Cet article date de plus de 3 ans

Nouzonville : l'Etat devra verser 30.000 euros aux anciens patrons de Thomé-Génot

Onze ans après la liquidation de l'entreprise, les salariés sont consterné d’apprendre que les ex-patrons demandent encore des indemnités pour préjudice moral. En signe de protestation, ils se sont rassemblés devant l'ancienne usine Thomé-Génot, aujourd'hui en ruine.
© Yves Olivier Ebé / France 3 Champagne-Ardenne
Pour faute dans la procédure judiciaire, l'Etat versera 30.000 euros aux anciens patrons de Thomé-Génot, ce qui révulse les anciens employés, la population et les élus. Une pilule dure à avaler alors que les deux américains ont été condamné à 5 ans de prison et 15 millions d'euros de dommages et intérêt après la banqueroute de leur entreprise. Une peine qui n'a jamais été appliquée.

A Nouzonville, tous espèrent que cette condamnation à verser 30.000 euros d'indemnité aux deux anciens patrons soit déboutée. En attendant, l'Etat a fait appel de cette décision du tribunal de grande instance de paris.

Voir notre reportage

durée de la vidéo: 01 min 45
Nouzonville : l'Etat devra verser 30.000 euros aux anciens patrons de Thomé-Génot ©France 3 Champagne-Ardenne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie justice société