Tricherie à l'élection de Mister Grand Est, le concours est invalidé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eric Normand
Arthur Badureau et ses deux dauphins, mais ils ont été tous les 3 déchus de leur titre.
Arthur Badureau et ses deux dauphins, mais ils ont été tous les 3 déchus de leur titre. © Claire Legrand Photographe.

C'est un coup de tonnerre dans les milieux des concours de beauté. L’élection de Mister Grand Est est invalidée le 16 décembre 2021 à la suite d'une fraude. Arthur Badureau, originaire de Sedan, ne pourra pas participer à Mister France.

Le Sedanais Arthur Badureau doit être sacrément déçu. Sans doute pensait-il que la fraude passerait inaperçue. La décision du comité national de Mister France fait évidemment beaucoup parler dans le landerneau. Les langues commencent à se délier.

L’élection de Mister Grand Est a été invalidée par le comité national. Quelques candidats ont été en possession du questionnaire de culture générale un mois avant l’élection. Arthur qui avait obtenu 18 à cette épreuve, l'a eu entre les mains. 

Pas de Mister Grand Est en 2021

L'Ardennais devait participer à l'élection finale de Mister France à Paris le 22 janvier 2022. Il rêvait du titre, nous avait-il révélé. Arthur Badureau avait remporté le titre de Mister Grand Est, lors de l’élection du 11 novembre à la salle des fêtes de Vrigne-aux-Bois dans les Ardennes.

C'est une vraie tricherie. C'est incroyable ! Cela ne correspond pas à nos valeurs.

François Deixonne, président du concours

Arthur Badureau devra donc rendre son écharpe. Tout comme les dauphins, Quentin Ramos et Killian Thomas-Jacquèmes, ils perdent également leur titre. "Il n’y aura pas de Mister Grand Est 2021, nous informe François Deixonne, le président du concours de beauté Mister France. Le questionnaire avait été donné à certains candidats un mois avant l’élection. C'est une vraie tricherie. C'est incroyable ! Cela ne correspond pas à nos valeurs. Il est trop tard pour organiser un nouveau concours."

Une fraude avérée

Maïté est la déléguée régionale du concours de beauté. "Oui, j'ai donné le questionnaire à certains concurrents," avoue-t-elle, la voix étranglée par l'émotion.  Mais cela n'aurait jamais dû se savoir. C'est à l'issue de la compétition de Mister Grand Est que les bruits concernant l'affaire ont commencé à faire le tour.

"Je me suis fait voler des données dans mon téléphone portable," explique la déléguée régionale. C'est comme cela que le voleur a pu tomber sur des échanges compromettants. "Ils ont réussi à déverrouiller mon portable pendant que je faisais autre chose le soir de l'élection."

Le jury composé de six personnes, trois femmes et trois hommes, et présidé par François Deixonne, président de Mister France, avait placé Arthur Badureau en tête dès le samedi matin, après le test de culture générale. Des questions sur les présidents des Etats-Unis ou encore les villes traversées par un fleuve étaient au programme.

Arthur Badureau était même d’ailleurs fier de son score. "J’ai obtenu 18/20, au test de culture générale et j’aurais sans doute pu faire mieux si je n’avais pas été aussi stressé" nous avait-il confié. 

J'ai décidé de porter plainte. Certains ont souillé le comité Mister France, le comité Grand Est et ont souillé ma propre personne.

Maïté

La déléguée régionale a également démissionné de ses fonctions. Une enquête de gendarmerie est ouverte concernant le vol de données. "Je suis dévastée, déçue et j'avais mes raisons et des désaccords sur le fonctionnement et le règlement même du concours." Avant d'ajouter, "si j'ai fait cela c'est parce que je trouve que les jeunes qui participent au concours n'ont que 18 ans et les questions sont trop compliquées pour eux alors qu'ils s'investissent sans relâche dans le concours."

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.