La réfection de la rue prend quinze mois, la mairie de Charleville-Mézières met la pression sur Aldi

Depuis un glissement de terrain, une chaussée attend d'être consolidée à Charleville-Mézières (Ardennes), et ce depuis début 2022. La mairie a décidé de mettre la pression sur Aldi, qui tarderait à réparer.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un glissement de terrain, et quinze mois après, rien n'a changé. À Charleville-Mézières (Ardennes), une partie de la chaussée située rue de Berthaucourt attend toujours d'être réparée. Cette portion de l'entrée de la ville est pourtant assez fréquentée.

Les automobilistes s'adaptent au milieu des barrières de chantier et des feux de circulation alternée. Si rien ne semble beaucoup avancer sur cette route, c'est en partie parce le glissement de terrain a suivi des travaux d'agrandissement du supermarché Aldi. L'enseigne rechignerait à la remettre en état. 

Intervention provisoire, les travaux se font attendre

La route est fissurée, et en partie affaissée. Un raffistolage a été fait, à la va-vite. Les automobilistes ont dû d'habituer, et aimeraient bien que les travaux se fassent un jour au-delà du simple colmatage... pour celles et ceux faisant encore montre de patience et de politesse Pourtant, le magasin Aldi est maintenant achevé, et son parking est tout neuf. 

Le voisinage est moins stoïque que les automobilistes, et évoque une situation "très agaçante. On ne sait jamais quand on peut sortir de chez nous." La mairie a décidé de prendre les choses en main, allant jusqu'à afficher des bâches "Ici, Aldi ralentit votre circulation"

Les choses n'ont pas été faites à moitié. Le maire Boris Ravignon (LR) assume auprès de France 3 Champagne-Ardenne. "Les travaux ont fragilisé la rue. Aujourd'hui, elle doit donc être consolidée. Et elle est fermée : ça fait quinze mois que ça dure. On en a assez. D'où l'initiative que l'on a prise, pour marquer auprès d'Aldi notre exaspération, et notre attente. Qu'ils prennent les choses en main. Je crois que quand on est une entreprise responsable, on ne doit pas se reposer ou se défausser sur les entreprises que l'on a fait travailler, ou sur les retards supposés de la justice." 

Le dossier n'a pas avancé depuis le mois de septembre 2022. Bien moins rapidement que l'allure d'une partie des automobilistes, qui ne respecte plus les feux ou les limitations afin de passer le moins de temps possible sur cette route sinistrée. La situation est donc dangereuse. L'Ardennais rappelle que le conseil départemental a sommé Aldi d'effectuer les travaux. Sollicitée, l'enseigne renvoie laconiquement vers son siège.

Cette voie, partie intégrante de la route départementale D979 (la mairie ne gère pas cette voirie-là, c'est justement le département), est empruntée par 4.000 véhicules tous les jours malgré la difficulté d'y circuler. Les pistes cyclables et emprises piétonnes ne sont pas prêtes d'y être matérialisées.