La vente de l'Estac à l'Américain Gary Allen définitivement écartée

Publié le Mis à jour le
Écrit par M. F. avec AFP

Dans un communiqué, le président du club de football troyen annonce que le rachat par l'Américain Gary Allen ne pourra pas se faire. L'homme d'affaires n'étant pas en mesure de réunir les fonds nécessaires.

Le président du club de l'Estac, le club de football de Troyes, vient d'annoncer dans un communiqué que le rachat du club par l'Américain Gary Allen n'aura pas lieu.

"Gary Allen m’a informé qu’il n’était malheureusement pas en mesure de réunir les fonds nécessaires au rachat et à la pérennité du club dans le délai convenu. En conséquence, ce dossier est définitivement clos", indique Daniel Masoni.

Au mois de juin, le rachat du club par cet investisseur américain semblait acté. Depuis, l'Estac attendait toujours les 3 millions d'euros annoncés. Le premier délai imparti, mi-septembre, avait déjà été repoussé jusqu'au 30 septembre à la demande de Gary Allen, puis jusqu'à ce vendredi 7 octobre. 


Gary Allen, débarqué tout droit de Portland (Oregon) et propriétaire d'un club amateur de quatrième division, était pourtant enthousiaste. Sur son CV, figurait une entreprise de décoration d'intérieur tenue par sa femme, et le frère de l'ancien grand champion de triathlon Mark Allen était accompagné d'Eric Descombes, ancien joueur franco-mauritanien qui devait être chargé de gérer le club au quotidien.

Le projet, présenté comme ayant "des investisseurs derrière", restait flou mais compte tenu de la période difficile traversée par le club, chacun voulait y croire. Éreinté par une saison en Ligue 1 catastrophique (dernier avec 18 points et seulement trois victoires), Masoni semblait soulagé de passer la main.

L'impossibilité pour Gary Allen de réunir les 3 millions d'euros nécessaires n'a pas permis de concrétiser le projet. Troyes est actuellement septième du classement de Ligue 2.