Covid 19 : la galère continue pour les traiteurs et le secteur de l’évènementiel, "les annulations pleuvent"

Publié le
Écrit par Clément Meunier
Le Royal Comedy club à Reims.
Le Royal Comedy club à Reims. © France Télévisions

Avec le retour en force du virus du Covid-19, les professionnels de l’événementiel et notamment les traiteurs qui préparent les fêtes de fin d’année redoutent les conséquences.

Déjà durement touchés l’an dernier, les traiteurs ont l’impression de vivre un nouveau cauchemar. Alors que la reprise était annoncée, avec de nombreuses festivités prévues avant les fêtes (pot d’entreprises, arbres de Noël, trophées...) de nombreuses entreprises font marchent arrière, de quoi décourager les professionnels du secteur. "Nous étions sur une bonne dynamique il y a encore 10 jours et désormais les annulations ou reports s’accumulent, c’est très frustrant", rapporte Magali Branche, traiteur dans l’Aube à Charmont-sous-Barbuise.

En cause, les dernières recommandations Covid du gouvernement pour les entreprises qui s’appliquent depuis lundi dernier (le 29 décembre). Ce nouveau protocole maintient le télétravail quand il est possible et si il n’interdit pas les moments de convivialité et les pots de fin d’année, ces derniers ne sont désormais "pas recommandés" de quoi installer un certain flou dans l’esprit collectif. "Certaines entreprises maintiennent tout de même leur devis mais pour d’autres plus réticentes, c’est l’annulation, forcément ça fait cogiter", reprend Magali Branche. 

20 à 25 % d’annulations

Aujourd’hui en France, le secteur des traiteurs connaît environ 20 à 25 % d’annulation des prestations prévues alors qu’aucune aide n’est encore prévue. "C’est la même chose pour les restaurants ou l’évènementiel. Ces secteurs ne sont pas fermés, mais la demande n’est plus la même depuis cette semaine avec là encore des annulations".

Les traiteurs touchés donc par cette nouvelle peur qui s’installe depuis quelques jours, tout comme le secteur de l’évènementiel. A Reims, David Hardit dirige le « K » et « Le Royal Comedy Club », le sentiment est le même pour lui. "C’est dommage, on repart bien, et là le gouvernement nous casse en proposant ses préconisations aux entreprises sans penser à notre secteur qui souffre déjà". 

En clair, le coup est dur face à des demandes d’annulation au dernier moment de groupes qui ne seront jamais compensées car les établissements continuent de pouvoir être ouverts malgré tout. 

Garder espoir

"Il faut garder le cap mais c’est comme si nous avions l’impression qu’on incitait les gens à ne pas venir nous voir. Heureusement, beaucoup veulent encore profiter de ces moments de fêtes et grâce à eux nous avons espoir de bien finir l’année", reprend David Hardy.

Même espoir du côté des traiteurs, à l’image de Magali Branche. "Nous regardons en ce moment avec notre équipe de communication pour donner un message positif à nos clients ! Beaucoup ont aussi envie de profiter de cette fin d’année qui a déjà été compliquée. Il faut profiter de ces moments qui ont été si rares depuis le début de la pandémie. On essaie de rester positif ! Le vent va tourner", conclut Magali Branche. 

Avec l’augmentation des taux d’incidence un peu partout en France et le variant Omicron, le moral est de nouveau maussade chez ces professionnels. Pour le moment, pas d’interdiction, mais des messages qui font douter. Il faut désormais faire avec, la majorité des entreprises souhaitent préserver leurs moments de convivialité prévus les prochaines semaines.  

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.