Troyes. Des centaines de motards ont manifesté contre la limitation à 80 km/h

A Troyes, des centaines de motards ont manifesté contre la limitation à 80 km/h. / © Olivier Mayer / France 3 Champagne-Ardenne
A Troyes, des centaines de motards ont manifesté contre la limitation à 80 km/h. / © Olivier Mayer / France 3 Champagne-Ardenne

Comme ailleurs en France, des centaines de motards ont manifesté le samedi 10 février sur la rocade de Troyes. Ils ont achevé leur parcours devant la préfecture, s'opposant à la limitation de vitesse à 80 km/h.

Par O.L. avec Matthias Somm

Des centaines de moteurs qui vrombissent contre une mesure jugée "répressive". A Troyes, 400 motards ont manifesté le 10 février contre la mesure de limitation à 80 km/h. Une décision soudaine qui suscite l'incompréhension et dont beaucoup de Français craignent les conséquences.

Frédéric Lallemand, motard, regrette : "On nous impose toujours les choses. On est toujours dans la répression et pas dans la prévention." Franck Besson, lui, invoque "un sentiment de ras le bol". Selon lui, "Il y a d'autres sujets à traiter dans notre pays".

On est toujours dans la répression et pas dans la prévention


Baisse de la vitesse à 80 km/h, hausse du prix du carburant, manque de mesures pour améliorer l'entretien des routes, les motards dénoncent des décisions anti-ruralité. Pour Laurent Beaulant, coordinateur FFMC 10 "80 km/h, ça ne changera pas grand-chose pour ceux qui habitent en région parisienne parce qu'ils les atteignent rarement, mais dans les territoires ruraux c'est une perte de temps".

Les élus du département ont été interpellés et certains députés défendront leur cause dans l'hémicycle. Valérie Bazin-Malgras, députée (LR) de la deuxième circonscription de l'Aube, dénonce "une décision complètement déconnectée de la réalité". D'après elle, "On connaît des pays qui ont fait cet essai. Ils sont revenus à la vitesse supérieure."

En fin d'après-midi et après deux heures de protestation, les motards ont fini leur route devant la préfecture, où ils rencontreront le directeur de cabinet le 13 février.

Voir notre reportage :

 

Sur le même sujet

Epinal : un centre d'usinage dernier cri à l'ENSTIB

Les + Lus