la récolte 2021. Dans une demi-pénombre, de grandes caisses en bois remplies à ras bord du fameux tubercule laissent monter l'odeur de la terre. Un peu plus loin dans le hangar, des centaines de sacs de 25kg forment une pyramide de plusieurs mètres de hauteur. Pas de doute, ici, c'est la maison de la patate.

On a fait du lait toute notre vie, mais, on a arrêté il y a sept ans. Aujourd'hui on produit 80 tonnes de pommes de terres de trois variétés différentes.

Jean-Luc Pinteau, agriculteur à Cliron

Monsieur patate a une idée

C'est la pleine activité encore ce matin autour de l'exploitation. Malgré les trois petits degrés, Etienne, 44 ans, l'un des deux fils, et Alexandre, de deux ans son cadet, ne manquent pas de travail. Pour ces cultivateurs de blé, de colza et de betteraves, la pomme de terre est un complément intéressant. Il a fallu assurer la vente au détail du tubercule et s'occuper des clients de passage pendant des décennies. Difficile d'être toujours à disposition pour écouler la production. Une machine automatique pourrait faire l'affaire et libérer le personnel déjà très occupé.

C'est Etienne, le monsieur patate de la famille qui va trouver la solution sur internet et choisir le fameux distributeur mécanisé. Avec enthousiasme il précise le contexte de ce nouvel investissement : " Avec le Covid, il y a beaucoup de personnes qui réclamaient le paiement sans contact avec la carte bancaire, alors, ça a influencé le choix d'un appareil automatique.

Après des recherches, il y avait plusieurs systèmes de distribution : par casiers, par carrousel. On a choisi ce principe tournant, ça correspond mieux au produit. Ce sont des compartiments qui se déplacent devant une porte qui s'ouvre une fois le sac sélectionné."

On peut mettre 600 kg de pommes de terre proposées en sacs de 10 et 25 kg. Entre 10 et 15 clients par jour s'arrêtent et choisissent leur variété.

Etienne Pinteau, agriculteur et vendeur de pommes de terre

Le robot se recharge une fois par jour car il n'est en fonction que depuis 15 jours seulement. La promotion de ce nouvel outil se fait par le bouche à oreille pour l'instant. La famille réfléchit à la future signalisation de ce distributeur bien pratique pour tout le monde.

Sur les réseaux sociaux, l'étrange cabine à pommes de terre commence à faire parler d'elle.

Les 30 000 euros d'investissement pour ce nouveau vendeur semble avoir été un bon choix, comme le rappelle Etienne avec assurance : "C'est pratique pour le particulier qui veut un petit conditionnement à n'importe quelle heure quand il passe devant la ferme. De toutes façons, soit on se regroupe entre producteurs pour faire des points de ventes communs, soit il faut trouver des solutions pour vendre un seul produit. La patate, c'est l'aliment de base.

À Paris, les maraîchers ne comprennent pas pourquoi on propose des conditionnements en sac de 25 kg dans les Ardennes.

Nous, on en vend 15 tonnes par mois de septembre à mai dans le département.

Etienne Pinteau, agriculteur, vendeur de pommes de terre à Cliron, Ardennes.

" Des frites, des frites, des frites ! " 

La belle des champs semble avoir plusieurs visages suivant la casserole qui lui est destinée. Il y a la Mélody, une variété plutôt douce pour les frites, la purée et les soupes. La Nicola et sa chair ferme est préférée pour les raclettes, les patates à l'eau ou rissolées. La Rosabelle, quant à elle, est plutôt mixte et convient à toutes les préparations. Dans les Ardennes, la spécialité culinaire reconnue est la fameuse cacasse à cul nu, une recette à base de pommes de terre savamment choisies.

Dernier petit conseil de nos rois de la patate : évitez de consommer des pommes de terre germées ou dont la peau peut être verte, pensez à bien les éplucher. Conservez-les à l'abri de la lumière dans un endroit sec. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie innovation terroir culture régionale culture